, Pasquale Sabbatino analyse attentivement la structure introductive du "livre-théâtre". Sur les fonctions des prologues dans Il Candelaio je renvoie aussi à AMELIA BUONO HODGART, Giordano Bruno's he Candle-Bearer. An Enigmatic Renaissance Play, relativus, l'argumento et ordine della commedia à l'?????????? ou argumentativus et le proprologo au µ????? ou mixtus. À ce propos je renvoie à GIOVANNI AQUILECCHIA, Schede bruniane, pp.39-47, 1950.

V. I. Teatro, . Dei-classici, and T. Einaudi, ) : Morgana appartient très probablement aux souvenirs personnels du philosophe mais, au-delà des données biographiques, « [?] fait partie de la famille philosophique de Bruno et connaît l'axe central de la mutation vicissitudinale » (nous traduisons). Elle serait donc une première ébauche de la figure Les jeux de mots du peintre-philosophe multiplient sans cesse les plans du discours et nous donnent une sensation de vertige, Malgré les tentatives opérées par les critiques depuis Vincenzo Spampanato, la figure de Madame Morgana reste entourée de mystère, pp.40-41, 1986.

C. 'est-le-cas-par-exemple-de-la-formule and . Misser, qui bascule entre messer et miser. Messire Bonifacio, le respectable homme dabbene (avec la double valeur d'honnête et de riche) devient ainsi le miser Bonifacio, Bonifacio le misérable. Ensuite, quand Boni-facio se vante d'avoir accompli une entreprise sans égal dans sa vie

, Gioan Bernardo relativise immédiatement une telle banalité en s'abandonnant à une dissertation comico-philosophique sur l'impossibilité que le même acte se répète

, L'infini se compose d'une myriade de moments uniques ; de la même façon, aucun peintre ne pourra jamais refaire deux fois le même portrait. Qu'il s'agisse d'actions, d'images ou de situations, dans l'univers en devenir perpétuel ne se reproduisent jamais deux moments identiques

. Le-parallélisme-philosophie-peinture-est, . Le-choix-de-bruno-d'entrer-en-scène-sous-le-couvert-de-gioan, and . Bernardo, D'ailleurs, plus loin, le peintre lui-même élaborera une définition éloquente de son art : « Je pratique l'art de peindre et de mettre sous les yeux des gens du monde l'image de Notreritratto ch'ho fatto ogi, né manco è possibile ch'io possa farlo più: questo sì, che potrò farne un altro. BONIFACIO.-Or, lasciamo queste vostre sofisticarie; mi avete fatto sovvenire del ritratto: hai visto quel che mi ho fatto fare? GIOAN BERNARDO.-L'ho visto e revisto. BONIFACIO.-Che ne giudicate? GIOAN BERNARDO.-È buono: assomiglia assai più a voi che a me. BONIFACIO.-Sii come si vuole, ne voglio un altro di vostra mano. GIOAN BERNARDO.-Che, lo volete donare a qualche vostra signora per memoria di voi? BONIFACIO

G. Bernardo.-È-buon-segno-quando-le-cose-vanno-per-la-mente;-guàrdati-che-la-mente-non-vadi-essa-per-le-cose, per che potrebbe rimaner attaccata con qualch' una di quelle, et il cervello la sera in darno l'aspettarebbe a cena; e poi bisognasse far come la matre di fameglia ch'andava cercando lo intellecto co la lanterna.-Quanto al ritratto, io lo farò quanto prima. BONIFACIO.-Sí: ma per vita vostra fatemi bello. GIOAN BERNARDO.-Non comandate tanto, si volete esser servito: si desiderate che io vi faccia bello, è una; si volete ch'io vi ritraga, è un'altra. BONIFACIO.-Di grazia lasciamo le burle: attendete a far cosa buona, ché io per questo verrò a ritrovarvi in casa. GIOAN BERNARDO.Venite pur quando vi piace; e non dubitate di cosa buona, dal canto mio: attendete pur voi a far bene dal canto vostro; perché... BONIFACIO.-Che vuol dir « per che »? GIOAN BERNARDO.-... lasciate l'arte antica. BONIFACIO.-Come? non v'intenderebbe il diavolo. GIOAN BERNARDO.-Da candelaio volete doventar orefice. BONIFACIO.-Come orefice? come candelaio? GIOAN BERNARDO.-Basta, me vi raccomando. BONIFACIO.-Dio vi dia quel che desiderate, pp.85-89

