Le Drac, morphologie, stratigraphie et chronologie quaternaires d'un bassin alpin . - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 1979

Le Drac, morphologie, stratigraphie et chronologie quaternaires d'un bassin alpin .

(1)
1

Abstract

Wholly submerged during the Mesozoic. the Drac basin area began to emerge by the end of the Cretaceous( Senonian ). An hydrographic system differing from the present one is formed at the Eocene ( Lutetian. Priabonian). It is only on the Oligocene that the streams settle in today's valleys. the general morphology thustakes shape by' steps. After various events.the main features of the system are competed by the end of the Miocene. Although nothing is know of its pliocene. villafranchian and. middle to lower quatemary history. it is sure that the valleys were deepened. then that the high moutains. built up during the" ponto'pliocène .. orogenic mouvements were covered by ice which flowed down, perhaps digging out the first under-deepings. The morphology of the Drac basin is typically glacial. especially in the profiles of the valleys. There are ten main transfiuences and diffluences, some umbilics and bars, numerous hanging valleys, glacial circuses and numberless minor forms. In this region, there are no nested valleys dating différent glacial periods. and no glacial ganging . Two sorts of transfluences are distinguised, according to their origin, either preglacial ( section of old fluvial valleys ) or only glacial ( erosion of passes) ; their genesis is explained by the dynamics of the glaciers and a relative chronology is propounded. The bars are systematically located on the relative by more resistant zones, the umbilics in the weaker ones. The evolution of these forms is governed by the regional structure and by ice dynamics, the holds true for the hangings valleys in relation with the power of their glaciers . We propound a more precise genetic definition of glacial circuses. In fact, glacial erosion is a highly developped kind of plain differencial erosion. The Quatemary story begins durIng the Mindel-Riss Interglacial with the deepening of the first Drac fossil river system. Then, the ice invaded ail the basin ( Riss 1 1 ). overf!owing through the Croix-Haute pass and establishing a large icestream from the Durance to the Isere glaciers. During the Riss. II, a continuous gravel terrace is deposited. It corresponds, upstream. to large torrential fans, under a peri glacial climate. The glaciers came again twice, ,on Riss III., over the previous deposits but to a lesser extent, as the ice did not overflow through the Croix -Haute pass. . During the Riss-Wurm Interglacial, the Drac river dug a second epigenic fossil valley system, as deep as the first. On the beginning of Wurm ( Wurm 1 ), another gravel terrace filled up the interglacial talwegs. Immediatly after, the glaciers arrived and reached their maximal extension of this period, but with little development in the Drac bassin ( Würm II). There are only valley glaciers, located in the high range, excepted in Champsaur. The main phenomenon was a big glacio-lacustrine obturation by the Isère glacier in the ice-free Trièves and Beaumont. Bedded clays, sands and deltaïc gravels were deposited, overlying all the earlier formations. The Würm II-III Intestadial lasted long, and the glaciers went up far away in the high vaIIeus. During the Wurm III, there was a new, barely less extensive advance on the previous deposits. No overflowing occured this time, but there was a last glacio-lacustrine obturation to the South of Grenoble. The glaciers then finally retreated and the Drac and its affluents river system, emplaced since the beginning of the Wurm II retreat, deepened epigenically down to their present-day level.
