Three Essays on the Influence of National Culture on Corporate Finance - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2020

Three Essays on the Influence of National Culture on Corporate Finance

Trois essais sur l’Influence de la culture nationale sur la finance d’entreprise

(1)
1

Abstract

The premises of this doctoral dissertation is investigating the role played by national culture on corporate financial choices and outcomes. The investigation is done through three empirical essays. The first essay analyzes the influence of national culture on firms’ capital structure choices. The second essay is analyzing the role played by national culture on firms extending more or less trade credit from pre-to-post the mortgage financial crisis. The third essay analyzes the influence of national culture on firms’ market value. Furthermore, a chapter of theoretical conceptualization is done to fit these empirical essays work into a mathematical topology framework. This doctoral dissertation work finds itself at the junction of three broad sets of research bodies. These are the literature around the New Institutional Economics (NIE), the finance literature, and the social economics literature. We glue these literature sets together through the general mathematical topology framework to structure our culture and finance research. Chapter 2 introduces these literature sets and describes the foundations of our three essays.Chapter 3 (essay one) presents the analysis of the links between national culture and firms financing choices leading to their capital structure. Chapter 4 (essay two) presents the analysis of culture’s influence on firm’s choice of extending higher or lower trade credit from pre-to-post the 2008 mortgage financial crisis. Chapter 5 (essay three) presents how firms’ financial value maybe influenced national cultural values.National culture is defined as the firm’s country-of-origin cultural values. We represent it by four of Hofstede (1980, 2001) six cultural dimensions of individualism, masculinity, uncertainty avoidance, and long-term orientation. Hofstede national culture dimensions are largely applied in the growing culture and finance literature, thus providing strong empirically validity. Our choice of Hofstede dimensions are described in chapter 2.We apply these cultural dimensions in our three essays. Our empirical analysis is build following the New Institutional Economics framework (Williamson, 2000). This framework is the key structure around which we are able to build the theoretical bodies of our three essays. NIE has popularized the understanding and acceptance of the non-financial constraints –in macro-and-micro economics– of the social embeddedness level of culture. We empirically test the hypotheses in our three essays following Williamson NIE framework. The empirical tests are done on samples of listed firms from over 30 countries. These tests provide a broad applicability of our results to firms in the globalized economy. The results of our three essays meet our hypotheses expectations of culture’s influence on firms’ financial choices and outcomes.The results provide all stakeholders a lens to view and analyze corporate financial choices and outcomes through firms’ national culture values. Indeed, the financial numbers one may read may have different meaning depending on firm’s country-of-origin cultural values. This understanding would have multiple implications for investors, creditors, managers, shareholders, and policy makers. It may help them in their investing, lending, financing, returns expectations, and policy design to optimize their profits.
Introduction générale Cette thèse présente trois essais sur l’influence de la culture nationale sur la finance d’entreprise. Il se base sur le cadre théorique de la nouvelle économie institutionnel (NEI) de Williamson (2000) et sur le modèle de la culture nationale définit par Hofstede (1980, 2001). Cette thèse s’inscrit dans la lignée des travaux plus anciens des fondements de la richesse des nations (Smith, 1776), qui seraient eux-mêmes fondés sur les traditions, les croyances et les pratiques des habitants d’une nation (Voltaire, 1773). Nous lions les trois ensembles de la culture nationale, la finance d’entreprise et les secteurs industriels par les propriétés mathématiques de la topologie (Krantz, 2009). Nous essayons d’appliquer la topologie générale à notre recherche doctorale en ayant à l’esprit, la phrase attribuée à Galilée (1564-1642) : « la nature est écrite en langage mathématique ». Notre approche topologique pourrait aussi s’aligner à la littérature de l’économie sociale de Weber (1904, 1905) et à celle du néo-positivisme (Kraft, 1953). Ces essais empiriques sont fondés sur un échantillon de firmes internationales cotés issues de plus de 30 pays, à minima à la bourse des valeurs de leur pays d’origine. Premier essai Il analyse l’influence de la culture nationale sur le choix de la structure du capital de la firme (Titman & Wessels, 1988). L’analyse de la structure financière est considérée à court-terme et à long-terme. Pour cela nous analysons quatre mesures de structure qui prennent en compte au numérateur soit la dette à court-terme, soit la dette à long-terme et, au dénominateur les fonds propres, en valeur comptable ou en valeur de marché (Titman & Wessels, 1988). La structure du capital de la firme est dépendante de son industrie (Bradley et al., 1984). tend à s’approche de la moyenne à long-terme de cette même industrie. Cette moyenne et appelée « ratio cible » (target ratio). Nous supposons que la distance de la structure financière d’une firme par rapport à ce « ratio cible » est influencée par la culture nationale du pays d’origine de la firme.Deuxième essai Il analyse l’influence de la culture nationale sur la variation du crédit fournisseur autour de la crise financière de 2008. La fréquence des crises ne cesse d’augmenter avec plus de 400 crises financières de types bancaires, monétaires, et souveraines sur la période de 1970 à 2011 (Laeven & Valencia, 2013).Le crédit fournisseur est considéré comme un des piliers du financement à court-terme de l’entreprise en particulier (Petersen & Rajan, 1997). Lors d’une période de difficulté financière, la relation entre fournisseurs et clients semblerait jouer un rôle-clé dans l’extension du crédit fournisseur (Wilner, 2000). Or, le rôle du crédit fournisseur dans le financement à court-terme de la firme a joué un rôle de premier plan après l’éclatement de la crise de 2008 (Coulibaly et al., 2013).Sur la base que la culture nationale influe sur le niveau des provisions comptable du crédit fournisseur (El Ghoul & Zheng, 2016), notre étude porte sur l’influence de la culture nationale sur les ajustements de crédit fournisseur autour de la crise financière de 2008.Troisième essai Cet essai analyse l’influence de la culture nationale sur la valeur de marché de la firme en se fondant notamment sur l’approche proposée dans les travaux de Ohlson (1995). En effet, dans ce cadre-ci, la valeur de marché de la firme est la somme de son actif net comptable et de la somme des revenus résiduels actualisés. Si ces revenus résiduels sont positifs, alors il existe un goodwill qui explique ce pourquoi la valeur de marché est supérieure à l’actif net comptable. Nous postulons dans cet essai que la culture nationale pourrait influencer ce goodwill. Ce goodwill peut avoir plusieurs sources, soit liées aux choix financiers de la firme ou liées à son capital humain (Chauvin et al., 1994). (...)
Fichier principal
Vignette du fichier
2020CLFAD004_MOGHA.pdf (5.31 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03144496 , version 1 (17-02-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03144496 , version 1

Cite

Vipin Mogha. Three Essays on the Influence of National Culture on Corporate Finance. Business administration. Université Clermont Auvergne [2017-2020], 2020. English. ⟨NNT : 2020CLFAD004⟩. ⟨tel-03144496⟩
188 View
113 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More