Chars à faux, éléphants, cataphractes et dromadaires dans les guerres hellénistiques : approche militaire, sociale et culturelle - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2022

Scythed chariots, elephants, cataphracts and dromedaries in the Hellenistic wars

Chars à faux, éléphants, cataphractes et dromadaires dans les guerres hellénistiques : approche militaire, sociale et culturelle

Abstract

At the time of the Diadochi, two mounted troops typical of Asian armies were deployed on the battlefields: war elephants, from India and scythed chariots, from Persia. The war elephants were successful during the 3rd century BCE, particularly in the Seleucid and Lagids kingdoms. The interest of the Hellenistic kings for the scythed chariots is more limited. Indeed, only the Seleucids and King Mithridates VI of Pontus used them. Two other mounted Asian troops, of whose activity there is little confirmed intelligence before the Hellenistic period, appear in the ranks of Antiochos III army, between the 3rd- and the 2nd centuries BCE.: the cataphract horsemen, of unknown origin, and the Arabian warriors mounted on dromedaries. The general attitude of historiographers towards the use of these troops has been critical particularly concerning tactical or strategical elements. Consequently, historians have often reduced this cultural openness to symbolic aspects, even considering it as proof of the military incompetence of Alexander's successors. Such conclusions are not in accordance with the in-depth study of these troops which tends rather to demonstrate the political intelligence and the military innovative capacity of the Hellenistic sovereigns.
À l’époque des Diadoques, deux troupes montées caractéristiques des armées de l’Asie sont déployées sur les champs de bataille : les éléphants de guerre, d’origine indienne, et les chars à faux, d’origine perse. Les premiers connaissent un grand succès durant le IIIe siècle av. J.-C., particulièrement dans les royaumes séleucide et lagide. L’intérêt des rois hellénistiques pour les seconds est plus limité puisque seuls les Séleucides et le roi Mithridate VI du Pont les ont utilisés. Deux autres troupes montées asiatiques, dont l’usage reste peu ou pas attesté avant l’époque hellénistique, apparaissent dans les rangs de l’armée d’Antiochos III à l’articulation des IIIe-IIe siècles av. J.-C.: les cavaliers cataphractes, d’origine incertaine, et les guerriers montés à dos de dromadaires, d’origine arabe. De manière générale, l’emploi de ces troupes a fait l’objet d’un jugement dépréciatif dans l’historiographie, notamment sur le plan tactique. En conséquence, les historiens ont souvent réduit cette ouverture culturelle à des aspects symboliques, voire considéré celle-ci comme une preuve de l’incompétence militaire des successeurs d’Alexandre. Ces conclusions ne résistent pas à l’étude approfondie de ces troupes, qui démontre au contraire l’intelligence politique et la capacité d’innovation militaire des souverains hellénistiques.
Fichier principal
Vignette du fichier
GUET.pdf (28.12 Mo) Télécharger le fichier
Origin Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-04161568 , version 1 (13-07-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04161568 , version 1

Cite

Regis Guet. Chars à faux, éléphants, cataphractes et dromadaires dans les guerres hellénistiques : approche militaire, sociale et culturelle. Histoire. Nantes Université, 2022. Français. ⟨NNT : 2022NANU2003⟩. ⟨tel-04161568⟩
163 View
59 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More