Characterization of plant pathogens responsible for losses of the french garlic industry : Development of a detection method - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

Characterization of plant pathogens responsible for losses of the french garlic industry : Development of a detection method

Caractérisation des agents phytopathogènes responsables des pertes de la filière ail : mise au point d'une méthode de détection

(1)
1
Paul L. Chretien

Abstract

Since the early 2000s and despite a high level of sanitary requirements, the French garlic sector has suffered increasingly significant losses linked to the emergence of a fungal disease causing rotting of the bulbs during storage. The losses endured by some producers can reach 90%. In 2016, a collaboration was established between INRAE and the French garlic industry in order to clarify the etiology of this disease and to develop diagnostic methods in view of the long terms goal of developing effective and sustainable methods of control. The specific objectives of this collaboration were to 1) establish the causes of the disease, 2) characterize the causative agents, 3) elucidate the process of clove penetration and 4) develop a method for detecting the pathogen(s) involved.The first step was to build a collection of strains from a sample of 5,493 cloves from 354 heads collected over 3 seasons, in the two main production basins and on as many varieties of garlic as possible leading to a collection of> 1000 fungal strains. Through molecular identification, two fungal species associated with symptoms were identified: F. proliferatum, the dominant pathogen, and F. oxysporum. Based on the DNA sequences of the so-called housekeeping gene (translation elongation factor 1 alpha) a predominant haplotype within the strains of F. proliferatum was described in addition to twenty other minor haplotypes among the two identified species.A test of aggressiveness on garlic was developed to validate Koch's postulates and to characterize the pathogenicity of strains of F. proliferatum and F. oxysporum. A representative panel of strains was chosen. All of the selected strains recreated garlic symptoms with varying levels of disease intensity. The variability of the aggressiveness of the strains was compared with the genetic diversity observed previously: some haplotypes showed statistically superior aggressiveness than others.In order to understand when and how F. proliferatum penetrates into cloves, histological observations of the root plateau (root growth zone) were carried out in partnership with Avignon University and the 3A microscopy platform. The results showed that, when the fungus is inoculated at the base of the clove, it can penetrate at the level of natural wounds (at the exit point of roots, for example). The root plate can constitute an environment favorable to fungal development and degradation of the tissue by the mycelium happens at a distance from the mycelial front and in all directions.Finally, based on DNA sequences obtained during molecular identification, LAMP primers were designed and tested in vitro as the first step in the method for detecting F. proliferatum. These primers showed specificity to F. proliferatum. The in vivo tests in progress will delimit the final form of the detection method. This method will be passed on to stakeholders in the French garlic sector and will make it possible to elucidate the biological cycle of F. proliferatum on garlic and, in the future, to limit the occurrence of this disease.
Depuis le début des années 2000 et ce, malgré un haut niveau d’exigence sanitaire, la filière française de l’ail subit des pertes de plus en plus importantes liées à l’émergence d’une maladie fongique entraînant le pourrissement des bulbes lors du stockage. Les pertes subies par certains producteurs peuvent atteindre les 90%. En 2016, une collaboration naît entre INRAE et la filière française afin de comprendre les tenants et aboutissants de cette maladie. Dans le but de développer une méthode de lutte efficace et durable contre la pourriture brune de l’ail il a fallu 1) établir les causes de la maladie, 2) caractériser les agents responsables, 3) élucider le processus de pénétration des gousses et 4) mettre au point une méthode de détection des microorganismes. La première étape a été de constituer une collection de souches à partir d’un échantillonnage de 5493 gousses provenant de 354 têtes collectées pendant 3 saisons, dans les deux bassins principaux de production et sur le plus de variétés d’ail possibles conduisant à la mise en collection de plus de 1000 souches fongiques. Grâce à l’identification moléculaire, deux espèces fongiques isolées de symptômes ont été identifiées : F. proliferatum, majoritaire, et F. oxysporum. Grâce aux séquences d’ADN du gène tef-1α dit de ménage (translation elongation factor 1 alpha) un haplotype majoritaire au sein de l’espèce F. proliferatum a pu être décrit en plus d’une vingtaine d’autres haplotypes appartenant aux deux espèces identifiées. Un test d’agressivité sur ail a été développé afin de valider les postulats de Koch et de caractériser le pouvoir pathogène des souches de F. proliferatum et F. oxysporum. Un panel représentatif de souches a été formé. L’ensemble des souches sélectionnées ont recréé des symptômes sur ail avec des niveaux d’agressivité variables. La diversité d’agressivité des souches a été mise en parallèle avec la diversité génétique observée précédemment : certains haplotypes ont montré une agressivité statistiquement supérieure aux autres. Afin de comprendre quand et comment F. proliferatum arrivait à pénétrer au sein des gousses, des observations histologiques du plateau racinaire (zone de croissance des racines) ont été réalisées en partenariat avec Avignon Université et la plateforme de microscopie 3A. Les résultats montrent que, lorsque le champignon est inoculé à la base de la gousse, il peut pénétrer au niveau de blessures naturelles (ex : sortie des racines), que le plateau racinaire peut constituer un environnement favorable à son développement et que la dégradation des tissus par le mycélium se fait à distance et dans toutes les directions. Enfin, grâce aux séquences d’ADN obtenues lors de l’identification moléculaire, des amorces LAMP ont pu être conçues et testées in vitro, première étape de la méthode de détection de F. proliferatum. Ces amorces ont montré une spécificité vis-à-vis de l’espèce F. proliferatum. Les tests in vivo en cours viendront dessiner la forme finale de la méthode de détection. Cette méthode sera transmise aux acteurs de la filière française et permettra d’élucider le cycle biologique de F. proliferatum sur l’ail et à l’avenir de prévenir le risque sur gousses.
Fichier principal
Vignette du fichier
Manuscrit_These.pdf (8.27 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03211009 , version 1 (28-04-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03211009 , version 1

Cite

Paul L. Chretien. Caractérisation des agents phytopathogènes responsables des pertes de la filière ail : mise au point d'une méthode de détection. Sciences agricoles. Université d'Avignon, 2021. Français. ⟨NNT : 2021AVIG0363⟩. ⟨tel-03211009⟩

Collections

STAR INRAE PV
335 View
266 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More