Gender Inequalities in the Labour Market Reexamined : Political Philosophies to Empirical Analysis. - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Thèse Année : 2005

Gender Inequalities in the Labour Market Reexamined : Political Philosophies to Empirical Analysis.

Réexamen des inégalités entre hommes et femmes sur le marché du travail : des philosophies politiques aux évaluations empiriques

(1)
1

Résumé

The aim of this thesis is to revisit the “conventional” economic conception of gender discrimination. The existence of “discriminatory barriers” between men and women in the labour market calls for a reconsideration of the measure of the so-called “pure” wage discrimination.
We argue that it is not possible to give an unambiguous definition of discrimination in the market place without getting involved in philosophical issues related to theories of justice. The political philosophies of justice develop different definitions of discrimination that require to use different methodological choices in the measure of gender inequalities. The assumption of a pluralist conception of the discrimination questions the consensual conception of equal opportunity, the marginal theory of the fair income distribution, and the “best” practice of measure of gender discrimination.
We first introduce a pluralist conception of gender discrimination linking political philosophies of gender justice, economic theories of discrimination and statistical methodologies of measure of unequal treatment in the labour market. We then propose econometrical measures of discriminatory barriers to the access to employment stability, full-time jobs, and hierarchical responsibilities. This focus on discriminatory barriers suggests alternative empirical analysis of vertical segregation, wage discrimination and affirmative action in employment policies.
L'objet de cette thèse est de construire une analyse critique de l'approche économique « conventionnelle » des inégalités entre les sexes. L'existence de « barrières discriminatoires » entre hommes et femmes sur le marché du travail conduit à critiquer la mesure de la discrimination salariale « pure ».
Nous soutenons qu'il n'est pas possible de donner une définition non ambiguë de la discrimination sur le marché du travail sans rentrer dans des questions de philosophie politique de la justice. Chaque philosophie politique implique une conception différente de la discrimination et impose des contraintes sur la méthodologie empirique de mesure des inégalités. Une conception pluraliste de la discrimination conduit ainsi à critiquer la conception consensuelle de l'égalité des chances, la théorie marginale de la juste distribution ainsi que la « bonne » pratique de mesure de la discrimination.
Nous présentons d'abord une grille d'analyse pluraliste de la discrimination entre les sexes articulant philosophies politiques de la justice sexuée, théories économiques de la discrimination, et méthodologies statistiques de mesure de l'inégalité de traitement sur le marché du travail. Nous proposons ensuite des mesures économétriques des barrières discriminatoires à l'accès à l'emploi, au temps plein et aux responsabilités hiérarchiques. Ces mesures nous permettent enfin de revenir sur l'identification et l'évaluation de la ségrégation verticale, de la discrimination salariale, et de la discrimination positive dans les politiques de l'emploi.
Fichier principal
Vignette du fichier
These_moulin.PDF (1.31 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates et versions

tel-00095542 , version 1 (15-09-2006)

Identifiants

  • HAL Id : tel-00095542 , version 1

Citer

Stéphane Moulin. Réexamen des inégalités entre hommes et femmes sur le marché du travail : des philosophies politiques aux évaluations empiriques. Economies et finances. Université de la Méditerranée - Aix-Marseille II, 2005. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-00095542⟩
1060 Consultations
3913 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More