Pratolino : art des jardins et imaginaire de la nature dans l'Italie de la seconde moitié du XVIe siècle - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2001

Pratolino: The Garden as Representation of Nature in Italy, 1550-1600

Pratolino : art des jardins et imaginaire de la nature dans l'Italie de la seconde moitié du XVIe siècle

Abstract

The present work considers the Italian garden during the second half of the sixteenth century as a foil for the relationship between humankind and nature and as an expression of cultural and social representations. The central focus is Pratolino, the villa built by Grand Duke Francesco I de' Medici built to the North of Florence between 1568 and 1586 under the direction of Bernardo Buontalenti. The villa is analyzed in detail and contextualized from several different perspectives: its importance for the rule of Francesco I (1574-87), its relationship to other significant projects in Tuscany and the rest of Italy, the role of the garden in contemporary society and culture, and other related themes. Several different topics are considered. One is the social function of the garden as it relates to contemporary ideology and the practice of 'villegiatura'. A study of the corporeal perception of space and the emotional experience of landscape (analyzed on the basis of contemporary accounts) reveals that gardens, from both a medical and a poetic point of view, are experienced and conceived of as a mediation between humankind and nature. The make-up of the garden and its iconography represent a complex idea of nature: as a place of great variety, the garden becomes like an encyclopedic collection; as a staged representation of varied phenomena, for which the epistemology of meteorology has to be taken into account, the garden becomes a symbolic reduction of landscape as a whole; as an imitation of its own processes, it belongs to an aesthetic realm in which art strives to inscribe itself in a more intrinsic manner in the creative work, a topic put in relation to the reception of Aristotle in the 16th century. The sense of imagination that underlies the garden is not unitary; instead it plays with the desire for self-projection, the fantasy of analogy, and the dream of re-creation. The study of Pratolino shows that the political exploitation of nature and its cultural representations was key to the development of this particular variety of art.
L'étude aborde l'art des jardins dans l'Italie de la seconde moitié du XVIe siècle comme expression des rapports entre homme et nature en recourant à la notion d'imaginaire ; elle est centrée sur Pratolino, la villa du grand-duc François Ier de Médicis aménagée au nord de Florence, de 1568 à 1586, sous la direction de Bernardo Buontalenti. Cet exemple, analysé en détail, est replacé dans un contexte à différentes échelles : le règne de son commanditaire (1574-1587) ; les réalisations importantes en Toscane et dans le reste de l'Italie ; enfin la place du jardin dans la société et la culture de la période, et donc les domaines multiples auquel il se rattache. Différents problèmes sont successivement examinés. La fonction sociale du jardin est interrogée au travers de l'idéologie et des pratiques de la villégiature. La perception corporelle de l'espace et le rapport émotionnel au paysage, analysés à partir des témoignages contemporains, impliquent que le jardin, dans le cadre des préoccupations médicales et des modèles poétiques de l'époque, soit vécu et conçu comme médiation avec la nature. Les composantes matérielles, le tracé et l'iconographie construisent une représentation de la nature sur plusieurs plans : résumé de sa variété, le jardin détourne les enjeux du collectionnisme encyclopédique ; mise en scène de ses phénomènes, pour lesquels l'épistémologie des « météores » doit être prise en compte, il opère une réduction symbolique du territoire ; imitation de ses processus, il appartient à une esthétique où l'art vise à s'inscrire de manière immanente dans l'œuvre et qu'éclaire la fortune de l'aristotélisme au XVIe siècle. L'imaginaire de la nature qui sous-tend le jardin n'est pas univoque : il s'y joue à la fois un désir de projection, un fantasme d'analogie et un rêve de re-création. Pratolino montre que l'une des clefs de cet art tient dans l'exploitation politique des représentations culturelles de la nature.
Fichier principal
Vignette du fichier
Brunon_Pratolino.pdf (6.41 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

tel-00349346 , version 1 (29-12-2008)

Identifiers

  • HAL Id : tel-00349346 , version 1

Cite

Hervé Brunon. Pratolino : art des jardins et imaginaire de la nature dans l'Italie de la seconde moitié du XVIe siècle. Histoire. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, 2001. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-00349346⟩
1670 View
5418 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More