Tolérance à l’effort, capacité fonctionnelle et syndrome de fragilité : place des tests de terrain dans la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2021

Exercise tolerance, functional capacity and frailty syndrome : the usefulness of field tests in chronic obstructive pulmonary disease (COPD)

Tolérance à l’effort, capacité fonctionnelle et syndrome de fragilité : place des tests de terrain dans la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)

Abstract

The clinical portrait of patients with chronic obstructive pulmonary disease (COPD) is often characterized by limb muscle dysfunction, exercise intolerance, and functional dependence that may lead to a frailty syndrome. The use of field tests, such as the one-minute sit-to-stand (1STS), has become widespread in clinical settings to assess patients' exercise tolerance, sometimes lacking the prior assessment essential for their validation. Moreover, firstly developed in clinical geriatrics, the concepts of functional capacity and frailty syndrome have received little attention in COPD, and their evaluation is sparse in pulmonary rehabilitation settings. Yet, these evaluations are necessary in patients with advanced disease, such as patients with chronic respiratory failure, for whom pulmonary rehabilitation goals and programs would require a more personalized approach.The first objective of this thesis was to evaluate the muscular, cardiorespiratory and symptomatic mechanisms limiting 1STS performance in patients with COPD. The second objective was to evaluate the effectiveness of a home-based pulmonary rehabilitation program on exercise tolerance, functional capacity and frailty syndrome in patients with COPD and chronic respiratory failure. The impact of physical frailty syndrome on the effectiveness and adherence to the pulmonary rehabilitation program was also assessed.First, despite being coined as a field exercise test, the 1STS elicit near maximum cardiopulmonary response and dynamic hyperinflation. Furthermore, the evidence of a delayed recovery in cardiorespiratory parameters following the 1STS in patients with COPD, demonstrated the clinical relevance of monitoring the recovery following 1STS. Although the main limiting mechanism during the 1STS appeared to be cardiorespiratory, quadriceps muscle fatigue, present in more than two thirds of the patients following 1STS, may also have contributed to limiting the performance during the 1STS.Secondly, the results demonstrated that physical frailty affected nearly half of COPD patients with chronic respiratory failure starting a pulmonary rehabilitation program. These frail patients were characterized by further decreases in physical activity, exercise tolerance and functional capacity compared to their non-frail counterparts. However, physical frailty was not a barrier to benefiting from the intervention in the short and medium term. Moreover, physical frailty was reverse in almost 80% of the patients who were frail prior to the program, shifting towards a more robust state.In conclusion, studies presented in the thesis highlighted: i) the clinical utility of field tests, such as the 1STS, to assess exercise tolerance in patients with COPD; and ii) the importance of assessing physical frailty in COPD patients with chronic respiratory failure to personalize the pulmonary rehabilitation approach, helping patients return to a more robust state after the intervention.
Le tableau clinique des patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est caractérisé par une dysfonction des muscles locomoteurs, une intolérance à l’effort, ainsi qu’une dépendance fonctionnelle pouvant conduire à un syndrome de fragilité. L’utilisation des tests de terrain, tels que le test de lever de chaise d’une minute (1STS), s’est généralisée dans les milieux cliniques pour évaluer la tolérance à l’effort des patients, à défaut parfois d’une évaluation préalable, indispensable à leur validation et utilisation sécuritaire. De plus, nouvellement empruntés à la gériatrie clinique, la capacité fonctionnelle et le syndrome de fragilité ne sont encore que trop peu documentés dans la MPOC, et leur évaluation est rare dans un contexte de réadaptation respiratoire. Elle est pourtant nécessaire chez les patients présentant une intolérance à l’effort sévère, tels que les patients atteints d’insuffisance respiratoire chronique, pour qui les objectifs et les programmes de réadaptation respiratoire nécessiteraient davantage de personnalisation.Le premier objectif de cette thèse était d’évaluer les mécanismes musculaires, cardiorespiratoires et symptomatiques limitants la réalisation du 1STS chez des patients atteints de MPOC. Le second objectif était d’évaluer l’efficacité d’un programme de réadaptation respiratoire à domicile chez des patients atteints de MPOC et d’insuffisance respiratoire chronique, ainsi que l’impact du syndrome de fragilité physique sur l’efficacité et l’adhésion au programme de réadaptation.Les premiers travaux de cette thèse ont démontré que bien qu'il s'agisse d'un test de terrain, le 1STS entraîne une réponse cardiorespiratoire quasi maximale chez les patients atteints de MPOC sévère. Par ailleurs, la mise en évidence d’un retard dans la récupération des paramètres cardiorespiratoires à la suite du 1STS, chez les patients atteints de MPOC, démontre la pertinence clinique de surveiller sa période de récupération. Bien que la principale limitation du 1STS semblait être cardiorespiratoire, la fatigue musculaire du quadriceps, présente chez plus de deux tiers des patients à la suite du 1STS, a pu également contribuer à la limitation de la performance au 1STS.Les travaux associés au deuxième objectif de cette thèse ont mis en évidence que le syndrome de fragilité physique affectait près de la moitié des patients atteints de MPOC et d'insuffisance respiratoire chronique, débutant une réadaptation respiratoire. Ces patients fragiles étaient caractérisés par une diminution de l’activité physique, de la tolérance à l’effort et de la capacité fonctionnelle par rapport à leurs homologues non-fragiles. Toutefois, la fragilité physique n’était pas un obstacle pour bénéficier de l’intervention à court et moyen termes. Par ailleurs, le programme de réadaptation respiratoire permettait l’amélioration du syndrome de fragilité chez plus de 80% des patients initialement fragiles.En conclusion, les travaux de cette thèse ont mis en évidence : i) L’utilité clinique des tests de terrain, tels que le 1STS, pour évaluer la tolérance à l’effort des patients atteints de MPOC ; et ii) L’importance d’évaluer la fragilité physique chez les patients atteints de MPOC et d'insuffisance respiratoire chronique afin de personnaliser l'approche de la réadaptation respiratoire et d'aider les patients à retrouver un état plus robuste après l'intervention.
Fichier principal
Vignette du fichier
2021LILUS024.pdf (4.68 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03519119 , version 1 (10-01-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03519119 , version 1

Cite

Sarah Gephine. Tolérance à l’effort, capacité fonctionnelle et syndrome de fragilité : place des tests de terrain dans la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). Médecine humaine et pathologie. Université de Lille; Université Laval (Québec, Canada), 2021. Français. ⟨NNT : 2021LILUS024⟩. ⟨tel-03519119⟩
225 View
370 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More