Maxims (γνῶμαι) in archaic and classical Greek Literature (from Homer to Thucydides). - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2000

Maxims (γνῶμαι) in archaic and classical Greek Literature (from Homer to Thucydides).

Les sentences (γνῶμαι) dans la littérature grecque archaïque et classique (d'Homère à Thucydide)

(1, 2, 3)
1
2
3

Abstract

This work is a study of the maxims (γνῶμαι) upon which the Greek literature, from the first poets to philosophers and historians, invites its audience to meditate. The role of those maxims in the elaboration of the moral, political, juridical and philosophical tradition is very important. If, for the Ancients, Homer was the master of the γνώμη, if the “mythical” explanations of the world were also “gnomic”, so are the first philosophers, often poets themselves, only known through sententious fragments. The maxims are also central in the Histories of Herodotus, who builds, side by side, an historical argument and a web of poetical explanations. They are one of the keys to the sophists’ art of persuasion. Thucydides reinvents them according to different criteria et rejects their poetic origin. As for Aristotle, he imagines a science devoted to them, the “gnomology”. The enduring quality of those maxims is remarkable, as well as the role they play in the history of ideas in ancient Greece. Once put into words, the γνῶμαι seem to become set as so many unchanging formulas. But their meaning and significance change as time goes by, ensuring their relevance, even when the beliefs and values which had given birth to them became, if not suppressed, at least discussed, or even disputed. One must consider how those maxims, even though neither the words nor the formulas have changed, may have been used to explain very different realities, so distant sometimes that the latest could appear to make a clean sweep of the past.
Ce travail est consacré à l’étude des « sentences » (γνῶμαι) que la littérature grecque, depuis les premiers poètes jusqu’aux philosophes et historiens, invite ses auditeurs et, plus tard, ses lecteurs à méditer. La place de ces maximes dans l’élaboration de la tradition morale, politique, juridique et philosophique est très importante. Si, pour les Anciens, Homère est le maître de la γνώμη, si les explications « mythiques » du monde sont également « gnomiques », de même, les premiers philosophes, souvent poètes eux-mêmes, ne sont connus que par de sentencieux fragments. Ce sont encore les sentences qui nourrissent les Enquêtes d’Hérodote, l’historien développant, côte à côte, un raisonnement historique et un réseau d’explications poétiques. Ce sont elles dont les sophistes font l’une des clefs de leur art, celui de persuader. Thucydide, lui, les réinvente selon d’autres critères et rejette leur origine poétique. Quant à Aristote, il invente leur science, la « gnomologie ». La pérennité de ces maximes est donc remarquable, tout comme le rôle qu’elles jouent dans l’histoire des idées en Grèce ancienne. Une fois exprimées, les γνῶμαι semblent se figer en autant de « formules ». Mais leur rôle, leur portée ont évolué au fil du temps, assurant à chaque fois leur pertinence, y compris lorsque les croyances et les valeurs qui leur avaient donné naissance se trouvèrent, sinon abolies, du moins discutées, voire contestées. Il convient donc d’apprécier de quelle manière ces sentences, sans que ni les mots ni les formules ne changent, ont pu servir à expliquer des réalités très différentes, si éloignées parfois que les plus récentes pouvaient sembler faire table rase du passé.
Fichier principal
Vignette du fichier
Daix _Les Sentences_ (thèse 2000.12.18).pdf (3.73 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-01889295 , version 1 (05-10-2018)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives - CC BY 4.0

Identifiers

  • HAL Id : tel-01889295 , version 1

Cite

David-Artur Daix. Les sentences (γνῶμαι) dans la littérature grecque archaïque et classique (d'Homère à Thucydide). Etudes classiques. École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), 2000. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-01889295⟩
244 View
454 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More