Le gallicanisme au service de la concorde : Les évêques français dans la querelle du Sacerdoce et de l'Empire (1808-1814) - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2022

Gallicanism in the service of concord : The French bishops in la querelle du Sacerdoce et de l’Empire

Le gallicanisme au service de la concorde : Les évêques français dans la querelle du Sacerdoce et de l'Empire (1808-1814)

Abstract

For a long time, la querelle du Sacerdoce et de l’Empire has been summed up as a duel between Napoleon and Pius VII, the former intending to remove the Pope’s temporal powers from his hands, and to capture his spiritual powers for his own benefit, as illustrated by his desire to move the institutions of the Holy See to Paris. This thesis, however, seeks to shed new light on the place and role of a third actor, the French episcopate, which, because of its dual allegiance to the emperor on the temporal level and to the Pope on the spiritual level, was forced to redefine the thinking of a Gallican Church still marked by the revolutionary troubles. Three main axes guide our reflection. On the one hand, to trace la querelle du Sacerdoce et de l’Empire, in its complexity and its many twists and turns, while insisting, on the other hand, no longer on the action of the two sovereigns, already well studied, but on the incessant interventions of the French bishops of the Empire and their role during the five years of this crisis, which reached its apogee at the national council of 1811. From then on, we can analyse the evolution of episcopal discourse, which gradually gave way to the rise of a concordant Gallicanism imposing, within the framework of submission to the emperor, strict respect for papal prerogatives and the primacy of Rome in spiritual matters. This study thus paves the way for an overcoming of the simple split between Gallicans and ultramontanes to reveal a more elaborate Gallican doctrine that multiplies references to Bossuetian thought, while integrating the individual trajectories that may have guided the bishops in their positions. Following a chronological plan from the military occupation of Rome in February 1808 to the return of Pius VII to Rome in 1814 after five years spent under Napoleon’s surveillance in Savone and then in Fontainebleau, this study focuses in particular on two key moments : first of all, the summer of 1809, marked by the annexation of Rome, the excommunication of the emperor and the arrest of the Pope, as well as the summer of 1811, during which the National Council of 1811 was held, an attempt by Napoleon to mobilise his episcopate against his adversary, attempt which ultimately backfired. The bishops, far from being content with the role of préfets violets to which the emperor wanted to restrain them, revealed themselves in this period as ardent defenders of the Concordat of 1801, which guaranteed for them the balance between the spiritual and temporal powers that they wished to preserve, at the risk, for some of them, of their freedom. This thesis thus opens the way to a more complete analysis of the evolution of Gallican thought at the beginning of the 19th century, which paradoxically marks the beginnings of the rise to power of ultramontanism in France, which triumphed a few decades later.
La querelle du Sacerdoce et de l’Empire a longtemps été résumée à un duel entre Napoléon et Pie VII, le premier entendant soustraire au pape ses pouvoirs temporels, et capter à son profit ses pouvoirs spirituels comme l’illustre sa volonté de déplacer les institutions du Saint-Siège à Paris. Cette thèse entend pourtant apporter un nouvel éclairage en analysant la place et le rôle d’un troisième acteur, l’épiscopat français, qui part sa double allégeance, à l’empereur sur le plan temporel, et au pape sur le plan spirituel, se voit contraint de redéfinir la pensée d’une Église gallicane encore marquée par les troubles révolutionnaires. Trois axes principaux guident ainsi notre réflexion. Retracer d’une part la querelle du Sacerdoce et de l’Empire, dans sa complexité et ses multiples péripéties en insistant, d’autre part, non plus sur l’action des deux souverains, déjà bien étudiée, mais bien sur les interventions incessantes des évêques français de l’Empire et leur rôle durant les cinq années de cette crise qui connaît son apogée lors du concile national de 1811. Dès lors, nous pouvons analyser l’évolution des discours épiscopaux qui laissent progressivement place à une montée d’un gallicanisme concordataire, imposant, dans le cadre d’une soumission à l’empereur, le strict respect des prérogatives pontificales et la primauté de Rome dans les questions spirituelles. Cette étude ouvre ainsi la voie à un dépassement du simple clivage entre gallicans et ultramontains pour mettre au jour une doctrine gallicane plus élaborée qui multiplient les références à la pensée bossuétienne, tout en intégrant les trajectoires individuelles ayant pu guider les évêques dans leur prise de position. Suivant un plan chronologique partant de l’occupation militaire de Rome en février 1808 au retour de Pie VII à Rome en 1814 après cinq années passées sous la surveillance de Napoléon à Savone puis à Fontainebleau, cette étude s’axe notamment autour de deux temps forts que sont l’été 1809, marqué par l’annexion de Rome, l’excommunication de l’empereur et l’arrestation du pape, ainsi que l’été 1811 durant lequel se tient le concile national de 1811, par lequel Napoléon souhaite mobiliser son épiscopat contre son adversaire, tentative qui se retourne finalement contre lui. Les évêques, loin de se contenter du rôle de « préfet violet » auquel voulait les contenir l’empereur, se révèlent dans cette période les ardents défenseurs du Concordat de 1801 qui garantissait pour eux l’équilibre entre les puissances spirituelles et temporelles qu’ils souhaitent conserver, au péril pour certains d’entre eux, de leur liberté. Cette thèse ouvre ainsi la voie à une analyse pus complète de l’évolution de la pensée gallicane au début du XIXème siècle, qui marque paradoxalement les prémices de la montée en puissance de l’ultramontanisme en France, qui triomphe quelques décennies plus tard.
Fichier principal
Vignette du fichier
these_internet_patissier_m.pdf (5.38 Mo) Télécharger le fichier
Origin Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03955540 , version 1 (25-01-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03955540 , version 1

Cite

Maxime Patissier. Le gallicanisme au service de la concorde : Les évêques français dans la querelle du Sacerdoce et de l'Empire (1808-1814). Histoire. Université de Lyon, 2022. Français. ⟨NNT : 2022LYSE2030⟩. ⟨tel-03955540⟩
97 View
281 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More