Multicultural planning and integration. Multiethnic markets as new heterotopias of insurgency - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2016

Multicultural planning and integration. Multiethnic markets as new heterotopias of insurgency

Planification multiculturelle et intégration. Les marchés multiethniques comme des nouvelles éterotopies

Multicultural planning e integrazione. I mercati multietnici come nuove eterotopie dell'insorgenza

(1, 2)
1
2

Abstract

My PhD thesis focuses on the role urban planning can play in the management of diversity in the city. In European countries, migration policies have failed to create a common and shared space to deal with the numerous questions raised by the so called “migration crisis” creating informal, legal, passive or active boundaries for foreigners. However, even when absent at the level of government we can nevertheless observe informal practices that are put in place by migrants to give an answer to their immediate needs and that can be used as a magnifying glass of more deeply rooted socio-political needs. I argue that these dynamics can be observed in same particular space as multiethnic markets in the city where informal practices could be looked as clues in order to suggest new policies. Urban planning has a crucial role to play in these policies, enhancing the creation of new forms of ‘living the city’ and a renewed form of urban citizenship can represent a pivotal point to commit urban planning in the quest for spatial and social justice (Sandercook, 1996). Notions of formal citizenship have changed within the context of contemporary massive urban migration (Penninx et al., 2004).The search for new models of integration has been the priority of States concerned by both the problem of the second generation without legal rights, and new incoming groups. Better integration of migrant groups and guarantees of security have been the leitmotiv in the European political discourses in this search. However, the gap between the policies defined at the national level and the implemented policies on the ground increased, because local experiences do not resonate with the abstract frame of the national policy directives. This gap leads to a further growing apart of formal and informal practices of citizenship. Usually these conflicts show themselves in sensitive urban space like squares, ethnic streets or suburbs. However, before their final outbreaks, these conflicts are informal and can be observed in shared and everyday urban space as streets, squares and markets. I suggest that these practices are insurgent (Holston,1996) that means they are a direct response to some gap into the management policies of the multicultural issue in the market and as a consequence in the city. These practices show the weakness or the failures of policies when national or local governments decided to rationalize, restrict and underestimate the relevant role of the space in the integration policies. In fact, the neglected part of the policies is the power of diversion (Olivier de Sardan, 2008) that those subjected to certain policies exert as an option strategy. This means that people can sometimes act in open contrast with policies that seemingly stimulate integration while they increase cultural, economic or political segregation. These dynamics reveal some problems entangled in the national policies that can be listed as follows: – A misunderstanding of the importance of cultural differences, and of the fact that they are not fixed in a time or in a space but adjustable, flexible and dynamic; – Misinterpretation of the practices that immigrants bring with them that could be seen as illegal or could be in contrast with the customary and formal understanding of a space; – Unawareness or underestimation of the asymmetrical local power relations and their consequences on the everyday life and on the relation with the policies themselves. This includes the overcoming of the concept of a single public interest in favour of a wider view of several public interests, sometimes struggling against each other; – The fear of more forward-looking policies that need an upturning of the present fixed idea of national identity; – Underestimation of the potential of multicultural planning in improving public, multicultural and accessible space in the city I conclude the dissertation with a deep rethinking of the notion of citizenship that has to take into account the needs behind the everyday informal practices as a core objective for more encompassing integration policies. I push forward the notion of metrozenship made by Oren Yiftachel and using it as a tool for a new social impact assessment aimed at foreseeing the possible consequences of a policy before its implementation. The very last part of the dissertation is dedicated to the theorical analysis of the market space as an heterotopia (Foucault, 1974). I argue that this comparison can open and widen the possibility for the urban planning to think at such space and to use it as a microcosm in which experiment new forms of living the diversity.