. Ascanio, Les epèces de folie peuvent être considérées de divers point de vue

, gras de la moëlle des os creux du corps de Saint-Piantorio ? voulez-vous supendre un ex-voto pour que la chance vous sourie ? Allez trouver madame Angela Spigna. C'et cete femme que Madame Carubina et allée voir : « Ma mère, lui a-t-elle dot, « on veut me donner un mari : un pati se présente, si l'on choisit celui d'après lequel il y a des fous indiférents, des fous trites et de bons fous, mon maître appatient aux trois familles : il et indiférent dans son sommeil, trite à l'état de veille, bon quand il et mot. SANGUINO

«. Oui, ». Trop-Âgé, and C. Dit,

«. Mais-je-ne-l'aime-guère, ». Dit, and C. ,

«. Alors-ne-le-prends-pas, Carubina poursuivit : « Je sais qu'il et de bonne famille

«. Mais and . Qu, il paraît, il n'atache pas son chien avec des saucisses » ; réponse : « Ne le prends pas » ; « On m'assure », dit Carubina

«. Prends-le, ». La-vieille-madame, and A. ,

«. Mais-hélas, ». Dit, and C. , « j'ai entendu dire qu'il mouche la chandelle aux garçons

«. Ne-le-prends-pas and ». Carubina-;-«-tout-le-monde-le-croit-fou-»-;-«-prends-le, répéta sept fois la vieille, « peu impote qu'il soit chandelier, oublie qu'il et pres de ses sous

«. Je-suis-sûre-que-non, ». Dit-carubina, and ;. Donc, , p.57

;. Chandelier, ?. Le-specie-della-pazzia,-in-quale-pensate-voi-che-lavori-costui, . Della-pazzia-le-possiamo-prendere-da-più-capi;-ma-prendendole-da-questo, and . Di-tutte-tre-le-cotte, Chi vuol agnusdei; chi vuol granelli benedetti; chi vuol acqua di S. Pietro Martire, la somenza di San Gianni, la manna di Sant'Andrea, l'oglio dello grasso della midolla de le canne dell'ossa del corpo di S. Piantorio; chi vuol attaccar un voto per aver buona ventura, vada a trovar madonna Angela Spigna. A costei venne madonna Carubina e disse, pp.402-406

L. De-bonifacio, tout comme la magie à laquelle il recourt-est donc à l'image de la torsion et de l'inversion des rapports naturels. Le protagoniste est en fait décrit comme un « vieux » de quarante-deux ans, marié avec Carubina, « une femme ravissante, une jeunesse de vingt-cinq ans. Dans tout Naples, on aurait peine à en trouver une plus belle » 61. D'après les confidences maladroites qu'il fait imprudemment à Bartolomeo

. Carubina, Comme nous l'avons vu, Bonifacio est candelaio, expression grivoise employée pour faire allusion à son homosexualité ainsi qu'à sa façon de se relationner aux femmes. Toutefois, si la flamme d'amour tend naturellement à s'éteindre avec la vieillesse, mes quarante-deux premières années en ce monde, je les ai vécues de telle sorte qu'avec mulieribus non sum allé forniquer, vol.62

, je us en avril dernier facilement rallumé? BARTOLOMEO. C'et la saison où Pétrarque s'éprit d'amour, et où les ânes commencent à lever la queue. BONIFACIO. Pardon ? BARTOLOMEO. Je disais que c'et la saison où Pétrarque s'éprit d'amour, et où les âmes s'élèvent, elles aussi, jusqu'à la contemplation. Car les eprits, contratés par le froid pendant l'hiver, dipersés par la chaleur pendant l'été

