The subsistence of Bakoya Pygmies proof of agriculture: dynamics of ethnobotanical knowledge and practices (Department of Zadié, Ogooué-Ivindo, Gabon) - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2010

The subsistence of Bakoya Pygmies proof of agriculture: dynamics of ethnobotanical knowledge and practices (Department of Zadié, Ogooué-Ivindo, Gabon)

La subsistance des Pygmées Bakoya à l'épreuve de l'agriculture: dynamique des savoirs ethnobotaniques et des pratiques (Département de la Zadié, Ogooué-Ivindo, Gabon)

(1)
1
Beatriz Soengas
  • Function : Author
  • PersonId : 866573

Abstract

Originally semi-nomadic hunter-gatherers, Bakoya Pygmies now live in villages along the road together with non-pygmy ethnic groups (Mwesa, Mahongwe, Kota, Kwele and Bongom). This atypical pygmy group because sedentarized relatively since a long time and now practicing agriculture comparable to non-pygmy farmers from whom they learned to cultivate, offers an interesting framework for studying the dynamics of traditional ecological knowledge. The subject of my thesis is to study the effects of changing livelihood of Bakoya had on the ethnobotanical knowledge corpus, focusing on the plants used in a traditional activity, gathering, and on the food crop, cassava. To do this purpose, I conducted a comparative and synchronic study among Bakoya from Imbong and Ekata, two contrasted villages in terms of distance to the town and showing also socio-economic differences. I analyzed how the ethnobotanical knowledges vary according to age and sex among the Bakoya of the two villages. The same research protocol has been established with their non-pygmy neighbours, thus allowing to compare them with the Bakoya and to see if both of them differ. The methodology used is a combination of quantitative and qualitative methodologies. First, I conducted an ethnography to describe the social groups involved, their social organization and their production system. It helped to highlight social and economic changes of this group: (i) the important place of agriculture in the koya production system fot subsistence and for sale, (ii) the abandonment of traditional collective activities, in particular hunting, and (iii) changes in the nature of relations between Bakoya and non-Pygmies, Bakoya are now, in some cases, less dependent on non-Pygmies. On the other hand, I used quantitative methodologies that have helped to highlight how ethnobotanical knowledge related to subsistence activities are distributed and transmitted. Among the results obtained, it appears that today Bakoya and non-Pygmies share the same agricultural practices and the same knowledge about cassava. On the other hand, there are differentiated knowledge related to gathered plants, Bakoya are generally more knowledgeable than non-Pygmies, with most notable distinctions regarding traditional medicine and trees used for the construction or manufacture of utilitarian objects. Moreover, men and women, although they have specific knowledge related to their practices that reflect the sexual division of labour, are not necessarily devoid of knowledge related to the tasks of the opposite sex. Despite the schooling, generally children have important knowledge about gathered plants, but also cassava. Moreover, the change in livelihood had also consequences in the Bakoya's value system. From now on, after a relatively old settlement, and a long cohabitation with non-Pygmies, their priorities are more oriented toward agriculture. Perceptions related to forest are being reshaped by operating a dichotomy between the world of the village and the forest.
À l'origine chasseurs-cueilleurs semi-nomades, les Pygmées Bakoya vivent aujourd'hui dans des villages en bordure de route où ils cohabitent avec des groupes ethniques non-pygmées (Mwesa, Mahongwe, Kota, Kwele et Bongom). Ce groupe pygmée atypique car sédentaire depuis relativement longtemps et pratiquant désormais une agriculture comparable à celle des agriculteurs non-pygmées auprès desquels ils ont appris à cultiver, offre un cadre intéressant pour l'étude de la dynamique des savoirs naturalistes locaux. L'objet de ma thèse est d'étudier les répercussions que le changement de mode de subsistance des Bakoya a eu sur le corpus de savoir ethnobotanique, en me focalisant sur les plantes utilisées lors d'une activité traditionnelle, la collecte, et sur la principale culture vivrière, le manioc. Pour ce faire, j'ai mené une étude comparative et synchronique parmi les Bakoya d'Imbong et d'Ekata, deux villages contrastés en termes de distance à la ville et montrant aussi des différences socioéconomiques. J'ai analysé de quelle manière les savoirs ethnobotaniques variaient selon l'âge et le sexe parmi les Bakoya des deux villages. Le même protocole de recherche a été mis en place auprès de leurs voisins non-pygmées, permettant ainsi de les comparer aux Bakoya et de voir si les uns et les autres se différencient. La méthodologie employée est une combinaison de méthodes tant qualitatives que quantitatives. D'une part, j'ai réalisé une ethnographie pour décrire les groupes sociaux en présence, leur organisation sociale et leur mode de production. Elle a permis de mettre en lumière les changements sociaux, les transformations économiques de ce groupe : (i) la place importante qu'occupe l'agriculture dans le mode de production koya pour l'autoconsommation mais également pour la vente, (ii) l'abandon d'activités collectives traditionnelles, notamment de chasse, et (iii) des changements dans la nature des relations entre Bakoya et non-Pygmées, les Bakoya étant désormais, selon les cas, moins dépendants des non-Pygmées. D'autre part, j'ai fait appel à des méthodes quantitatives qui ont permis de mettre en lumière de quelle façon les savoirs ethnobotaniques liées aux activités de subsistance sont distribués et transmis. Parmi les résultats obtenus, il apparaît qu'aujourd'hui Bakoya et non-Pygmées partagent les mêmes pratiques agricoles et les mêmes connaissances concernant le manioc. Par contre, il existe des savoirs différenciés concernant les plantes de collecte, les Bakoya étant globalement plus connaisseurs que les non-Pygmées, avec des distinctions plus notables en ce qui concerne la médecine traditionnelle et les arbres employés pour la construction ou la fabrication d'objets utilitaires. Par ailleurs, hommes et femmes, bien qu'ayant des savoirs spécifiques liés aux pratiques qui leur incombent en écho à la division sexuelle du travail, ne sont pas pour autant dépourvus de savoirs liés aux tâches du sexe opposé. Malgré la scolarisation, de façon générale les enfants ont des connaissances importantes concernant les plantes de collecte, mais aussi le manioc. De plus, le changement de mode de subsistance a eu notamment comme conséquence un changement dans le système de valeurs des Bakoya. Dorénavant, après une sédentarisation relativement ancienne et une cohabitation longue avec les non-Pygmées, leurs priorités sont plus tournées vers l'agriculture. Les perceptions liées à la forêt se voient remodelées, en opérant une dichotomie entre le monde du village et celui de la forêt.
Fichier principal
Vignette du fichier
ANNEXES_these_Soengas.pdf (8.51 Mo) Télécharger le fichier
Vignette du fichier
manuscrit_these_Soengas.pdf (7.59 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

tel-00480270 , version 1 (03-05-2010)

Identifiers

  • HAL Id : tel-00480270 , version 1

Cite

Beatriz Soengas. La subsistance des Pygmées Bakoya à l'épreuve de l'agriculture: dynamique des savoirs ethnobotaniques et des pratiques (Département de la Zadié, Ogooué-Ivindo, Gabon). Sciences de l'Homme et Société. Museum national d'histoire naturelle - MNHN PARIS, 2010. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-00480270⟩
674 View
3091 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More