DETERMINANTS, CONSEQUENCES AND A POLICY RESPONSE TO PRIVATE CAPITAL FLOWS IN DEVELOPING COUNTRIES - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2009

DETERMINANTS, CONSEQUENCES AND A POLICY RESPONSE TO PRIVATE CAPITAL FLOWS IN DEVELOPING COUNTRIES

LES DETERMINANTS, LES CONSEQUENCES ET LA GESTION DES FLUX DE CAPITAUX PRIVES DANS LES PAYS EN DEVELOPPEMENT

Abstract

This dissertation analyzes how developing countries could attract more private capital flows and benefit from these flows with higher productivity levels while avoiding some negative effects such as the appreciation of the real exchange rate. The first part of the dissertation analyzes the determinants of private flows from a macroeconomic perspective. The results show that infrastructure and financial development positively affect FDI and portfolio investment and that lax monetary policy significantly reduces portfolio investment (chapter 2). A firm-level analysis of the determinants of FDI strengthens the macroeconomic findings (chapter 3) and shows that better infrastructure, finance, and institutions stimulate FDI in the manufacturing sector. Human capital constraints are major obstacles for foreign firms exporting their production while financing constraints have more effect on foreign firms supplying the local market. In contrast with other developing countries, tax incentives do not seem to be successful in attracting capital flows to the manufacturing sector in Sub-Saharan African countries. The second part of the dissertation shows that public and private capital flows appreciate the real exchange rate, reducing countries' competitiveness (chapter 4). Among private flows, the real appreciation is higher for short-term flows such as portfolio investments than long-term flows (FDI and remittances). Exchange rate flexibility helps countries to dampen the appreciation of the real exchange rate stemming from capital inflows. A better investment climate for foreign firms significantly explains their higher productivity compared to local companies (chapter 5). Aggregate productivity would be significantly boosted if all firms face the investment climate of foreign firms. Finally, local firms supplying foreign companies with intermediate inputs exhibit higher productivity, highlighting the importance of vertical spillovers through backward linkages.
Cette thèse analyse comment les pays en développement pourraient attirer davantage de capitaux privés, en bénéficier avec une amélioration de leur productivité, tout en évitant les éventuels effets pervers tel que l'appréciation du taux de change réel. La première partie de la thèse analyse les déterminants macroéconomiques des capitaux privés. Les résultats montrent que les infrastructures, et le développement financier favorisent les investissements directs étrangers (IDE) et les investissements de portefeuille (chapitre 2). La politique monétaire expansive réduit à terme les investissements de portefeuille. Une analyse des déterminants des IDE à partir de données de firmes renforce les résultats macroéconomiques (chapitre 3) en concluant qu'une meilleure qualité des infrastructures, des institutions et un développement financier stimulent les IDE dans le secteur manufacturier. Les firmes étrangères exportant leur production souffrent davantage des insuffisances de capital humain alors que les contraintes de financement sont des obstacles plus importants pour les firmes étrangères desservant le marché local. Contrairement aux autres pays en développement, les incitations fiscales ne semblent pas être utiles dans le secteur manufacturier des pays d'Afrique Sub-saharienne. La seconde partie de la thèse montre que les flux de capitaux privés et publics apprécient le taux de change de réel, réduisant la compétitivité des pays (chapitre 4). L'appréciation du taux de change réel est plus élevée pour les capitaux privés de court terme tels que les investissements de portefeuille relativement aux flux de long terme (IDE et transferts de migrants). La flexibilité du taux de change permet aux pays d'atténuer l'appréciation du taux de change réel émanant des flux de capitaux. Le climat d'investissement plus favorable des firmes étrangères explique significativement leur plus grande productivité par rapport aux firmes locales (chapitre 5). La productivité agrégée des pays est significativement améliorée lorsque toutes les firmes font face de façon hypothétique au climat d'investissement des firmes étrangères. Les firmes locales fournissant les firmes étrangères en matières premières ont une productivité plus élevée. Cela valide l'importance des spillovers verticaux au travers des liens fournisseurs-clients.
Fichier principal
Vignette du fichier
These_Tidiane_KINDA.pdf (1.3 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

tel-00426893 , version 1 (28-10-2009)

Identifiers

  • HAL Id : tel-00426893 , version 1

Cite

Tidiane Kinda. DETERMINANTS, CONSEQUENCES AND A POLICY RESPONSE TO PRIVATE CAPITAL FLOWS IN DEVELOPING COUNTRIES. Humanities and Social Sciences. Université d'Auvergne - Clermont-Ferrand I, 2009. English. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-00426893⟩
632 View
754 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More