. Ibid, Texte original : « giovane di venticinque anni, più bella della quale non è facile trovare in Napoli, p.63

. Ibid, Texte original : « 42 anni al mondo talmente che con mulieribus non sum coinquinato ». Ibid., p. 65. s'immobilise. Ainsi l'Académicien de nulle Académie a-t-il écrit, p.64

, Du jour fait une nuit, de la nuit fait le jour, Arrache notre lune à l'orbe accoutumé, De la droite à la gauche il invetit son croissant, Il meut au firmament les étoiles dorées

, Il fait enfler la vague, il fige l'océan, Donne aux quatre éléments quelque nouveau visage Et au vouloir humain fait changer de plumage, p.65

«. L'art-s'exclame-bonifacio-supplée-À-l'insuisance-de-la-nature, Dès les toutes premières répliques, la conception de la nature propre aux trois protagonistes est présentée de façon très claire. À leurs yeux, il s'agit d'une chose déficitaire et imparfaite qui nécessite un accomplissement venant de l'extérieur. L'art et la science sont donc les instruments avec lesquels l'homme peut, par la force, corriger la nature et lui imposer un nouveau cours. Entre nature et genre féminin semble s'instaurer immédiatement un parallélisme car

, Une telle vision est à nouveau proposée dans les dialogues italiens quand il s'agit d'esquisser les figures des maîtres d'école aristotéliciens ou, plus largement, des détracteurs du philosophe. À cet égard, il est intéressant de rappeler le De la cause

. Chandelier, Or poi ch'a la mal'ora non posso far che questa traditora m'ame, o che al meno mi remiri con un simulato amorevole sguardo d'occhio, chi sa? forse quella che non han mossa le paroli di Bonifacio, l'amor di Bonifacio, il veder spasmare Bonifacio, potrà esser forzata con questa occolta filosofia. Si dice che l'arte magica è di tanta importanza che contra natura fa ritornar gli fiumi a dietro, fissar il mare, mugire i monti, intonar l'abisso, proibir il sole, despiccar la luna, sveller le stelle, toglier il giorno e far fermar la notte; però l'Academico di nulla Academia, in quell'odioso titolo e poema smarrito, disse: Don'a' rapidi fiumi in su ritorno,/ smuove de l'alto ciel l'aurate stelle,/ fa sii giorno la notte, e nott'il giorno./ E la luna da l'orbe proprio svelle/ e gli cangia in sinistro il destro corno,/ e del mar l'onde ingonfia e fissa quelle./ Terr', acqua, fuoco ed aria despiuma,/ ed al voler uman fa cangiar piuma, Texte original : « L'arte supplisce al difetto della natura, vol.82, p.59

. Naples, , vol.83

. Ibid, Texte original : « Messer sì: ben considerato; ben appuntato; bene ordinato. Forse che non ho profetato che questa comedia non si sarebbe fatta questa sera, p.37

. Ibid, héroïques sont le moment où la question du désir-dans sa relation avec le mouvement spéculatif propre à la pensée de Bruno-est assumée avec la plus grande radicalité, p.41

D. Fait, loin de se résoudre à un objet de questionnement, quoique fondamental, le désir est ici le rythme immanent à la spéculation elle-même. Face à l

, Lumière-conséquence non pas de son éloignement, mais de son immanence absolue-, la pensée ne peut s'exprimer qu'en tant que désir. Le furieux-philosophe pourra ainsi eleurer le Bien suprême mais seulement à condition de renoncer à soi-même

. Dans-une-telle-entreprise, du furieux. À ce propos, le sonnet qui rapproche l'entreprise philosophique à la volée fatale du papillon de nuit qui s'approche trop de la bougie et qui finit par brûler est extrêmement éloquent : Quand le papillon vole vers la lumière au doux Éclat, même la barrière fragile de la subjectivité se révèlerait un obstacle qui rendrait impossible le «

