Letting in Romance - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2021

Letting in Romance

Les réalisations du concept causal « laisser » dans les langues romanes

Abstract

The aim of this thesis is to propose a new solution to an old problem: what does it mean to 'let something happen'? It can be understood as the granting of permission or as the absence of intervention. But how do we know which of these two readings we are dealing with? To answer this question, I use the French verb laisser and the Spanish verb dejar as examples, since each of these two verbs can give rise to two distinct causative syntactic constructions, one monoclausal and the other biclausal. The idea is therefore to understand (i) whether these different degrees of syntactic complexity are reflected at any level in the interpretation of these causative constructions, and (ii) whether they differ from one language to another, since the constructions also differ. In order to understand the relationship between morphosyntax and conceptual representation(s), I present the three experiments I conducted aimed at testing the correspondence between syntactic structure and interpretation. These experiments show that morphosyntax is not the main factor in the interpretation of these causative constructions; on the contrary, other factors, such as the notion of authority and the causal concept of prevention, seem to be more relevant for the choice of one reading over another. Finally, using causal models, I show that although these relationships are expressed through causative constructs, they are in fact the representation of unrealized properties rather than the expression of any causal relationship.
L'objectif de cette thèse est de proposer une nouvelle solution à un vieux problème : qu’est-ce que cela signifie de "laisser quelque chose se produire" ? Cela peut être compris comme l'octroi d'une permission ou comme l'absence d'une intervention. Mais comment savoir à laquelle de ces deux lectures nous avons affaire ? Afin de répondre à cette question, j'utilise comme exemples le verbe français laisser et le verbe espagnol dejar, puisque chacun de ces deux verbes peut donner lieu à deux constructions syntaxiques causatives distinctes, l’une monoclausale et l’autre biclausale. L’idée est donc de comprendre (i) si ces différents degrés de complexité syntaxiques se reflètent à un quelconque niveau dans l’interprétation de ces constructions causatives, et (ii) si elles diffèrent d’une langue à l’autre, puisque les constructions diffèrent également. Afin de comprendre la relation entre morphosyntaxe et représentation(s) conceptuelle(s), je présente les trois expériences que j’ai menées visant à tester la correspondance entre la structure syntaxique et l'interprétation. Ces expériences montrent que la morphosyntaxe n'est pas le facteur principal dans l'interprétation de ces constructions causatives ; au contraire, d'autres facteurs, tels que la notion d'autorité ainsi que le concept causal de prévention, semblent être plus pertinents pour le choix d'une lecture plutôt qu'une autre. Enfin, je montre, grâce aux modèles causaux, que bien que ces relations soient exprimées au travers de constructions causatives, elles sont en réalité la représentation de propriétés non-réalisés plutôt que l’expression d’une quelconque relation causale.
Fichier principal
Vignette du fichier
LettinginRomance.pdf (1008.35 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-04120949 , version 1 (07-06-2023)
tel-04120949 , version 2 (22-12-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04120949 , version 2

Cite

Clémentine Raffy. Letting in Romance. Linguistics. Université Paris 8; Universität zu Köln, 2021. English. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-04120949v2⟩
27 View
36 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More