L'histoire dans l'oeuvre d'Andrés Rivera : écriture, réécriture et manipulation - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2015

History in Andrés Rivera’s work : writing, rewriting and manipulation

L'histoire dans l'oeuvre d'Andrés Rivera : écriture, réécriture et manipulation

Abstract

Argentinean writer Andrés Rivera’s refusal to consider some of his novels as being historical is the starting point of our reflection. In this work we approach the relations between history and fiction, the evolutions of historiography as well as those of the historical novel. The proliferation of historical novels in Latin America in the 1980’s and the 1990’s in particular, and the evolutions in the style and the themes of these novels have brought many critics to look into the phenomenon and to study the characteristics of what they have called the « new historical novel », « the contemporary historical novel » or more « the post-modern historical novel ». The formation of our corpus of novels or short stories by Rivera is based on Seymour Menton’s definition ; a novel is historical if the action takes place in a past that the author did not live. Thus, we chose the fictions in which the diegesis takes place between the 19th century and the beginning of the 20th century, which matches key periods of the Argentinean history : the May Revolution (« La revolución es un sueño eterno »), the civil wars and the period of Rosas (« En esta dulcetierra », « El farmer » and « Ese manco Paz »), the rise of the rural middle classes in the 1880's (« El amigo de Baudelaire » and « La sierva »), the 1920's (« Elprofundo Sur » and « Hay que matar »). Through this corpus, we intend to analyze the reading of the Argentinean history offered by Rivera, the notion of history drawn from it and the rewriting of history based on fiction he proposes
Le refus de l’écrivain argentin Andrés Rivera (1928) de considérer certains de ses romans comme historiques est le point de départ de notre réflexion. Nous abordons dans ce travail les relations entre histoire et fiction, les évolutions de l’historiographie ainsi que celles du roman historique. La prolifération de romans historiques en Amérique latine dans les années 80 et 90 et les évolutions dans le style et les thèmes de ces romans ont amené de nombreux critiques à se pencher sur le phénomène et à étudier ce qui caractérisaient ce qu’ils ont appelé le « nouveau roman historique », « le roman historique contemporain » ou encore « le roman historique postmoderne ». Nous avons constitué notre corpus de romans ou courts romans de Rivera en nous appuyant sur la définition de Seymour Menton selon laquelle un roman est historique si son action se déroule de manière prédominante dans un passé non vécu par l’auteur. Nous avons donc choisi les fictions dont la diégèse se situe entre le XIXe siècle et le début du XXe siècle, ce qui correspond à certaines périodes clés de l’histoire argentine : la Révolution de Mai (La revolución es un sueño eterno), les guerres civiles et l’époque de Rosas (En esta dulce tierra, El farmer et Esemanco Paz), l’essor de la bourgeoisie rurale dans les années 80 du XIXe siècle (El amigo de Baudelaire et Lasierva), les années 20 du XXe siècle (El profundo Sur et Hay que matar). Nous proposons d’analyser, dans ce corpus, la lecture de l’histoire argentine que propose Rivera, la conception de l’histoire qui s’en dégage et la réécriture de l’histoire qu’il propose à partir de la fiction.
Fichier principal
Vignette du fichier
These_Marina_Letourneur.pdf (40.59 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)
Loading...

Dates and versions

tel-01306581 , version 1 (25-04-2016)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01306581 , version 1

Cite

Marina Letourneur. L'histoire dans l'oeuvre d'Andrés Rivera : écriture, réécriture et manipulation. Littératures. Université d'Angers, 2015. Français. ⟨NNT : 2015ANGE0008⟩. ⟨tel-01306581⟩
789 View
955 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More