. Quand-le-cerf-succombant-À-la-soif-cout-À-la-rivière, il ne sait rien de la cruelle flèche ; quand la Licorne cherche asile au chate sein, elle ne voit pas Le lacet qu'on lui prépare : pour moi, à la lumière, à La source et au coeur de mon bien, je vois les flammes, Les traits et les chaînes. Mais si dans ma douleur je me complais, c'et que Cete face sublime me donne l'apaisement, que douces Sont les blessures de l'arc divin et que par ce noeud et Noué mon désir. Que me soient donc tourments éternels au coeur Les flammes

. Tel-soupçon and . Donner-À-ce-livre-un-titre-semblable-À-celui-de-salomon, lequel, sous l'écorce d'amours et afetions ordinaires, enferme pareillement de divines et héroïques ureurs, ainsi que l'interprètent les doteurs mytiques et kabbalites ; je voulais, pour tout dire, l'appeler Cantique. Mais j'ai fini par y renoncer, pour plusieurs raisons dont je ne rappoterai que deux. L'une et la crainte que j'ai conçue du rigoureux sourcil de cetains pharisiens qui m'auraient jugé coupable de profanation pour avoir usurpé

, L'autre raison et la dissemblance qui apparaît entre les dehors de cet ouvrage-ci et de celui-là, encore que même mytère et même subtance d'âme soient compris sous l'ombre de l'un et de l'autre : personne en efet ne met en doute que le premier dessein du Sage ut plutôt de figurer des choses divines que d

. Ibid, . Le-donne, . Benché-talvolta-non-bastino-gli-onori, and . Ossequii-divini,-non-perciò-se-gli-denno-onori, Voglio che le donne sieno cossì onorate et amate, come denno essere amate et onorate le donne; [?] Voglio finalmente dire che questi furori eroici ottegnono sugetto et ogetto eroico: e però non ponno più cadere in stima d'amori volgari e naturaleschi, che veder si possano delfini su gli alberi de le selve, e porci cinghiali sotto gli marini scogli. Però per liberare tutti da tal suspizione, avevo pensato prima di donar a questo libro un titolo simile a quello di Salomone, il quale sotto la scorza d'amori et afetti ordinarii, contiene similmente divini et eroici furori, come interpretano gli mistici e cabalisti dottori: volevo (per dirla) chiamarlo Cantica. Ma per più cagioni mi sono astenuto al fine: de le quali ne voglio referir due sole. L'una per il timor ch'ho conceputo dal rigoroso supercilio di certi farisei, che cossì mi stimarebono profano per usurpar in moi naturale e fisico discorso titoli sacri e sopranaturali. [?] L'altra per la grande dissimilitudine che si vede fra il volto di questa opra e quella, quantumque medesimo misterio e sustanza d'anima sia compreso sotto l'ombra dell'una e l'altra: stante che là nessuno dubita che il primo, Texte original : « Che dumque voglio dire ? che voglio conchiudere ? che voglio determinare, pp.11-15

, Cette bipartition se fonde à son tour sur la théorie ficinienne des deux Venus, la Venus céleste (Aphrodite Urania) et la Venus terrestre (ou Aphrodite Pandemos), respectivement incarnation d'un amour capable d'élever l'âme aux seuils de la contemplation et l'autre de l'enracinement dans les passions terrestres. Pour la reprise brunienne de ces concepts ficiniens, La source d'inspiration directe pour la distinction entre fureur bestiale et fureur divine est encore une fois Marsile Ficin qui proposa aussi le mot latin furor pour traduire le correspondant grec µ????

, indissociable de ses positions philosophiques, le phénomène connu sous le nom d'anti-pétrarquisme (ou anticlassicisme) avait déjà connu des représentants dans la première moitié du XVI e siècle. Parmi eux, nous rappelons ici au moins Angelo Beolco, dit Ruzzante, pp.1492-1556

, est très sévère car, à ses yeux, il aurait consacré une existence entière et l'oeuvre d'une vie à nourrir et à chanter un « amour bestial », c'est-à-dire finalisé essentiellement à la reproduction