Entièrement sous les'"eaux des mers secondaires, l'emplacement du bassin du Drac commence à en émerger partiellement dès la fin du Crétacé ( Sénonien ). Un réseau hydrographique s'y forme à l'Eocène ( Lutétien,Priabonien). différent du réseau actuel. Ce n'est qu'à l'Oligocène que les cours d'eau s'établissent sur les tracés actuels. donc que 'sa morphologie générale se dégage peu à peu. Après diverses vicissitudes. le réseau est constitué dans ses grandes lignes dès la fin du Miocène. Pendant tout le Pliocène, le Villafranchien et le Quaternaire moyen-inférieur. c'est la lacune complète. Il est certain cependant que les vallées s'approfondissent puis que les hauts sommets, constitués lors des mouvements orogéniques " ponto-pliocènes". se couvrent de glaciers qui en descendent progressivement, façonnant peut~être les premiers surcreusements dans les hautes vallées. La morphologie du bassin du Drac est caractéristiquement glaciaire, notamment par les profils longitudinaux et transversaux des vallées. On y compte dix ttansfluences et diffluences principales, de profonds ombilics précédés ou non d'étroits verrous, de nombreuses vallées suspendues, des cirques et hauts vallons glaciaires plus nombreux encore, d'innombrables formes mineures. Une étude critique des vallées montre l'inexistence, dans la région, d'auges emboitées ou successives attribuables à des périodes ou phases glaciaires différentes, non plus que de calibrage glaciaire. Deux catégories de transfluences sont répertoriées, selon qu'elles 'sont d'origine préglaciaire ( sections de vallées fluviatiles anciennes ) ou uniquement glaciaire ( aménagement de cols ), leur genèse expliquée en fonction de la dynamique des glaciers et une chronologie, au moins relative, proposée. Les verrous sont systématiquement situés dans les zones relativement les plus résistantes, les ombilics dans les plus fragiles. La création et l'évolution de ces formes se comprend en fonction de la structure régionale et de la dynamique de la glace. Il en est de même pour les vallées suspendues, dont la valeur de l'étagement est aussi fonction inverse de la puissance de leurs glaciers. On propose une définition génétique plus précise des cirques et hauts vallons glaciaires aveugles. En somme, l'érosion glaciaire est ramenée à la forme la plus poussée de la banale érosion différentielle. L'histoire quaternaire déchiffrable débute à l'interglaciaire Mindel~Riss par le creusement du premier réseau fossile du Drac. Les glaces envahissent ensuite tout le bassin ( Riss 1 ? ), diffluant par le col de la Croix-Haute, établissant une grande transfluence de la Durance vers l'Isère. Après le retrait, accidenté de phénomènes d'obturation, se constitue une haute nappe alluviale continue, passant en amont à des glacis d'accumulation, sous climat périglaciaire ( Riss II). Puis les glaciers avancent une seconde fois, recouvrant partiellement les dépôts précédents. L'extension Riss III a donc une ampleur moindre, les glaces ne diffluant plus par le col de la Croix-Haute, Pendant l'Interglaciaire Riss-Würm. le Drac creuse un second réseau fossile, épigénique , aussi profond ou presque que le premier. C'est une nappe alluviale continue qui se dépose, au début du Wurm, dans les talwegs interglaciaires ( WlirmI), Aussitôt après, les glaciers arrivent pour atteindre leur maximum d'extension ,à cette époque ( Würm II ), mais n'ont qu'un développement mineur dans le bassin du Drac. Ce sont des appareils de vallée qui ne sortent pas du cadre des hauts massifs, sauf en Champsaur. Le phénomène principal' est une énorme, obturation glacio-lacustre pratiquée, par le glacier de l'Isère, occupant le Trièves et le Beaumont libres de glace. Il s'y dépose d'épaisses argiles litées, des sables, puis alluvions deltaïques noyant toutes les formations antérieures. L'Interstade Würm II -III, long et bien marqué, provoque les retraits des glaciers loin en amont dans les hautes vallées. Une nouvelle crue glaciaire se produit au WUrm lII, sur les dépÔts précédents, d'ampleur à peine moindre Aucune diffluence ne fonctionne alors, mais une dernière obturation glacio~lacustre a lieu dans la cuvette de Grenoble. Enfin les glaciers se retirent définitivement et les cours actuels du Drac et de ses affluents, fixés dès le début du retrait du Würm II, s'enfoncent épigéniquement jusqu'à leur niveau actuel.
Fichier principal
Vignette du fichier
TheseMonjuvent_1978.pdf (69.42 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

tel-00441486 , version 1 (16-12-2009)

Identifiers

  • HAL Id : tel-00441486 , version 1

Cite

Guy Monjuvent. Le Drac, morphologie, stratigraphie et chronologie quaternaires d'un bassin alpin .. Géomorphologie. Université Paris-Diderot - Paris VII, 1979. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-00441486⟩
837 View
232 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More