French and shimaoré in Mayotte : reciprocal influences - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2019

French and shimaoré in Mayotte : reciprocal influences

Le français et le shimaoré à Mayotte : influences réciproques

(1)
1
Lavie Maturafi

Abstract

This thesis deals with contacts between languages in a multilingual environment, and specifically in Mayotte. It aims at analyzing the reciprocal influences between a native language, Shimaore, and a second language, French, in oral and written practices. In concrete terms, the purpose of this thesis is to study the morphosyntactic, semantic, phonetic and phonological aspects of Mahoraisian words inserted in discourses in French and vice-versa. It also aims at conducting a comparative study in order to identify generalities and specificities of oral and written communication. Since we hypothesized that linguistic coexistence between Shimaore and French generates reciprocal oral and written transfers, we have, on the one hand, recorded spontaneous speech of 10 speakers living in Mayotte, and on the other hand, collected around 15,000 comments from 425 writers within the social network Facebook. Data were analyzed using the concept of matrix language and embedded language (Myers-Scotton, 1993) and the pragmatic approach by Auer (1995) in order to identify the functions of Shimaore-French code-switching. Our results have revealed the presence of Mahorisms, Gallicisms and the use of a “language of interaction” (Auer, 1998), the “Shimahozungu”. Corpus examination has notably revealed the existence of a “francized Shimaore” and of a “shimaorized French”. Considering mixed practices of speakers, we establish a typology of borrowing and code-switching occurrences (intrasentential, intersentential).
Ce mémoire de thèse s’interroge sur les manifestations de contact de langues en milieu plurilingue, plus précisément à Mayotte. Son objectif est d’analyser les influences réciproques entre une langue maternelle, le shimaoré, et une langue seconde, le français, dans les pratiques orales et écrites. Concrètement, il comporte deux volets : une étude des aspects morphosyntaxiques, sémantiques, phonétiques et phonologiques des mots mahorais insérés dans un discours en français et vice-versa, et une étude comparative visant à dégager les généralités et les spécificités de la communication orale et écrite. Partant de l’hypothèse que la cohabitation linguistique entre le shimaoré et le français est susceptible d’entraîner des transferts entre les deux langues, à l’oral et à l’écrit, nous avons, d’une part, enregistré le parler spontané de 10 locuteurs résidant à Mayotte et, d’autre part, recueilli environ 15 000 commentaires sur le réseau social Facebook issus 425 scripteurs. Pour l’analyse des données, nous nous sommes appuyée sur le concept de langue matrice et de langue enchâssée (Myers-Scotton, 1993) et sur l’approche pragmatique de Auer (1995) dans le but de dégager les fonctions de l’alternance codique shimaoré-français. Nos résultats ont mis en évidence la présence de mahorismes, de gallicismes ainsi que l’usage d’une « langue d’interaction » (Auer, 1998), le shimahozungu. L’examen du corpus a notamment révélé l’existence d’un « shimaoré francisé » et d’un « français shimaorisé ». En partant des pratiques mêlées des locuteurs, nous avons pu établir une typologie des emprunts et des manifestations d’alternance codique (intra-phrastique, inter-phrastique).
Fichier principal
Vignette du fichier
60107_MATURAFI_2019_archivage-1.pdf (12.2 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03324804 , version 1 (24-08-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03324804 , version 1

Cite

Lavie Maturafi. Le français et le shimaoré à Mayotte : influences réciproques. Linguistique. Université Paul Valéry - Montpellier III, 2019. Français. ⟨NNT : 2019MON30116⟩. ⟨tel-03324804⟩
186 View
47 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More