Capital humain et compétences de base des adultes : production et valorisation - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2013

Capital humain et compétences de base des adultes : production et valorisation

Abstract

Basic skills are important in current policies because of high costs generated by illiteracy and supported by the society. The aim of the present thesis is to bring a new contribution on this thematic in a microeconomic approach. It consists of two parts. The first one concerns the valorization of basic skills on the labor market, through chapters 1 and 2, while the second one concerns the production of French skills according to the migratory origins, through chapters 3 and 4. Chapter 1 is about the returns to basic skills on the labor market, in terms of overeducation/undereducation and in terms of wages. The central hypothesis is to assume that education, through the diploma, is not a good filter for individual capacity. Therefore overeducation (undereducation) for the same level of degree, can result from a low (high) level of basic skills and not necessarily an imbalance between supply and demand for skills. Similarly, for a given level of education, there is some heterogeneity in individual capabilities, so we think that the addition of basic skills in the wage function tends to reduce the return of education and to improve the explanation of the wage formation. In order to avoid a possible selection bias in the estimation of wages equation, our approach has the main advantage to take into account the impact of basic skills in job access. Chapter 2 attempts to have a better understanding of the impact of basic skills on job access, but also on the labor force participation, in a general enrichment context of the work content. The inclusion of these skills should improve the explanation of the situations occupied towards the labor market (employment, unemployment, inactivity), especially for groups already weakened in the job access. More precisely, for a given labor demand, we assume that for every situation corresponds a level of basic skills. Reading, writing, listening and reading comprehension skills in French language being essential for a successful integration in French society and labor market. The second part of this thesis focuses on the production process of these basic skills in French among immigrants. Indeed, France has a long tradition of welcoming migrants. Their place in French society and their ability to learn its language generates some interest because little research exist about it. Chapter 3 is where we try to determine to what extent the characteristics associated with the migration background hinders the production of French skills, and to what extent the share of inequality in French scores are due to differences in efficiency because of the linguistic distance between the mother tongue and French. Chapter 4, at last, seeks to determine what are the factors that can explain the proficiency level in written French skills of newcomers (considered as producers of their own skills) in working age. The originality of this chapter is the estimation of a stochastic production frontier to explain the scores in written French and the productive performance.
La question des compétences de base est de plus en plus présente dans les préoccupations politiques actuelles au regard des coûts importants engendrés par l'illettrisme et supportés par la société. L'objectif de cette présente thèse est alors d'apporter un nouvel éclairage sur cette thématique dans une approche microéconomique. Elle se compose de deux parties. La première traite de la valorisation des compétences de base sur le marché du travail, à travers les essais 1 et 2, alors que la seconde traite de la production de compétences en français selon l'origine migratoire, à travers les essais 3 et 4. Dans le cadre de la première partie, le premier essai s'intéresse à la question des rendements des compétences de base sur le marché du travail, sous l'angle du déclassement/surclassement professionnel et sous l'angle de la rémunération individuelle. L'hypothèse centrale consiste à supposer que l'éducation, via le diplôme, n'est pas un bon filtre des capacités individuelles. Dès lors les situations de déclassement (surclassement), pour un même niveau de diplôme, peuvent résulter d'un plus faible (fort) niveau de compétences de base et non forcément d'un déséquilibre entre offre et demande de qualifications. De même, si pour un même niveau de diplôme il existe une certaine hétérogénéité des capacités individuelles, nous pouvons penser que l'ajout des scores en compétences de base tend à diminuer le rendement purement scolaire et à améliorer l'explication de la formation des salaires. Notre approche a pour principal avantage de tenir compte d'un éventuel biais de sélection dans l'estimation des équations de gains en appréhendant l'influence exercée par les compétences de base dans l'accès à l'emploi. Le deuxième essai tente quant à lui de mieux comprendre l'impact des compétences de base sur l'accès à l'emploi mais aussi sur la participation au marché du travail et ce, dans un contexte d'enrichissement généralisé du contenu du travail. La prise en compte de ces compétences doit améliorer l'explication des situations occupées à l'égard du marché du travail (emploi, chômage, inactivité), notamment pour des publics déjà fragilisés face à l'emploi. Plus précisément, pour une demande de travail donnée, nous supposons qu'à chaque situation correspond un niveau de compétences de base. La lecture, l'écriture, la compréhension écrite et orale du français étant des compétences de base clés pour l'intégration sociale et professionnelle en France, la deuxième partie s'intéresse à la production de ces compétences auprès des populations d'origine immigrée. En effet, la France possède une longue tradition d'accueil des migrants. Leur place dans la société française et leurs capacités à apprendre le français suscite donc un certain intérêt, qu'ils soient primo-arrivants ou enfants d'immigrés, d'autant que peu de recherches ont été réalisées à ce sujet. Dans le troisième essai, nous cherchons à déterminer dans quelle mesure les caractéristiques liées à l'origine migratoire entrave la production de compétences en français et dans quelle mesure la part des inégalités de scores en français sont attribuables à des différences d'efficacité résultant de la distance linguistique entre la langue maternelle et le français. Le quatrième et dernier essai vise, quant à lui, à déterminer les facteurs susceptibles d'expliquer le niveau de maîtrise en français écrit des primo-arrivants (considérés comme producteurs de leurs propres compétences) en âge de travailler. L'originalité de cet essai réside dans l'estimation d'une frontière stochastique de production afin d'expliquer leurs scores en français écrit et leurs performances productives.
Fichier principal
Vignette du fichier
13101.pdf (1.91 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

tel-00917578 , version 1 (12-12-2013)

Identifiers

  • HAL Id : tel-00917578 , version 1

Cite

Aline Branche-Seigeot. Capital humain et compétences de base des adultes : production et valorisation. Economies et finances. Université de Bourgogne, 2013. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-00917578⟩
1200 View
1959 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More