French internment camps (1938-1946) - Archive ouverte HAL Access content directly
Habilitation À Diriger Des Recherches Year : 2000

French internment camps (1938-1946)

Les camps français d'internement (1938-1946) - Doctorat d'Etat

(1, 2)
1
2

Abstract

From the beginnings in February 1939, to the closing of the last camp, in May 1946, I estimate that there were 600,000 internees in around 200 centres, not for offences or crimes which they would have made but for the potential danger that they would represent for the State and/or the society. Internment policies were governed by four successive logics : exception (1938-1940), exclusion (1940-1942), deportation (1942-1944), and again exception (1944-1946). These different periods and logics for a single phenomenon are connected. It will be noted that often it was a question for the French governments of answering an external constraint, which tends to privilege a “functional” approach of the phenomenon. But, once the constraints accepted by French State, there were several possibilities and the choice of the internment is linked, often, with ideological “préconstruits”. The structure of this “doctorat d'Etat” gives an account at the same time of these chronological cuts and continuities (study of the company of the internees, the guard, the opinion and the immediate social environment, the topology of the camps).
Entre févier 1939, date de l'ouverture du premier camp d'internement administratif, et mai 1946 date de la fermeture du dernier, quelque 600 000 personnes se sont retrouvées enfermées non pas pour des délits ou des crimes qu'elles auraient commis mais pour le danger potentiel qu'elles représenteraient pour l'Etat et/ou la société. Quatre logiques successives se sont succédé : l'exception (1938-1940), l'exclusion (1940-1942), la déportation (1942-1944), à nouveau l'exception (1944-1946). Ainsi s'enchaînent des périodes et des logiques différentes pour un phénomène unique. On notera que souvent il s'agissait pour les gouvernements français de répondre à une contrainte externe, ce qui tend à privilégier une approche « fonctionnelle » du phénomène. Mais, une fois la contrainte acceptée, il y avait plusieurs possibles et le choix de l'internement répondait alors, souvent, à des préconstruits idéologiques. Le plan choisi rend compte à la fois de ces coupures chronologiques et des continuités (étude de la société des internés, de la garde, de l'opinion et de l'environnement immédiat, de la topologie même des camps).
Fichier principal
Vignette du fichier
DenisPeschanski_2000_TEL_TheseEtat.pdf (5.24 Mo) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
DenisPeschanski_2000_TeL_Resum_TheseEtat.pdf (106.82 Ko) Télécharger le fichier
Format : Other

Dates and versions

tel-00362523 , version 1 (18-02-2009)

Identifiers

  • HAL Id : tel-00362523 , version 1

Cite

Denis Peschanski. Les camps français d'internement (1938-1946) - Doctorat d'Etat. Histoire. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, 2000. ⟨tel-00362523⟩
2632 View
29488 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More