. Et, se montra si éperdu d'amour pour une femme de Vaucluse, si je suis en humeur de soutenir qu'il n'était pas fou à lier, il faudra que je me donne à croire et m'eforce de persuader autrui que, faute d'aptitude à plus haute entreprise, il mit tout son zèle à nourrir cete mélancolie, travaillant sur cet écheveau, je veux dire expliquant les afetions et obtinations d'un amour vulgaire, animal et betial, non autrement que tant d'autres que jadis firent l'éloge de la mouche, du cafard, de l'âne, de Silène de Priape, et dont se sont faits les singes ceux qui, en notre siècle, vont célébrant le pot de chambre, la cornemuse, la fève, le lit, le mensonge, le déshonneur, le four, le mateau, la famine et la pete : tous objets qui sans doute n'ont pas à se montrer moins fiers et moins orgueilleux des illutres bouches qui les chantent que ne

, Malgré le processus de sublimation pratiqué par Pétrarque, la source de sa ailleurs inadéquate) et, dans sa tentative de s'en émanciper, elle ne fait que creuser le fossé entre immanence et transcendance, homme et divinité. Cela nous revoie à la seconde typologie de fureur : la fureur divine. À cet égard, la question est plus complexe et Giordano Bruno précise que la folie divine

, ingegno di quel tosco poeta che si mostrò tanto spasimare alle rive di Sorga per una di Valclusa, e non voglio dire che sia stato un pazzo da catene, donarommi a credere, e forzarommi di persuadere ad altri, che lui per non aver ingegno atto a cose megliori, volse studiosamente nodrir quella melanconia, per celebrar non meno il proprio ingegno su quella matassa, con esplicar gli afetti d'un ostinato amor volgare, animale e bestiale, ch'abbiano fatto gli altri ch'han parlato delle lodi della mosca, del scarafone, de l'asino, de Sileno, de Priapo, scimie de quali son coloro ch'han poetato a' nostri tempi delle lodi de gli orinali, de la piva, della fava, del letto, delle bugie, del disonore, del forno, del martello, della caristia, de la peste; le quali non meno forse sen denno gir altere e superbe per la celebre bocca de canzonieri suoi, Texte original : « E per mia fede, pp.17-19

, Les premiers ont, en eux, plus de dignité, de puissance et d'eicace, car ils ont la divinité

, Les premiers sont dignes comme l'âne qui pote les sacrements ; les seconds, comme une chose sacrée. Dans les premiers la divinité s'ofre elle-même à la considération et à la vue ; c'et elle qui et admirée, adorée et obéie ; dans les seconds on considère et on voit l'excellence de leur propre humanité.-Venons-en maintenant à notre propos. Ces ureurs dont nous parlons et dont nos discours présentent les efets ne sont pas oubli, elles sont mémoire ; elles ne sont pas négligence de soi, mais amour et ardent désir de beau-et-bien

. Cf and . Ibid, ne se manifestent que comme aveuglement, stupidité et impulsion irrationelle, tendant à la folie bestiale ; les autres consistent en un certain entraînement divin, par l'efet duquel certains deviennent meilleurs que les hommes ordinaires. Les fureurs de ce dernier genre se divisent en deux espèces ; car parmi ceux qui les éprouvent, les uns, parce qu'ils sont devenus la demeure de dieux ou d'esprits divins, disent et opèrent des choses admirables dont ni eux-mêmes ni les autres n'entendent la raison ; et c'est le plus souvent d'un état d'inculture et d'ignorance qu'ils ont été élevés à ce degré ; vides d'un esprit et d'un sens qui leur serait propres, en eux comme en une maison nettoyée, s'introduit le sens divin, l'esprit divin, lequel a moins lieu de se manifester chez ceux qui sont comblés de raison propre et de sens propre, car il veut parfois que le monde sache avec certitude que ceux-là, si de toute évidence leurs discours ne s'inspirent pas de l'expérience et de l'étude, parlent et agissent nécessairement sous l'efet d'une intelligence supérieure ; en sorte que la foule des hommes leur témoigne, et à juste titre, plus d'admiration et de foi. D'autres, accoutumés ou habiles à la contemplation et naturellement doués d'un esprit lucide et intellectif, sous l'efet d'un aiguillon interne et d'une ferveur spontanée que suscite l'amour de la divinité, On pose, et il existe, plusieurs espèces de fureurs, lesquelles se réduisent toutes à deux genres : les unes, en efet, pp.118-120

