Making money out of a tricky business : an ethnography of illegal street vending in Paris - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

Making money out of a tricky business : an ethnography of illegal street vending in Paris

Le commerce, la ruse et la tromperie : ethnographie de la vente à la sauvette à Paris

(1)
1

Abstract

The data in this study was mainly collected using the participant observation method and was completed by interviews of policemen. It suggests that people who make a living on the street through illegal means do not get to choose who their business relies on. They often have to deal with anonymous encounters, provoked by opportunities they have little control over.To understand how the urban poor adapt to the noxious interactions that they are regularly confronted with, I will use the notion (borrowed from Nicolas Jounin) of the “disloyalty spiral”. By this, I refer to social interactions characterized by distrust, in which some may see others behavior as disloyal, or at least problematic, and respond to it in a way that triggers another insidious reaction. The strategy of adaptation may consist of trying to escape the spiral ; or in other contexts, of simply not getting involved. In still other situations, the strategy of adaptation would be to play the “trickster” or the “fool” all the way down. And in some cases, trying to dodge obvious forms of deception (like theft) may leave the door open to more subtle sorts (like unfulfilled promises of payment). These strategies of adaptation will be described in situations that involve dumpster divers, street vendors, their clients or the police.
Les données de cette enquête ont été principalement collectées par observation participante et ont été complétées par des entretiens réalisés au sein de deux services de police. Elles suggèrent que les gens qui gagnent leur vie dans la rue n'ont pas le loisir de trier leurs relations de travail sur le volet. Ils doivent, au contraire, composer avec des rencontres souvent anonymes, créées par des occasions qu'ils contrôlent mal. Pour comprendre comment des populations pauvres et marginalisées s’adaptent aux interactions délétères auxquelles elles sont régulièrement confrontées, j’aurai recours à la notion (empruntée à Nicolas Jounin) de « spirale de déloyautés ». Je décris de cette manière des relations sociales marquées par une méfiance réciproque, où les uns perçoivent chez les autres un comportement déloyal, ou du moins problématique, et y apportent une réponse qui déclenche, à son tour, une nouvelle réaction insidieuse. Cette adaptation peut consister à essayer de sortir de la spirale mais pas uniquement. L'enjeu dans d’autres situations peut être, au contraire, d'essayer de ne pas mettre le doigt dans l'engrenage. Dans d’autres encore, de jouer pleinement la carte de la tromperie. On peut enfin vouloir éviter une forme de tromperie évidente (comme le vol) et laisser, sans s'en rendre compte, la porte ouverte à des formes plus complexes (comme des promesses de remboursement non-honorées). Ces adaptations seront ici observées dans des situations qui impliquent des « récupérateurs » d'invendus alimentaires, des vendeurs illégaux, leurs clients ou des policiers.
Fichier principal
Vignette du fichier
2021PA100114.pdf (2.23 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03649494 , version 1 (22-04-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03649494 , version 1

Cite

Gauthier Bayle. Le commerce, la ruse et la tromperie : ethnographie de la vente à la sauvette à Paris. Sociologie. Université de Nanterre - Paris X, 2021. Français. ⟨NNT : 2021PA100114⟩. ⟨tel-03649494⟩
138 View
145 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More