Prognosis and epidemiology of stroke in Parakou in Benin - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

Prognosis and epidemiology of stroke in Parakou in Benin

Épidémiologie et pronostic des accidents vasculaires cérébraux à Parakou au Bénin

(1)
1

Abstract

Scarce data are available on stroke prognosis in Africa. The aim of this thesis is to study the epidemiology and prognosis of stroke in northern Benin. Firstly, a first study on the prevalence of stroke in the urban community of Titirou in Parakou. This was a cross-sectional study that included 4671 subjects over 15 years of age selected in a door-to-door survey. The World Health Organization Stroke Screening Tool was used. Subjects with suspected stroke were reviewed by a stroke neurologist for confirmation. A total of 54 subjects were confirmed as having a stroke with a prevalence of 1156 per 100,000 population [95% CI 850-1426]. Of these, 44 could not perform a CT scan for the stroke subtype. For the 10 who did have a scan, there were 6 ischaemic and 4 haemorrhagic strokes. Risk factors identified were age, high blood pressure, diabetes, low fruit and vegetable intake, previous heart disease and a family history of stroke. We conducted a systematic review and meta-analysis in sub-Saharan Africa and found that the 1 month stroke case fatality was 24.1% [95% CI: 21.5-27.0] and 33.2% [95% CI: 23.6-44.5] at 1 year. At 5 years, approximately 40% of the stroke patients had died. Diabetes was associated with high lethality and haemorrhagic stroke predicted short-term mortality while ischemic stroke was associated with high long-term mortality among survivors. Next, mortality was studied in a hospital cohort of stroke patients in Parakou. The mean age of the stroke patients was 58.2+/-14.2 years and ischaemic stroke accounted for 40% and 29.3% were undetermined (no CT scan). In-hospital mortality was estimated at 6.2%. Factors associated with this lethality were significant neurological deficit, impaired alertness on admission and complications in the acute phase. In the long term, in this hospital cohort, the case fatality was 25.8% at 3 months, 30.1% at 1 year and 42.1% after 5 years. The main causes of death after the first stroke were recurrence (30.5%); infectious causes (16.9%); metabolic disorders (8.5%) and cardiac causes (6.8%). Predictors of long-term death were age, high blood pressure and significant neurological deficit. Survivors had an impaired quality of life and 46.3% were independent at 1 year and 77.5% at 5 years. Compliance was poor with only 25.5% of survivors having good therapeutic adherence. In order to improve the prognosis and social participation of stroke survivors we proposed a clinical trial protocol to show the importance of group physical activity to improve social participation. In conclusion, strokes are frequent in the general population in Parakou with a high mortality similar to that observed in sub-Saharan Africa. This mortality would be explained by vascular risk factors (such as hypertension, diabetes mellitus), the complications in the acute phase and a deficit in terms of secondary prevention strategy. An approach based on group physical activity could not only improve the management of vascular risk factors but also social participation and reduce this mortality and the burden of stroke in this area.
Les données sur le pronostic des accidents vasculaires cérébraux (AVC) pronostic en Afrique sub-saharienne sont consistantes. L’objectif de cette thèse est d’étudier l’épidémiologie et le pronostic des AVC au nord-Bénin. Pour ce faire plusieurs travaux ont été réalisés. D’abord une première étude de type porte-à-porte sur la prévalence des AVC dans la communauté urbaine de Titirou à Parakou ayant inclus 4671 sujets âgés de plus de 15ans. L’outil de screening des AVC de l’organisation mondiale de la santé a été utilisé pour le dépistage suivi d’une confirmation par un neurologue parfois accompagné de scanner. Au total 54 sujets ont été confirmés ayant un AVC avec une prévalence de 1156 pour 100000 habitants [IC95% 850-1426]. Parmi eux 44 n’ont pu réaliser un scanner pour le sous-type d’AVC. Pour les 10 qui ont eu cet examen il y avait 6 AVC ischémique et 4 AVC hémorragique. Les facteurs de risque identifiés étaient l’âge, l’hypertension artérielle, le diabète, la faible consommation de fruits et légumes, un antécédent de maladie cardiaque et un antécédent familial d’AVC. Dans une revue systématique assortie d’une méta-analyse, la létalité des AVC en Afrique sub-saharienne à 1 mois était de 24,1% [95% CI: 21,5–27,0] et de 33,2% [95% CI: 23,6–44,5] à 1an. A 5ans environ 40% des sujets victimes d’AVC étaient décédés. Le diabète était associé à une forte létalité et les AVC hémorragique prédisaient la mortalité à court terme tandis que les AVC ischémiques étaient associés à une forte mortalité à long terme parmi les survivants. Ensuite la mortalité a été étudiée dans une cohorte hospitalière de sujets victimes d’AVC à Parakou. L’âge moyen des sujets victimes d’AVC était de 58,2+/-14,2ans et les AVC ischémiques représentaient 40% et 29,3% étaient indéterminés (sans scanner). La mortalité à la phase hospitalière était estimée à 6,2%. Les facteurs associés à cette létalité étaient le déficit neurologique important, les troubles de la vigilance à l’admission et les complications à la phase aiguë. A long terme, dans cette cohorte hospitalière, la létalité était de 25,8% à 3mois, 30,1% à 1an et 42,1% après 5ans. Les principales causes de décès après le premier AVC étaient la récidive (30,5%) ; causes infectieuses (16,9%) ; les désordres métaboliques (8,5%) et les causes cardiaques (6,8%). Les facteurs prédictifs de décès à long terme étaient l’âge, l’hypertension artérielle et un déficit neurologique important. Les survivants avaient une qualité de vie altérée et 46,3% étaient indépendants à 1ans et 77,5% à 5ans. L’observance thérapeutique était mauvaise avec seulement 25,5% des survivants qui avaient une bonne observance thérapeutique. Afin d’améliorer le pronostic et la participation sociale des survivants d’AVC nous avons proposé un protocole d’essai clinique visant à montrer l’importance de l’activité physique en groupe pour améliorer la participation sociale. En conclusion les AVC sont fréquents en population générale à Parakou avec une mortalité élevée et similaire à celle observée en Afrique sub-saharienne. Cette mortalité serait expliquée par les facteurs de risque, les complications à la phase aiguë et un déficit en termes de stratégie de prévention secondaire. Une approche basée sur l’activité physique en groupe pourrait non seulement améliorer la prise en charge des facteurs de risque mais aussi la participation sociale et réduire cette mortalité.
Fichier principal
Vignette du fichier
2021LIMO0056.pdf (6.81 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03553252 , version 1 (02-02-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03553252 , version 1

Cite

Tododjitche Thierry Armel Adoukonou. Épidémiologie et pronostic des accidents vasculaires cérébraux à Parakou au Bénin. Médecine humaine et pathologie. Université de Limoges; Université d'Abomey-Calavi (Bénin), 2021. Français. ⟨NNT : 2021LIMO0056⟩. ⟨tel-03553252⟩
85 View
616 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More