Poets, poetry and poeticism in Balzac’s work - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

Poets, poetry and poeticism in Balzac’s work

Poètes, poésie et poéticité dans l'œuvre d'Honoré de Balzac

(1)
1

Abstract

In an era in which the novel is still seeking its own identity, Balzac takes advantage of the resulting generic plasticity to explore the scope of formal possibilities without boundaries. The present study aims to rethink the aesthetic of Balzac’s novels through the lens of poetry, with the hypothesis that his novelist itinerary lies more in dialogue with poetry than in a rejection of it. The poetic aspirations of Balzac’s novels emerged as a generational inevitability : from versified drafts to Romantic prose poétique, the fledgling novelist has no choice but to integrate poetic genres to achieve success. Endeavoring to be a poet does not, however, guarantee that one has been given the “gift of poetry”, and Balzac is constantly confronted with his poetic limitations. It is therefore essential to understand how his failures to reach the higher spheres of poetry, far from expelling poetry from his preoccupations, rather stimulated his para-textual and fictional writings, as it likewise stimulated his relationship with the question of style : it is within this competitive and passionate relationship with poetry that the Balzacian novel developed. By elaborating a new poeticism at the crossroads of diverse influences, the masterstroke of Balzac consisted in discrediting poetry in its traditional definition to integrate it better within the novel : poetry as a fallen ideal could not be redeemed except at the cost of its absorption into the fabric of the fiction. Balzac’s fall from grace as a poet elevates the prosaic realities to a supreme rank, resulting in a paradoxical poeticization of modern life and its urban turmoil. At a time when the roman feuilleton’s triumph has upended the landscape of literary practice, poeticism finds a new life outside of its conventional generic frameworks to offer new modes of perceiving and engaging with language. As prose calls into question the claim of poetry to subsume the whole of creation, its representation in Balzac’s novels comes to resemble a fissure, a deviance from an implicit standard, which can be identified as an apple of discord or a subversive skill of the novel’s mechanics. Questioning the entanglement of poetry in the artistic universe of a self-appointed historian, an ambivalent journalist, leads to a redefinition of its “modernity”. However, rather than substituting a teleological view for another in which “Balzac, the ancestor of Zola” would become “Balzac, the precursor of Baudelaire”, our work consists in deconstructing the perception of the second half of the nineteenth century as a dichotomy between a certain modernity of the novel initiated by La Comédie Humaine (prolonged by the Realist authors) and a poetic modernity ; the traditional view maintains that the two progress on a parallels paths, independently directed towards new innovations. The plurality of Balzac’s writing, in its moment of extreme novelistic plasticity, rejects such a dichotomy, establishing a precedent that by the turn of the century would lead Mallarmé to observe : “The whole contemporary attempt of the reader is lead the poem to the novel and the novel to the poem.”
Dans une ère où le roman cherche sa formule, Balzac prend acte de cette grande mobilité générique pour explorer sans restriction le champ des possibles. La présente étude entend ainsi repenser toute son esthétique à la lumière de la poésie, en émettant l’hypothèse que son itinéraire de romancier s’inscrit davantage dans un dialogue avec celle-ci que dans un rejet littéral. C’est d’abord sous l’angle d’un fantasme générationnel qu’elle s’impose à lui : des esquisses versifiées à la prose poétique romantique, l’aspirant écrivain ne peut faire l’économie de ce genre matriciel pour espérer côtoyer les cimes. Se rêver en poète n’implique pourtant pas de se voir reconnaître le « don de poésie », et c’est à ce cuisant échec qu’il ne cessera d’être confronté. Il faut dès lors comprendre comment son rejet hors de ces hautes sphères, loin d’éclipser le fait poétique de ses préoccupations, a nourri son discours fictionnel et paratextuel, comme son rapport à l’épineuse question du style : c’est dans un rapport concurrentiel et passionnel avec la poésie que s’est construite toute son œuvre.Le coup de maître de Balzac a consisté à discréditer la poésie dans son acception traditionnelle pour mieux la réincorporer au sein du roman, en élaborant une poéticité nouvelle au carrefour d’influences multiples : l’idéal déchu ne pouvait être rédimé qu’au prix d’une absorption dans le tissu romanesque, dont il devient simple matériau. Aussi la déchéance proclamée du poète profite-t-elle à des réalités prosaïques élevées à ce rang suprême, pour œuvrer à une poétisation de la vie moderne et de ses attraits. À l’heure où le triomphe du roman-feuilleton reconfigure tout l’échiquier des pratiques littéraires, la poéticité survit indépendamment des cadres génériques y afférant pour devenir l'apanage d'un type de regard et de rapport à la langue. À mesure que la prose démocratique met en cause la prétention de la poésie à subsumer toute la création, sa représentation sous la plume de Balzac évolue vers l’expression d’un écart, d’une déviance vis-à-vis d’une norme implicite, qui l’identifie à une pomme de discorde voire un outil de subversion de la mécanique romanesque.Penser l’intrication de la poésie dans l’univers artistique d’un historien autoproclamé, journaliste ambivalent, c’est œuvrer à redéfinir la « modernité » de celui-ci. Mais loin de substituer une visée téléologique à une autre – « Balzac ancêtre de Zola » devenant « Balzac précurseur de Baudelaire », tout l’enjeu consiste à décloisonner la perception d’un second dix-neuvième siècle écartelé entre une certaine modernité romanesque initiée par La Comédie humaine, prolongée par les réalistes et bientôt appelée à d’autres embardées, et une modernité poétique, évoluant sur un terrain parallèle mais autonome et tendue vers d’autres innovations. La pluralité de l’écriture balzacienne, dans ce moment d’extrême plasticité du matériau romanesque et du concept de poésie, dément toute solution de continuité trop nette entre deux genres qui évoluent au contact l’un de l’autre, jusqu’à cette affirmation mallarméenne au tournant du siècle : « Toute la tentative contemporaine du lecteur est de faire aboutir le poème au roman, le roman au poème ».
Fichier principal
Vignette du fichier
these_internet_duverne_c.pdf (5.71 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03470368 , version 1 (08-12-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03470368 , version 1

Cite

Céline Duverne. Poètes, poésie et poéticité dans l'œuvre d'Honoré de Balzac. Linguistique. Université de Lyon, 2021. Français. ⟨NNT : 2021LYSE2039⟩. ⟨tel-03470368⟩
214 View
541 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More