NOMADISME ET ADAPTATIONS SÉDENTAIRES CHEZ LES ÉVENKS DE SIBÉRIE POSTSOVIÉTIQUE : « JOUER » POUR VIVRE AVEC ET SANS CHAMANES - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2005

NOMADISM AND ADAPTATIONS TO SEDENTARY LIFESTYLES AMONG THE EVENKI OF POST-SOVIET SIBERIA: "PLAYING" TO LIVE WITH AND WITHOUT SHAMANS

NOMADISME ET ADAPTATIONS SÉDENTAIRES CHEZ LES ÉVENKS DE SIBÉRIE POSTSOVIÉTIQUE : « JOUER » POUR VIVRE AVEC ET SANS CHAMANES

Abstract

The Evenki oročon live in Yakutia (Sakha Republic) and in the Amur basin. They perceive themselves as an integral part of the natural environment. They were partly sedentarized under the Soviet regime, and they are now to get to the market economy. They can be divided into three social types: nomadic reindeer-breeders and hunters, villagers, and city dwellers. The analysis of the different lifestyles, forms of organization, individual distinctive factors and inherited values allows us to determine the place and functions of the ritual practices and of the types of ritual specialists in every social type. The main result of this thesis, based on five-year fieldwork, is a comparative analysis of rituals. The author compares the rituals she observed among the nomads with those described in the sources of the Soviet period on the one hand, and with those she observed among sedentary people on the other hand. While certain individual and collective rituals described in ethnographic literature have disappeared, the traditional system of representation remains, as an unconscious knowledge that underlies new rituals and multiple prohibitions. The nomads follow their ancestors’ models, while villagers and city-dwellers multiply the modes of representation within one and the same event. These modes of representation include fragments of traditional rituals, theatrical stagings of forgotten rituals and shamans, audiovisual documents. A new category thus appears, that of “rituals that represent rituals”. The nomads prefer not to carry out the rituals whose procedure they do not know for sure, for they fear to send their “soul” out of “the world of the living” in case of making mistake. As for the sedentary intellectuals, they boldly “reinvent” rituals, maintaining that the spirits would appreciate the humans’ care for them and know how to express their gratitude. The comparison also shows that a distinction between sacred and profane has appeared. Likewise, we should establish a distinction between an “unconscious tradition” underpinning the nomads’ life and a “conscious tradition” characteristic of the villagers and city-dwellers that make selection among former practices. In spite of these differences, two concepts allow all people to carry on with ritual actions, whether with or without shamans. These are “playing” and onnir. Onnir means a kind of “spirit charge” everyone has, thanks to which one can “play” (sing, dance, shamanize, draw, etc.) in order to perform ritual action. The shaman differs from ordinary people only by the fact that “he ‘plays’ better than the others”. The partner of the games played with or without shamans is always, even for sedentary people, the natural environment Buγa and the spirits inhabiting it. While traditional shamans disappear, the Evenki “play” each in his own way; they don’t incite new types of shamans, and have recourse to other ritual specialists (elders, healers, imitators of shamans, “shamans-to-be”).
Les Évenks oročon sont un peuple de Iakoutie (République Sakha) et de la région de l’Amour qui se conçoit comme partie intégrante de l’environnement naturel. Partiellement sédentarisés sous le régime soviétique, ils entrent aujourd’hui dans l’économie de marché. Ils se répartissent en trois types sociaux : les éleveurs de rennes et chasseurs nomades, les sédentaires des villages et ceux des villes. L’examen des modes de subsistance, des formes de regroupement, des facteurs de distinction entre individus et des valeurs transmises permet de déterminer la place et les fonctions des pratiques rituelles ainsi que les types de spécialistes rituels dans chacun de ces trois types. Le résultat essentiel de cette thèse, fruit de cinq années de terrain, est l’analyse comparative des rituels. L’auteur compare les rituels qu’elle a observés en milieu nomade d’une part à ceux décrits dans les sources de la période soviétique, d’autre part à ceux qu’elle a observés chez les sédentaires. Si certains rituels individuels et collectifs décrits dans la littérature ont aujourd’hui disparu, le système de représentation traditionnel persiste, conservé comme un savoir inconscient, sous-tendant les nouveaux rituels et de multiples interdits. Alors que les nomades suivent les modèles de leurs ancêtres, les sédentaires multiplient au sein d’un même événement les modes représentatifs : fragments de rituels traditionnels, mises en scènes théâtrales de chamanes ou de rituels oubliés, documents audio-visuels. Apparaît ainsi une nouvelle catégorie, celle des « rituels qui représentent les rituels ». Les nomades évitent de réaliser les rituels dont ils ne sont pas sûrs de la procédure, craignant d’envoyer, par une mauvaise manipulation, leur « âme » « hors du monde des vivants ». Les intellectuels sédentaires n’hésitent pas, en revanche, à « réinventer » les rituels, affirmant que les esprits percevront les bonnes intentions des humains à leur égard et sauront les en remercier. La comparaison montre aussi l’apparition d’une distinction entre sacré et profane, ainsi qu’un partage entre une « tradition inconsciente » guidant la vie des nomades et une « tradition consciente » chez les citadins et villageois qui effectuent un certain tri. Malgré ces différences, deux concepts semblent permettre à tous de continuer à agir rituellement, avec et sans chamanes. Ce sont le « jeu » et l’onnir. L’onnir est une « charge » d’esprits que chacun a en soi, et grâce auxquels chacun peut « jouer » (chanter, danser, chamaniser, dessiner, etc.) en vue d’agir rituellement. Le chamane ne se distingue des gens ordinaires que par le fait « qu’il ‘joue’ mieux que les autres ». Le partenaire de ces « jeux » avec ou sans chamanes reste, même pour les sédentaires, l’environnement naturel Buγa et les esprits qui le peuplent. Les chamanes traditionnels se faisant rares, les Évenks « jouent » chacun à leur manière sans susciter l’émergence de chamanes d’un nouveau type, en faisant appel à d’autres spécialistes rituels (anciens, guérisseurs, imitateurs de chamane, « chamanes en devenir »).
Fichier principal
Vignette du fichier
Lavrillier_2005_PhD_Single_END - For HAL TEL.pdf (3.71 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

tel-02573850 , version 1 (14-05-2020)

Identifiers

  • HAL Id : tel-02573850 , version 1

Cite

Alexandra Lavrillier. NOMADISME ET ADAPTATIONS SÉDENTAIRES CHEZ LES ÉVENKS DE SIBÉRIE POSTSOVIÉTIQUE : « JOUER » POUR VIVRE AVEC ET SANS CHAMANES. Anthropologie sociale et ethnologie. ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES, Sorbonne V ème section, SCIENCES RELIGIEUSES, 2005. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-02573850⟩
233 View
767 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More