NF-kB Lymphoma - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

NF-kB Lymphoma

Etude du rôle de MYD88 et des voies NF-kB dans l'émergence des lymphomes B

(1)
1

Abstract

It was estimated that 557 730 deaths from lymphoma worldwide in 2018 and are the 5th leading cause of cancer death in France. Basic and applied research in this area is therefore crucial to improve diagnostics and therapies. Cell signaling pathways of the transcription factor NF-κB, playing a central role in cell survival and proliferation, are frequently deregulated and involved in the emergence of non-Hodgkin B-cell lymphomas (B-NHL). The laboratory studies over these three years concerned the role of MYD88 and NF-κB in the context of the emergence of B cell-linked lymphomas. The L265P mutation of protein adaptor MYD88 (MYD88L265P), exacerbating toll-like receptor (TLR) signaling, receptors involved in the innate immune B cell response, results in constitutive NF-κB activation. This mutated protein MYD88L265P is found in many cases of LNH ranging from indolent lymphoplasmacytic lymphomas (LPL) to aggressive diffuse large B-cell lymphomas (DLBCL). Waldenström's macroglobulinemia (WM) presents in about 90% of cases this MYD88L265P mutation, making it a primary event in the emergence of this LPL. To study the consequences of this mutation on the transformation of the B cell, we carried out a in vivo study, thanks to a murine model expressing MYD88L252P (murine ortholog of the MYD88L265P mutation in humans) exclusively in B cells through the expression of CRE-recombinase due to the Cd19 promotor. Indeed, the study of this model developing a lymphoma close to WM, allowed us to visualize its transforming power on the B cell, but also the behavior of the cell in the microenvironment of an entire organism. We were able to confirm the ability of MYD88L252P to form a lymphoplasmacytic clone, as well as the presence of a serum monoclonal IgM peak and an IgM plasma cells invasion in the bone marrow, which are characteristics of WM.Immune escape is a major component in the emergence of B-LNH. In the case of lymphomas linked to the Epstein Barr virus (EBV), the B cells immortalized by this virus are also able to modulate the immune response. Regarding this last phenomenon, we have described the immunoregulatory profile in vitro of B cells infected by EBV in latency III. The LMP1 protein, produced during latency II and III, essentially activating the NF-κB alternative pathway, allows the overexpression of the immunomodulatory proteins PD-L1, IL-10, TGF-β1 and IL35 (EBI3 and IL12A). We have also demonstrated the expansion of conventional and unconventional regulatory T cells (Tregs) depending on the PD-1/PD-L1 axis. In many cancers, the PD-L1 surface protein is overexpressed, strongly impacting the microenvironment of tumor cells. Thus, in the case of DLBCL, this overexpression associated to poor prognosis. Due to its importance in the progression of the tumor, therapeutic tests with anti-PD-L1 antibodies can be very effective. For this, we did preclinical in vivo tests targeting PD-L1 directly, and ex vivo targeting the pathways allowing its expression. The L.CD40 (lmp1/cd40) murine model developing indolent lymphoma close to marginal zone lymphoma (MZL), in which we shown the overexpression of PD-L1 from tumoral B cells. We were able to demonstrate the beneficial effects of this treatment with a in vivo spleen size reduction and ex vivo PD-L1 downregulation, as well as T cell reactivation. These studies open new research perspectives on our MYD88 mouse model.