. , intellect (qui s'exprime comme mensura) et, là où il n'y a plus aucun terme de comparaison possible, seul l'élan de la volonté qui peut guider les pas du furieux : Dans les bois, le jeune Atéon, alors que le detin L'engage sur la voie douteuse et imprudente, détache

, Ainsi je lance mes pensers sur la proie sublime, et du poème : Atéon signifie l'intellet appliqué à la chasse de la divine sagesse, à l'appréhension de la beauté divine. Il détache mâtins et lévriers, ceux-ci plus rapides, ceux-là plus robutes ; car l'opération de l'intellet précède l'opération de la volonté, mais celle-ci et plus vigoureuse et eicace que celle-là, atendu qu'il et plus facile à l'eprit humain d'aimer la beauté-et-bonté divine que de la comprendre, Mâtins et lévriers et les lance aux traces des bêtes sauvages. Or voici qu'au sein des eaux il voit le plus beau Bute et le plus beau visage que puisse voir oeil motel Ou divin-pourpre, albâtre et or pur. Il l'a vu, p.12

, La terre se dissout sous ses pas et la progression du chasseur transfère sa quête sur un autre plan. Ici, le discours et l'appréhension intellectuelle ne suisent pas à eux seuls. Le savoir doit devenir l'amour qui

. Ibid, Ecco tra l'acqui il più bel busto e faccia,/ Che veder poss'il mortal e divino,/ In ostro ed alabastro ed oro fino/ Vedde; e'l gran cacciator dovenne caccia./ Il cervio ch'a più folti/ Luoghi drizzav'i passi più legieri,/ Ratto vorâro i suoi gran cani e molti./ I'allargo i miei pensieri/ Ad alta preda, ed essi a me rivolti/ Morte mi dàn con morsi crudi e fieri.-Atteone significa l'intelletto intento alla caccia della divina sapienza, all'apprension della beltà divina. Costui slaccia "i mastini et i veltri" : de quai questi son più veloci, quelli più forti. Perché l'operazion de l'intelletto precede l'operazion della voluntade ; ma questa è più vigorosa ed eicace che quella; atteso che a l'intelletto umano è più amabile che comprensibile la bontade e bellezza divina, Texte original : « Alle selve i mastini e i veltri slaccia/ Il giovan Atteon, quand'il destino/ Gli drizz'il, pp.153-155

I. , Les Belles Lettres, 1993.

,. Opere-italiane and T. Utet, , vol.2, 2007.

. Dialoghi-filosofici-italiani and M. Mondadori, Opere magiche, 2000.

. Opere-mnemotecniche, I. Tomo, and M. Adelphi, Des liens, 2004.

. De-la-magie, Autres sources AL-KINDI, De radiis, éditions Allia, 2003.

A. Ludovico and O. Furioso, , pp.1-1966, 1992.

A. and D. , , 1982.

C. Italo, ». Definizioni-di-territori, and S. Dans, Orlando furioso di Ludovico Ariosto raccontato da Italo Calvino, Arnoldo Mondadori Editore, pp.197-198, 1945.

F. Sándor, homoérotisme : nostalgie de l'homosexualité masculine » in Psychanalyse, OEuvres complètes, 1913.

F. Marsile, . Commentaire-sur-le-banquet-de-platon, and . De-l'amour, Convivium Platonis, De Amore, Les Belles Lettres, 2002.

F. John, The Essayes or Morall, Politike and Millitarie Discourses of Lord Michaell de Montaigne, p.1603

;. Foscolo-ugo, . Sur-didyme, and §. Leclerc, , 1966.

G. and L. Essayeur, Annales littéraires de l'université de Besançon, Les Belles Lettres, 1980.

G. Antonio, Le deposizioni davanti al tribunale dell'Inquisizione, La Città del Sole, 2000.

M. De-montaigne, Journal de voyage en Italie par la Suisse et l'Allemagne en 1580 et 1581, Les Belles Lettres, p.349, 1946.

