From artificial intelligence to artificial human interaction : understand consumer acceptance of smart objects via mental representations of future interactions - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2022

From artificial intelligence to artificial human interaction : understand consumer acceptance of smart objects via mental representations of future interactions

De l’Intelligence artificielle à l’interaction humaine artificielle : comprendre le processus d'acceptation des objets connectés par le consommateur via les représentations mentales de futures interactions

(1)
1

Abstract

While we are promised a booming for IoT markets and artificial intelligence, consumers still seem affected by ambivalence and concern regarding their acceptance (Ardelet et al. 2017). These negative attitudes toward smart objects represent a real barrier to adoption (Mani and Chouk 2018). Prior studies have tried to investigate the mechanisms of acceptance and resistance toward smart objects. Yet, they often relied upon a human-oriented perspective to assess this complex phenomenon and didn’t consider the interpersonal nature of consumer-smart object interactions (Novak and Hoffman 2019, Monsurro et al. 2020). The aim of this research is to assess the consumer-smart object anticipated interaction from an object-oriented ontology. The main goal is to explore the mental representations that smart object’s capacities can trigger. We posit that consumers can mentally simulate future interpersonal interactions with the smart object, based on its perceived capacities to affect and to be affected (Hoffman and Novak 2015). To do so, this research has adopted a mixed-method approach. First, we relied upon a projective qualitative technique called Album-OnLine (AOL) to explore the mental representations elicited by a smart object before purchase. Then, two quantitative studies examine the potential influence of smart object’s perceived capacities (Agency) over the emergence of negative attitudes and anxiety toward it, prior to any real-life interaction. Our results suggest that passive resistance toward smart objects and anxiety toward them emerge due to the innovative and agentic capacities expressed by the smart object. A detailed explanation of the phenomenon and avenues for future research are provided for researchers and managers to reduce this state of anticipated anxiety and to promote smart objects’ adoption.
Alors que l’on nous promet un essor des marchés de l’IoT, des objets connectés et de l’intelligence artificielle, les consommateurs semblent toujours en proie à l’ambivalence et à l’inquiétude à leur égard (Ardelet et al., 2017). Cette anxiété à l’égard des objets connectés représente un réel frein à l’adoption de l’innovation (Mani and Chouk 2018). Des études antérieures ont tenté d'étudier les mécanismes d'acceptation et de résistance envers les objets connectés. Cependant, ils se sont souvent appuyés sur une perspective mettant l'humain au centre de l’attention afin d’évaluer ce phénomène complexe, et n'ont pas pris en compte la nature interpersonnelle des interactions consommateur-objet connecté (Novak et Hoffman 2019, Monsurro et al. 2020). L'objectif de cette recherche est d'évaluer l'interaction anticipée entre le consommateur et l’objet connecté en adoptant une ontologie orientée objet. L'objectif principal est d'explorer les représentations mentales que les capacités des objets connectés peuvent déclencher. Nous postulons que les consommateurs peuvent simuler mentalement de futures interactions interpersonnelles avec l'objet connecté, sur la base de ses capacités perçues à affecter et à être affecté (Hoffman et Novak 2015). Pour ce faire, cette recherche a adopté une approche méthodologique mixte. Dans un premier temps, nous nous sommes appuyés sur une technique qualitative projective appelée Album-OnLine (AOL – Vernette 2007, Kessous et Valette-Florence 2019) pour explorer les représentations mentales suscitées par un objet connecté avant l’achat. Ensuite, deux études quantitatives examinent l'influence potentielle des capacités perçues de l'objet connecté (Agency) sur l'émergence d'attitudes négatives et d'anxiété à son égard, avant toute interaction réelle. Nos résultats suggèrent que la résistance passive envers les objets connectés et l'anxiété envers eux émergent en raison des capacités innovantes et agentiques exprimées par l'objet connecté. Une explication détaillée du phénomène ainsi que des pistes de recherches futures sont proposées aux chercheurs et managers pour réduire cet état d’anxiété anticipé et favoriser l’adoption des objets connectés.
Fichier principal
Vignette du fichier
HAKIMI_2022_diffusion.pdf (16.3 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03790489 , version 1 (28-09-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03790489 , version 1

Cite

Mohamed Hakimi. From artificial intelligence to artificial human interaction : understand consumer acceptance of smart objects via mental representations of future interactions. Business administration. Université Grenoble Alpes [2020-..], 2022. English. ⟨NNT : 2022GRALG003⟩. ⟨tel-03790489⟩

Collections

UGA STAR
52 View
2 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More