LA MEMOIRE ET L'OUBLI A ARTAS : UN ELEMENT DE L'HISTOIRE RURALE DE LA PALESTINE, 1848-1948 - TEL - Thèses en ligne Accéder directement au contenu
Thèse Année : 2007

Remembrance and Forgetting in Artas: an element of Palestine's rural history, 1848-1948

LA MEMOIRE ET L'OUBLI A ARTAS : UN ELEMENT DE L'HISTOIRE RURALE DE LA PALESTINE, 1848-1948

Résumé

Remembrance and Forgetting in Artas: an element of Palestine's rural history, 1848-1948 This thesis deals with the way the inhabitants of the village of Artas remember some and forget other parts of one hundred years in the history of their village which is located in a fertile valley close to Bethlehem. This thesis is particularly concerned with their memory narratives about the Western presence in the village, a presence which began earlier than in other parts of Ottoman Palestine. This Western presence included European and North-American millenarist settlers, the family of an Alsatian missionary, a Catholic convent, Zionist settlers, biblical researchers and folklorists as well as the Finnish anthropologist Hilma Granqvist. The attractiveness of Artas for all of these persons was generally due to its association with Solomon's gardens called Etam, mentioned in the Old Testament, but aside from this attractiveness, the persons and groups drawn to Artas pursued different projects there and they maintained different relations with the local population. The history of this Western presence and the way it has been integrated into the collective memory of the villagers is analyzed in a back-and-forth movement between archival and oral sources, and relying on methodologies which combine social history and anthropology. Interviews conducted with refugees from Artas living in Amman as well as with descendants of the Alsatian missionary reveal the different meanings attributed to this shared history of an intercultural encounter. The contemporary inhabitants of Artas and the refugees from Artas living in Amman seem to have discarded the memory of the millenarist settlers while carefully preserving the memory of two European women who lived in the village for several years in the beginning of the 20th century: Louise Baldensperger, the daughter of an Alsatian missionary, and Hilma Granqvist. Granqvist even posthumously inspired a villager to create a heritage centre in Artas which is built on a nationalist conception of peasant heritage and on a desire to take advantage of this heritage for development projects, especially in the area of tourism.
Cette thèse traite de la mémoire et de l'oubli des habitants d'Artas, un village situé dans une vallée fertile proche de Bethléem. Elle porte plus particulièrement sur les récits mémoriels à propos de cent ans d'histoire du village et à propos de la présence occidentale plus précoce dans ce village qu'ailleurs en Palestine ottomane. La liste des Occidentaux qui ont marqué par leur présence le village d'Artas inclut des colons millénaristes européens et nord-américains, la famille d'un missionnaire alsacien, un couvent catholique, des colons sionistes, des chercheurs spécialisés en études bibliques et en folklore, ainsi que l'anthropologue finlandaise Hilma Granqvist. L'attrait d'Artas pour ces personnes tenait généralement à son lien avec les jardins de Salomon nommés Etham et mentionnés dans l'Ancien Testament, mais au-delà de cet attrait, ces individus et ces groupes ont suivi des projets différents à Artas et ont entretenu des rapports différents avec la population locale. L'histoire de cette présence occidentale et la manière dont elle a été intégrée à la mémoire collective des villageois est analysée dans un va-et-vient entre sources archivistiques et sources orales et ceci à l'aide d'une méthodologie qui combine l'histoire sociale et l'anthropologie. Des entretiens menés auprès de réfugiés originaires d'Artas résidant aujourd'hui principalement à Amman, en Jordanie, et aussi auprès de descendants du missionnaire alsacien, font émerger les significations attribuées à cette histoire partagée d'une rencontre interculturelle. Les habitants contemporains d'Artas et les réfugiés originaires d'Artas qui résident aujourd'hui à Amman semblent avoir écarté la mémoire des colons millénaristes alors qu'ils ont soigneusement préservé la mémoire de deux Européennes qui ont vécu au village pendant de nombreuses années, au début du 20e siècle : Louise Baldensperger, fille d'un missionnaire alsacien, et Hilma Granqvist. Granqvist a même inspiré de manière posthume un habitant du village à créer un centre du patrimoine à Artas basé sur une conception nationaliste du patrimoine paysan et une volonté de mettre ce patrimoine au profit de projets de développement, notamment dans le domaine du tourisme.
Fichier principal
Vignette du fichier
TheseNaili.pdf (17.92 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates et versions

tel-00443901 , version 1 (20-05-2010)

Identifiants

  • HAL Id : tel-00443901 , version 1

Citer

Naili Ida Falestin. LA MEMOIRE ET L'OUBLI A ARTAS : UN ELEMENT DE L'HISTOIRE RURALE DE LA PALESTINE, 1848-1948. Histoire. Université de Provence - Aix-Marseille I, 2007. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-00443901⟩
800 Consultations
3009 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More