P. De and L. A. Mirandole, 900 conclusions philosophiques, cabalistiques et théologiques, 2006.

S. William, A Midsummer Night's Dream / Sogno di una notte d'estate, édité par Paolo Bertinetti, 2002.

D. E. Valois and M. , Mémoires et discours, édition d'Éliane Viennot, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2004.

. Études and . Giorgio, Stanze. Parole et fantasme dans la culture occidentale, 1998.

O. Dei, Archéologie de l'office, Homo Sacer II, vol.5, 2012.

A. Saverio and G. Bruno, L'imagination fantastique : images, ombres et miroirs à la Renaissance, Classiques Garniers, 2010.

A. Giovanni, ;. Schede-bruniane, and . Balsamo-jean, Note sur Jacopo Corbinelli, pp.48-54, 1950.

L. Badaloni-nicola, G. Di, and . Bruno, , 1955.

«. Benzoni-gino, . Corbinelli, ». Iacopo, . Dans-dizionario-biografico-degli, and . Italiani, Maintenant disponible en ligne sur le portail de l'Enciclopedia Treccani, vol.28, 1983.

B. Irene, . Le, and . Di-circe, dea, maga e femme fatale », Status Quaestionis, n°8 (2015), revue électronique éditée par Università « La Sapienza, pp.110-140

. Bettini-maurizio, . Franco-cristiana, . Il-mito-di-circe, . Immagini-e-racconti-dalla-grecia-a-oggi, . Einaudi et al., BOLZONI Lina, Il lettore creativo. Percorsi cinquecenteschi tra memoria, gioco, scrittura, Guida Editori, Petite bibliothèque Payot, pp.19-44, 1986.

. Borsellino-nino and . Rozzi-e-intronati, Esperienze e forme di teatro dal Decameron al Candelaio, 1976.

. Bouillier-francisque, Histoire et critique de la révolution cartésienne, p.1842

C. Silvia, . Paola, and . Giulia, Madre materia: sociologia e biologia della donna greca, 1983.

C. Eugenio, Il dorso e il grembo dell'eterno. Percorsi della filosofia di Giordano Bruno, Bruniana & Campanelliana supplementi, 2003.

C. Flavio, Storia della fisiognomica. Arte e psicologia da Leonardo a Freud, Mondadori Electa, 2012.

. Casadei-alberto, . Ariosto:-i-metodi-e-i-mondi-possibili, . Marsilio, and . Venise, CASTELLI Patrizia, « "Il porco è infatti un animale": fisiognomica e mitologia nell'opera di Giordano Bruno, Bruniana & Campanelliana, vol.17, 2011.

. Ciliberto-michele, . Bruno, . Laterza, and . Rome-bari, Umbra profunda. Studi su Giordano Bruno, Edizioni di storia e letteratura, 1996.

C. Antonio, Il pensiero di Giordano Bruno nel suo svolgimento storico, 1940.

, Eros et magie à la Renaissance. 1484, Flammarion, 1984.

. Dagron-tristan, Unité de l'être et dialectique. L'idée de philosophie naturelle chez Giordano Bruno, 1999.

D. Prete-antonella, .. ). Thomas-(dir, and G. Bruno, Une philosophie des liens et de la relation, 2016.

D. E. Martino and E. , Le Monde magique, Les Empêcheurs de Penser en Rond, 2003.

G. De-rosa, Il concetto di immaginazione nel pensiero di Giordano Bruno, La città del sole, 1997.

L. De-rougemont-denis and . Occident, , 1939.

E. Miriam and T. Herzig, Dissimulation and Deceit in Early Modern Europe, 2015.

«. Fabris-alberto, G. L'ombre-de-l'arioste-dans-la-pensée-de, and . Bruno, dans la revue électronique « Implications philosophiques

F. Silvia, Caliban et la sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive, co-édition Entremonde/Senonevero, 2017.