Les lymphomes ont causé 557 730 décès dans le monde en 2018 et sont la 5ème cause de mortalité due à un cancer en France. Les recherches fondamentales et appliquées dans ce domaine sont donc cruciales pour améliorer les diagnostics et les thérapies. Les voies de signalisation cellulaire du facteur de transcription NF-κB, jouant un rôle central dans la survie et la prolifération de la cellule, sont fréquemment dérégulées et impliquées dans l’émergence des lymphomes non Hodgkinien des cellules B (LNHB). Les études menées au laboratoire sur ces trois années concernaient le rôle de MYD88 et de NF-κB dans le contexte de l’émergence des lymphomes liés à la cellule B. La mutation L265P de la protéine adaptatrice MYD88 (MYD88L265P), exacerbant la signalisation des « toll like receptor » (TLR), récepteurs impliqués dans la réponse immunitaire innée de la cellule B entraîne une activation constitutive de NF-κB. La protéine mutée MYD88L265P est retrouvée dans de nombreux cas de LNHB allant des lymphomes lymphoplasmocytaires (LLP) indolents aux lymphomes agressifs diffus à grandes cellules B (DLBCL). La macroglobulinémie de Waldenström (MW) présente dans environ 90% des cas, cette mutation MYD88L265P, faisant d’elle un évènement primaire dans l’émergence de ce LLP. Pour pouvoir étudier les conséquences d’une telle mutation sur la transformation de la cellule B, nous avons réalisé une étude in vivo, via un modèle murin exprimant MYD88L252P (orthologue murin de la mutation MYD88L265P chez l’humain) seulement des cellules B grâce à l’expression de la CRE-recombinase via le promoteur du gène Cd19. En effet, l’étude de ce modèle développant un lymphome présentant des similarités avec la MW, nous a permis de visualiser son pouvoir transformant sur la cellule B, mais aussi le comportement de la cellule dans le microenvironnement d’un organisme entier. Nous avons pu confirmer l’aptitude de MYD88L252P à former un clone lymphoplasmocytaire, ainsi que la présence d’un pic d’IgM monoclonal dans le sérum et une invasion de plasmocytes à IgM dans la moelle osseuse, qui sont des caractéristiques de la MW.L’échappement immunitaire est une composante majeure dans l’émergence des LNHB. Dans le cas des lymphomes liés au virus d’Epstein Barr (EBV), les cellules B immortalisées par ce virus sont aussi aptes à moduler la réponse immunitaire qui leur est adressée. Concernant ce dernier phénomène, nous avons décrit le profil immunorégulateur in vitro de cellules B infectées par l’EBV en latence III. La protéine LMP1, produite lors de la latence II et III, active essentiellement la voie canonique de NF-κB, et permet la surexpression des protéines immunomodulatrice PD-L1, IL-10, TGF- β1 et IL35 (EBI3 et IL12A). Nous avons aussi mis en évidence, l’expansion des cellules T régulatrices (Treg) conventionnelles et non conventionnelles dépendant de l’axe PD-1/PD-L1. Dans de nombreux cancers, la protéine de surface PD-L1 est surexprimée impactant fortement le microenvironnement des cellules tumorales. Ainsi, dans le cas des DLBCL, cette surexpression est associée à un mauvais pronostic. Du fait de son importance dans la progression de la tumeur, les tests thérapeutiques avec des anticorps anti-PD-L1 peuvent se révéler être très efficaces. Pour cela, nous avons réalisé des tests précliniques in vivo ciblant PD-L1 directement, et ex vivo ciblant les voies permettant son expression dans le modèle murin L.CD40 (lmp1/cd40) développant un lymphome indolent se rapprochant du lymphome de la zone marginale (LZM) dans lequel nous avons montré que les tumeurs B surexprimaient la protéine PD-L1. Nous avons pu démontrer les effets bénéfiques de ce traitement avec une réduction de la taille de la rate in vivo, une diminution de l’expression du gène PD-L1 ex vivo et une réactivation des cellules T. Ce travail ouvre de nouvelles perspectives de recherche sur l’échappement à la réponse immune dans les LNHB associés à la mutation activatrice de MYD88.
Fichier principal
Vignette du fichier
2021LIMO0014.pdf (37.8 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03191615 , version 1 (07-04-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03191615 , version 1

Cite

Lilian Roland. Etude du rôle de MYD88 et des voies NF-kB dans l'émergence des lymphomes B. Médecine humaine et pathologie. Université de Limoges, 2021. Français. ⟨NNT : 2021LIMO0014⟩. ⟨tel-03191615⟩
203 View
7 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More