Build our eternity ? : why leave digital traces ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

Build our eternity ? : why leave digital traces ?

Construire notre éternité ? : pourquoi laisser des traces numériques ?

(1)
1

Abstract

Why do digital users leave traces when they know that this information can be used to assess and influence their behavior ? From a theoretical point of view, we have considered traces as transitional instruments, carrying what the subject projects into them but also the patterns that he mobilizes. After having questioned the concepts of trace and double, we came to a threefold conclusion. First of all, the traces have several characteristics of the sacred : thus, the use of the traces which can be made for oracular purposes relates to the sacred ; then the digital trace can be perceived as a conservation contract between an Internet user and one or more publication platforms : certain Internet platforms now play on this conservation register and highlight it, explicitly or not, in their communication with their subscribers ; finally, the double does not exist but makes us feel what is not. We therefore hypothesized that a certain number of Internet users, more or less consciously, seem to register on the Web to aim for a certain dimension of permanence, including beyond their own existence. To validate this hypothesis, we interviewed users of a social networking service (SNS). These interviews show that this SNS is seen as a tool for managing "distances", including our distance to death. As our hypothesis seemed to be confirmed, we wondered if the promise of eternity formulated by certain SNSs could constitute one of the reasons for committing a radical act.
Pourquoi les utilisateurs du numérique laissent-ils des traces alors qu’ils savent que ces informations peuvent-être utilisées pour évaluer et d'influencer leurs comportements ? D’un point de vue théorique, nous avons considéré les traces comme des instruments transitionnels, porteurs de ce que le sujet y projette mais aussi des schèmes qu’il mobilise. Après avoir questionné les concepts de trace et de double, nous sommes parvenus à une triple conclusion. Tout d’abord, les traces possèdent plusieurs caractéristiques du sacré : ainsi, l’utilisation des traces qui peut être faite à des fins oraculaires relève du sacré ; ensuite la trace numérique peut être perçue comme un contrat de conservation entre un internaute et une ou plusieurs plateformes de publication : certaines plateformes Internet, jouent désormais sur ce registre de conservation et le mettent en avant dans leur communication avec leurs abonnés ; enfin, le double n'existe pas, mais nous fait ressentir ce qui n’est pas. Nous avons donc émis l’hypothèse qu’un certain nombre d’internautes, de façon plus ou moins consciente, semblent s'inscrire dans une présence sur le Web pour viser une certaine dimension de permanence, y compris au-delà de leur propre existence. Pour valider cette hypothèse, nous avons interviewé des utilisateurs d’un réseau social numérique (RSN). Ces entretiens montrent que ce RSN est perçu comme un outil permettant de gérer les "distances", y compris notre distance à la mort. Notre hypothèse nous semblant confirmée, nous nous sommes demandé si la promesse d’éternité que formulent certains RSN pouvait constituer une des raisons de commettre un acte radical
Fichier principal
Vignette du fichier
2021theseHennoJ.pdf (5.4 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03217687 , version 1 (05-05-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03217687 , version 1

Cite

Jacques Henno. Construire notre éternité ? : pourquoi laisser des traces numériques ?. Sciences de l'information et de la communication. Université Rennes 2, 2021. Français. ⟨NNT : 2021REN20001⟩. ⟨tel-03217687⟩
281 View
311 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More