Magic bullet or shot in the dark? Potential and limits of biological control for experimental ecology - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2021

Magic bullet or shot in the dark? Potential and limits of biological control for experimental ecology

Solution miracle ou coup dans l’eau ? Potentiel et limites de l’utilisation des programmes de lutte biologique en écologie expérimentale

Abstract

Biological control (or biocontrol) is the use of living organisms to suppress the population density or impact of a specific pest organism, making it less abundant or less damaging than it would otherwise be. The biological control agent may directly or indirectly interact with more than just the target pest and vice versa. Therefore, monitoring its populations, in conjunction toother ecological factors, may allow to confirm or discard ecology theories or unveil brand new interactions with both abiotic and biotic facets of the recipient ecosystem. Moreover, the methodological aspects of the post release monitoring phase and those of ecological experimentations sometimes do share similarities. In this work I explore how both disciplines are reconciled and how the resulting data from biocontrol could be optimized for its use in ecology.I use data from biological control programs to address questions related to invasion dynamics, community ecology and landscape ecology.In chapter 1, I detail the case studies: (i) the introduction of the parasitoid Torymus sinensis (Hymenoptera: Torymidae) against the Asian chestnut gall wasp Dryocosmus kuriphilus (Hymenoptera: Cynipidae) ; (ii) the introduction of the ectoparasitoid Mastrus ridens (Hymenoptera: Ichneumonidae) against the codling moth Cydia pomonella (Lepidoptera: Tortricidae) ; (iii) a nation-wide survey of Trichogramma species in France in order to characterize the ecological ranges of each species; (iv) the description of egg parasitoid species associated with Iphiclides podalirius (Lepidoptera: Papilionidae) at a fine temporal scale.Chapter 2 is focused on understanding the dispersal of T. sinensis at the scale of several chestnut producing areas. In this chapter, I use monitoring data from release sites to fit a growth model for populations of T. sinensis in order to infer the time since colonization in naturally colonized sites. In chapter 3 I investigate the impacts of the successful control of D. kuriphilus by T.sinensis on the structure of native parasitoid community that recently became associated with the pest. Chapter 4 is focused on cases where scientific valorization ranges from a complete failure (primo-introduction of M. ridens), the diffusion of naturalist knowledge (survey of I. podalirius and related oophagous parasitoids) and/or the identification of some patterns using specific statistics (national survey of Trichogramma species).Finally, by compiling knowledge from the extensive literature on biological control and field experience I then discuss on the potentials and limits of biological control programs for experimental ecology. I conclude that although biological control gives an ecological context to experimentation by allowing to manipulate a wide variety of factors, the context and the organisms at play may not be compatible with any ecological issue. For example, the obvious parallel between classical biological control and invasion biology makes the former extremely useful to study ecological processes that drive the success of invasions. This in turn could yield knowledge that may have implication in other disciplines such as the preservation of endangered species. However, factors like the low detectability of a biological control agent at low densities (coupled with varying sensibility of monitoring methods) may render the study of early stages dynamics and interactions too much of a daunting endeavor.
La lutte biologique (ou biocontrôle) est l’utilisation d’organismes vivants pour lutter contre les populations de ravageurs des cultures en réduisant leur densité et les dommages qu’ils causent. L’auxiliaire de lutte biologique peut interagir, directement ou indirectement avec d’autres organismes en plus du ravageur ciblé et inversement. Le suivi de ses populations, en plus du suivi d’autres variables écologiques, pourrait donc permettre de confirmer ou réfuter des théories écologiques ou découvrir de nouvelles interactions avec les facettes biotiques et abiotiques de l’écosystème. De plus, les aspects méthodologiques de la phase de suivi postlâcher et ceux de l’expérimentation en écologie partagent de fortes ressemblances. Dans ce travail, j’explore comment ces deux disciplines peuvent être conciliées et comment les données qui découlent de la lutte biologique peuvent être optimisées pour leur utilisation en écologie. J’utilise des données issues de programmes de lutte biologique pour traiter des questions en relation avec les dynamiques d’invasion, l’écologie des communautés et l’écologie du paysage. Dans le premier chapitre, je détaille les cas d’études utilisés : (i) l’introduction du parasitoïde Torymus sinensis contre la guêpe galligène Dryocosmus kuriphilus ; (ii) l’introduction de l’ectoparasitoïde Mastrus ridens contre le carpocapse de la pomme Cydia pomonella ; (iii) un inventaire des Trichogramma de France ayant pour objectif de caractériser les zones écologiques de chaque espèce ; (iv) la description des parasitoïdes oophages associés à Iphiclides podalirius à fine échelle temporelle. Le chapitre 2 est centré sur l’étude de la dispersion de T. sinensis à l’échelle de plusieurs zones productrices de châtaignes. Dans ce chapitre, j’utilise des données de suivi sur les sites de lâcher pour en faire un modèle de croissance des populations de T. sinensis et ainsi inférer les dates de colonisations de sites naturellement colonisés. Dans le chapitre 3, je recherche les impacts du succès du contrôle biologique de D. kuriphilus par T. sinensis sur la structure de la communauté de parasitoïdes natifs, récemment associée au ravageur. Le chapitre 4 est dédié aux cas d’études où la valorisation scientifique varie d’un échec complet (primo-introductions de M. ridens), la diffusion de connaissances naturalistes (suivi d’I. podalirius et des parasitoïdes oophages associés) en passant par l’identification de motifs écologiques à l’aide d’outils statistiques spécifiques (suivi des espèces de Trichogrammes à échelle nationale).Enfin, en compilant les connaissances disponibles dans la littérature et mon expérience sur le terrain, je discute ensuite du potentiel et des limites de l’utilisation de la lutte biologique en tant qu’expérimentation en écologie. Je conclue que bien que la lutte biologique fournisse un contexte écologique à l’expérimentation en permettant la manipulation de plusieurs facteurs, le contexte et les organismes impliqués ne peuvent pas être adaptés à n’importe quelle problématique écologique. Par exemple, le parallèle évident entre la biologie de l’invasion et la lutte biologique fait de ce dernier un fort atout pour étudier les procédés qui régissent lesuccès des invasions. Cependant, les facteurs comme les faibles seuils de détectabilité d’un auxiliaire de lutte biologique à faible densité (couplé à la sensibilité des méthodes de suivis) peuvent faire de l’étude des dynamiques et interactions lors des stades précoces de l’invasion, une entreprise périlleuse.
Fichier principal
Vignette du fichier
2021COAZ6008.pdf (6.51 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03272503 , version 1 (28-06-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03272503 , version 1

Cite

David Muru. Magic bullet or shot in the dark? Potential and limits of biological control for experimental ecology. Vegetal Biology. Université Côte d'Azur, 2021. English. ⟨NNT : 2021COAZ6008⟩. ⟨tel-03272503⟩
192 View
238 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More