Ma thèse de doctorat porte sur le rôle que l'urbanisme peut jouer dans la gestion de la diversité dans la ville. Dans les pays européens, les politiques migratoires n'ont pas réussi à créer un espace commun et partagé pour répondre aux nombreuses questions soulevées par la crise des migrations créant des frontières informelles, légales, passives ou actives pour les étrangers. Cependant, même en l'absence du gouvernement, nous pouvons néanmoins observer des pratiques informelles mises en place par les migrants pour répondre à leurs besoins immédiats et qui peuvent être utilisées comme une loupe de besoins sociopolitiques plus enracinés. Je soutiens que ces dynamiques peuvent être observées dans des espaces particuliers comme les marchés multiethniques dans la ville où les pratiques informelles pourraient être considérées comme des indices pour suggérer de nouvelles politiques. La planification urbaine a un rôle crucial à jouer dans ces politiques, l'amélioration de la création de nouvelles formes de «vivre la ville» et une forme renouvelée de citoyenneté urbaine peuvent représenter un point essentiel pour engager l'urbanisme dans la recherche de la justice spatiale et sociale (Sandercook, 1996). Les notions de citoyenneté formelle ont changé dans le contexte de la migration urbaine massive contemporaine(Penninx et al., 2004). La recherche de nouveaux modèles d'intégration a été la priorité des États concernés tant par le problème de la deuxième génération sans droits légaux que par les nouveaux groupes entrants. Une meilleure intégration des groupes de migrants et des garanties de sécurité ont été le leitmotiv dans les discours politiques européens dans cette recherche. Toutefois, l'écart entre les politiques définies au niveau national et les politiques mises en œuvre sur le terrain a augmenté, car les expériences locales ne sont pas en accord avec le cadre abstrait des directives de politique nationale. Cet écart conduit à une plus grande différenciation des pratiques formelles et informelles de la citoyenneté. Habituellement ces conflits se manifestent dans l'espace urbain sensible comme les places, les rues ethniques ou les banlieues. Cependant, avant leur éclosion finale, ces conflits sont informels et peuvent être observés dans l'espace urbain partagé et quotidien comme les rues, les places et les marchés. Je suggère que ces pratiques sont insurgées ("insurgent", Holston, 1996) qui signifie qu'elles sont une réponse directe à un certain écart dans les politiques de gestion de la question multiculturelle sur le marché et, par conséquent, dans la ville. Ces pratiques montrent la faiblesse ou parfois les échecs des politiques lorsque les gouvernements nationaux ou locaux ont décidé de rationaliser, de restreindre et de sous-estimer le rôle pertinent de l'espace dans les politiques d'intégration. En fait, la partie négligée des politiques est le pouvoir de détournement (Olivier de Sardan, 2008) que ceux soumis à certaines politiques exercent comme une stratégie d'option. Cela signifie que les gens peuvent parfois s'opposer ouvertement à des politiques qui semblent stimuler l'intégration tout en augmentant la ségrégation culturelle, économique ou politique. Ces dynamiques révèlent certains problèmes qui se retrouvent dans les politiques nationales qui peuvent être énumérées comme suit: – Une méconnaissance de l'importance des différences culturelles et du fait qu'elles ne sont pas fixées dans un temps ou dans un espace mais réglables, flexibles et dynamiques; –Une interprétation erronée des pratiques que les immigrants apportent avec eux, qui pourrait être considérée comme illégale ou pourrait être en contraste avec la compréhension habituelle et formelle d'un espace; – Incapacité ou sous-estimation des relations asymétriques de pouvoir local et de leurs conséquences sur la vie quotidienne et sur la relation avec les politiques elles-mêmes. Cela comprend la suppression du concept d'intérêt public unique en faveur d'une vision plus large de plusieurs intérêts publics, parfois en lutte les uns contre les autres; –La crainte de politiques plus tournées vers l'avenir qui ont besoin d'un renversement de l'idée fixe actuelle de l'identité nationale; – Sous-estimation du potentiel de la planification multiculturelle dans l'amélioration de l'espace public, multiculturel et accessible dans la ville Je termine la thèse par une réflexion approfondie sur la notion de citoyenneté qui doit tenir compte des besoins qui sous-tendent les pratiques informelles quotidiennes comme un objectif essentiel pour des politiques d'intégration plus globales. Je fais avancer la notion de métrozenship faite par Oren Yiftachel (Yiftachel, 2014) et en l'utilisant comme un outil pour une nouvelle étude d'impact social visant à prévoir les conséquences possibles d'une politique avant sa mise en œuvre. La dernière partie de la dissertation est consacrée à l'analyse théorique de l'espace du marché comme une hétérotopie (Foucault, 1974). Je prétends que cette comparaison peut ouvrir et élargir la possibilité pour l'urbanisme de penser à tel espace et de l'utiliser comme un microcosme dans lequel expérimenter de nouvelles formes de vivre la diversité.
Fichier principal
Vignette du fichier
MONTELLA 2016 Multicultural planning PhD_v2.pdf (2.86 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

tel-01457416 , version 1 (01-03-2017)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives - CC BY 4.0

Identifiers

  • HAL Id : tel-01457416 , version 1

Cite

Maria Grazia Montella. Multicultural planning e integrazione. I mercati multietnici come nuove eterotopie dell'insorgenza. Geography. Università di Roma "La Sapienza", 2016. Italian. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-01457416⟩
390 View
915 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More