Poétique de la manipulation narrative dans les Frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski, La Prisonnière et Albertine disparue de Marcel Proust et Les Faux-monnayeurs d'André Gide - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2022

Poetics of narrative manipulation in The Brothers Karamazov by Dostoevsky, The Prisonner and Albertine gone by Proust and The Counterfeiters by Gide

Poétique de la manipulation narrative dans les Frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski, La Prisonnière et Albertine disparue de Marcel Proust et Les Faux-monnayeurs d'André Gide

Pauline Gaudier
  • Function : Author
  • PersonId : 1195690
  • IdRef : 263549569

Abstract

During the 20th century, the writer’s authority has been more and more criticized with critical thinkers such as Roland Barthes who declared the "death of the author". However, from the end of the 19th century, some writers, such as Dostoevsky, and later Proust and Gide, became aware of the danger that Coleridge’s well-known "willing suspension of disbelief" could represent when acting as a reflex. In this work, we aim to demonstrate that The Brothers Karamazov by Fyodor Dostoevsky, The Prisonner and Albertine Gone by Marcel Proust, and The Counterfeiters by André Gide each put in motion a similar strategy of manipulation of the reader in order to break any automatic, passive and submissive reading. By distorting the narrative system, the characters status and the unraveling of the plot all along the story, these texts intentionally lose their reader among their pages without any narrative guide to guide his judgement. Forcing him to take responsibility for his own interpretation, this narrative manipulation seems to aim at forcing the reader to make a voluntary, conscious and even believing reading, and doing so to reassert the evocative power of literature.
Le XXe siècle voit se développer une contestation de l’autorité du romancier avec des théoriciens comme Roland Barthes qui déclara la « mort de l’auteur ». Cependant, dès la fin du XIXe siècle certains auteurs, dont Dostoïevski et, plus tard, Proust et Gide, se sont avisés du danger que pouvait représenter la fameuse « suspension consentie d’incrédulité » de Coleridge lorsqu’elle est de l’ordre du réflexe. Dans ce travail nous tentons de montrer que Les Frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski, La Prisonnière et Albertine disparue de Marcel Proust et Les Faux-monnayeurs d’André Gide mettent chacun en place une stratégie de manipulation du lecteur similaire, dont l’ambition est de briser l’automatisme d’une lecture passive et soumise. En distordant au cours du récit le système narratif, le statut des personnages et le déroulement de l’intrigue, ces textes perdent intentionnellement leur lecteur au sein de leurs pages, sans guide narratif pour orienter son jugement. Le forçant à prendre la responsabilité de son interprétation, cette manipulation narrative aurait pour ambition de forcer le lecteur à effectuer une lecture volontaire, consciente, voire même croyante, et ainsi de réaffirmer la force évocatrice de la littérature.
Fichier principal
Vignette du fichier
Gaudier_Pauline_2022_ED520.pdf (5.71 Mo) Télécharger le fichier
Origin Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03875597 , version 1 (28-11-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03875597 , version 1

Cite

Pauline Gaudier. Poétique de la manipulation narrative dans les Frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski, La Prisonnière et Albertine disparue de Marcel Proust et Les Faux-monnayeurs d'André Gide. Littératures. Université de Strasbourg, 2022. Français. ⟨NNT : 2022STRAC002⟩. ⟨tel-03875597⟩

Collections

STAR SITE-ALSACE
96 View
284 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More