Sédation en fin de vie : enjeux relationnels - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2018

The Sedation at the end of life : relational issues

Sédation en fin de vie : enjeux relationnels

Jérôme Sainton
  • Function : Author
  • PersonId : 1029111

Abstract

End-of-life situations may, in case of refractory symptoms, resort to pharmacological sedation. These situations are the site of important relational issues. This work aimed to question the scientific and medical literature on how sedation can be part of these relational issues of the end of life. Our narrative review of the literature focused on eight electronic databases. It was restricted to documents published in English or French before October 31, 2017. Sixty-three documents matched the search criteria. They showed that the patient, the relatives and the carers evolve in a certain temporality, and that the suffering at the end of the life is first of all a relational suffering. This should not be considered individually and statically. Otherwise, the risk is to use sedation not to relieve symptoms, but to escape the relationship. Such a risk may come from the patient, attempting to engage in a sacrificial logic, or from those around him who are tempted to anticipate the kind of separation of psychic and social euthanasia. The different practices of sedation thus testify to more general underlying care perspectives. While a terminal sedation is similar to a procedure of disconnection subject to technical criteria and self-determination of the patient - this is the case of the Leonetti-Claeys device - palliative sedation remains proportionate to the symptoms and remains inscribed in a relational dynamic.
Les situations de fin de vie peuvent, en cas de symptômes réfractaires, faire recourir à une sédation pharmacologique. Or, ces situations sont le lieu d’enjeux relationnels importants. Ce travail a eu pour but d’interroger la littérature scientifique et médicale sur la façon dont la sédation peut s’inscrire dans ces enjeux relationnels de la fin de vie. Notre revue narrative de la littérature a porté sur huit bases de données électroniques. Elle fut restreinte aux documents parus, en anglais ou en français, avant le 31 octobre 2017. Soixante-trois documents correspondaient aux critères de recherche. Ils ont montré que le patient, les proches et les soignants évoluent dans une certaine temporalité, et que la souffrance en fin de vie est d’abord une souffrance relationnelle. Celle-ci ne doit donc pas être envisagée de manière individuelle et statique. Autrement, le risque est d’avoir recours à la sédation non pour soulager des symptômes, mais pour fuir la relation. Un tel risque peut provenir du patient, tenté de s’engager dans une logique sacrificielle, ou de ceux qui, autour de lui, sont tentés d’anticiper la séparation — sorte d’euthanasie psychique et sociale. Les différentes pratiques de la sédation témoignent ainsi de perspectives soignantes sous-jacentes plus générales. Tandis qu’une sédation terminale s’apparente à une procédure de déconnexion soumise à des critères techniques et à l’autodétermination du patient — c’est le cas du dispositif Leonetti-Claeys —, une sédation palliative reste proportionnée aux symptômes et demeure inscrite dans une dynamique relationnelle.
Fichier principal
Vignette du fichier
Sainton-2018-thèse-sédation-enjeux-relationnels.pdf (965.92 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

tel-01724700 , version 1 (06-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01724700 , version 1

Cite

Jérôme Sainton. Sédation en fin de vie : enjeux relationnels. Médecine humaine et pathologie. Faculté de médecine de Reims, 2018. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-01724700⟩

Collections

ETHIQUE
1289 View
2968 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More