L’APPROPRIATION DES OEUVRES LITTERAIRES EN CLASSE DE SECONDE - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2014

Appropriating literary works for year 11 / 10th grade French students

L’APPROPRIATION DES OEUVRES LITTERAIRES EN CLASSE DE SECONDE

Abstract

Here, appropriation metaphorically refers to the process by which readers make a literary work their own. The expression also refers to the result of this process: the inscription and expansion of the work within each individual memory. The active participation of each reader is required throughout the hermeneutical process, from the open mindset needed to absorb a new reading until the point when it becomes registered in one’s “interior library”. Appropriation can be regarded as the final step of the reading process and the vanishing point of any analysis on the way literature is perceived and received. Personal appropriation of literary works by students is at the backdrop of any curriculum for teaching French and all research in didactics of literature. Maybe it should be granted more emphasis than it is in the French school system today, particularly in year 11 / 10th grade. This is my thesis statement, in the light of modern research on the reader as a subject. I shall first consider the notion of appropriation from the point of view of modern hermeneutics and reception theories, in compliance with the French official educational standards, and define the discursive spaces where appropriation of literary works occurs. I shall then analyze the findings of an exploratory research carried out in a number of year 11 / 10th grade classes: students were submitted to five successive experiments which placed them in the position of subject readers, within the story of a specific and individual relationship to literature. The findings are interpreted in two main axes. First, leaving room for a personal encounter between students and literary works during lessons permits to successfully address a number of current issues on the transmission of literature. Then, I consider several hypotheses concerning the appropriation process in class, more particularly, the link between subjective impressions, more objective readings and the acquisition of the expected academic standards, but also the acquisition of an ethical posture and the inscription of the works in students’ memories. I shall finally examine the pedagogical changes implied by such an approach in the management of class participation, of timing; in the positioning of the teacher and the learning strategies developed by students.
L’appropriation désigne métaphoriquement le processus par lequel un lecteur s’empare d’une oeuvre littéraire afin de la faire sienne. Le mot désigne également le résultat obtenu, l’envol de l’oeuvre dans la mémoire individuelle. La question de la participation active du lecteur singulier se pose tout au long de la démarche herméneutique, depuis la disponibilité requise pour accueillir une oeuvre nouvelle jusqu’à l’inscription dans une « bibliothèque intérieure ». L’appropriation peut être considérée comme l’aboutissement de la lecture et le point de fuite de toute réflexion sur la réception et sur les enjeux de la littérature. L’appropriation personnelle des oeuvres littéraires par les élèves est implicitement à l’horizon de tous les programmes d’enseignement du français et des recherches en didactique de la littérature. Peuton lui laisser une place plus grande qu’elle n’en possède actuellement dans le système scolaire français, et en particulier en classe de seconde ? C’est la thèse que nous défendons, en inscrivant notre réflexion dans le sillage des recherches sur le sujet lecteur. Nous interrogeons tout d’abord la notion d’appropriation à la lumière de l’herméneutique contemporaine et des théories de la réception, mais aussi en regard des attentes de l’Institution scolaire, et nous définissons les espaces discursifs dans lesquels l’appropriation des oeuvres littéraires peut s’observer. Nous analysons ensuite les résultats d’une recherche exploratoire réalisée dans différentes classes de seconde : nous avons mené auprès de nos élèves cinq expériences placées sur une ligne du temps, leur conférant une place de sujets lecteurs, inscrits dans l’histoire d’une relation singulière à la littérature. Nous mettons en lumière les résultats observés : Laisser en classe une place pour la rencontre personnelle des élèves avec les oeuvres littéraires permet de répondre très nettement à certaines difficultés actuelles rencontrées par la transmission de la littérature. Par ailleurs, nous formulons plusieurs hypothèses sur le processus d’appropriation dans le cadre scolaire, en particulier sur le lien entre impressions subjectives, lecture objectivante, et construction de la « posture lettrée » attendue par l’école, mais aussi sur la construction d’une posture éthique, et sur l’ancrage des oeuvres dans la mémoire. Nous analyserons les modifications qu’une telle démarche entraîne au plan pédagogique dans l’accueil de la parole de l’élève, dans le rapport au temps, dans les postures requises de la part de l’enseignant et dans les démarches d’apprentissage mobilisées auprès des élèves.
Fichier principal
Vignette du fichier
Bénédicte MILCENT ManuscritPostSoutenance+Annexes.pdf (46.1 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

tel-01677062 , version 1 (07-01-2018)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : tel-01677062 , version 1

Cite

Bénédicte Shawky-Milcent. L’APPROPRIATION DES OEUVRES LITTERAIRES EN CLASSE DE SECONDE. Littératures. Université de Grenoble-Alpes, 2014. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-01677062⟩
1582 View
109 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More