. Firpo-luigi, G. Di, S. Bruno, . Editori, . Rome et al., Giordano Bruno e il pensiero del Rinascimento, Vallechi editore, Firenze, 1920. GHIO Michelangelo, « Causa emanativa e causa immanente: S. Tommaso e Giordano Bruno », in Filosofia, 30 A, 1979.

H. Buono-amelia and G. Bruno, s The Candle-Bearer. An Enigmatic Renaissance Play, 1997.

G. Yates-frances-amelia, . Bruno, and . La-tradition-hermétique, Giordano Bruno and the Hermetic Tradition, 1964.

L. De-la-mémoire and P. Gallimard, The Art of Memory, Routledge & Kegan Paul Ltd, 1966.

G. Bruno-e-la-cultura-europea-del-rinascimento, , 1988.

L. Bertrand and G. Bruno, , 1995.

M. Sandro, Identità e differenza nel pensiero di Giordano Bruno, 2000.

M. Angelo, G. Di, and . Bruno, Biblioteca Apostolica Vaticana, Cité du Vatican, 1942. MERCHANT Carolyn, The Death of Nature: Women, Ecology and the Scientific Revolution, 1980.

L. Montano-aniello, . Radici, . Del, G. Di, and . Bruno, , 2013.

F. Niermeyer-jan, G. Nuccio, and . Bruno, Ronsard et la religion, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, 1976.

. Le-mystère-de-l'âne, G. Essai, and . Bruno, Trois couronnes pour un roi. La devise d'Henri III et ses mystères, Les Belles Lettres, 2005.

P. Fulvio, . Antropologia-e-civiltà, . Nel, G. Di, and . Bruno, PROSPERI Adriano, Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Einaudi, Tourin, 1996.

P. Laura and C. Pazzia, Vicissitudine e destini umani nel Candelaio di Giordano Bruno, Olschki editore, 2007.

R. Fabio, . Della-vicissitudine.-giordano-bruno-e-la-liberazione-della-potenza, P. Unipress, and . Bruno, La repubblica dell'assoluta giustizia : la politica di Giordano Bruno in Inghilterra, Edizioni ETS, 1999.

R. Sandrine, C. Braillard-marie-christine, and . Hélène, Des oiseaux? de la fin du Moyen Âge au XXI e siècle, pp.2011-2012, 2011.

R. Saverio, G. Bruno-nell'europa-del-cinquecento, and S. Editori, , 2000.

;. R. Rossi-paolo, . Ricciardi, . Milan, ;. Naples, and . Gilberto, Rinascimento e modernità. Raffaello Cortina Editore, Clavis Universalis: arti della memoria e logica combinatoria da Lullo a Leibniz, 1960.

G. Sorrenti-zaira, ». Bruno-lettore-dell'ariosto, and P. Leggere, , vol.14, pp.19-43, 2008.

;. Spruit-leen and . Jean, Il problema della conoscenza in Giordano Bruno, Montaigne en mouvement, 1988.

U. Stefano, G. Il-concetto-creativo-e-dialettico-dello-spirito-nei-dialoghi-italiani-di, and . Bruno, Il confronto con la tradizione neoplatonico-aristotelica: il testo bruniano De l'infinito, universo e mondi, thèse de doctorat soutenue en 2001 chez l'Università degli studi di Padova

G. Verrecchia-anacleto and . Bruno, La falena dello spirito, 2002.

U. Vianello-lucia, . Lampada-nella-notte-:-l'ars, G. Di, and . Bruno, Thèse de doctorat soutenue en 2014 à l'Université de Padoue. L'oeuvre est disponible en ligne dans l'archive numérique de l'université : htp://paduaresearch.cab.unipd.it/6334/ VIENNOT Éliane, « Parler de soi : parler à l'autre. Marguerite de Valois face à ses interlocuteurs » Tangence, vol.77, pp.37-59, 2005.

E. Villari-rosario, . Della-dissimulazione, . La, . Seicento, . Laterza et al., White Magic, Black Magic in the European Renaissance. From Ficino, Pico, Della Porta to Trithemius, 1991.

Z. Luigi, Il metodo del Machiavelli, Società editrice il Mulino, 2013.