Retour au travail après un cancer du sein : évaluation des besoins dans le cadre d’un protocole d’Intervention Mapping - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2020

Return to work after breast cancer : needs assessment as part of an Intervention Mapping protocol

Retour au travail après un cancer du sein : évaluation des besoins dans le cadre d’un protocole d’Intervention Mapping

Abstract

Background: Breast cancer is the leading cancer among women in France with an estimated incidence of 58,459 new cases per year. Life expectancy at 5 years is high (87%). Partial prevalence at 5 years is 220,000 cases, 123,000 of which are under 65 years of age. Thus 123,000 women of working age in France have had cancer in the last 5 years. Returning to work and remaining in employment after cancer improves the quality of life and reduces social protection expenditure. The return to work depends on medical, demographic, and socio-professional factors and faces several barriers and social inequalities. No intervention developed to address this issue has so far proved to be effective.MethodThe FASTRACS research program aims to develop, implement, and evaluate an intervention to facilitate and support return to work after breast cancer with the Intervention Mapping protocol. This study is part of the first stage of the protocol: creation of a planning group, needs assessment, and development of a logic model of the problem.ResultsWe conducted two systematic reviews of the literature to clarify the interests and limitations of the Intervention Mapping protocol in the field of cancer and return to work. They showed that the use of a full planning group was uneven, as was the development of components aimed at modifying the environment (e.g. in the workplace). Furthermore, the use of theories was not systematic. In the FASTRACS program, we have established a planning group representing all stakeholders involved in the return to work after breast cancer: patients and associations, healthcare professionals, companies and institutions. A charter including nine values and four commitments was developed to structure the functioning of the planning group.The needs assessment with oncologists and women identified a gap between the expressed support needs of breast cancer survivors and the resources of oncologists (lack of time and knowledge). We determined a frequency of 2.3% of consultations involving elements of cancer follow-up by analysing the activity of general practitioners in France. We have developed a logic model of the problem of returning to work after breast cancer. The breast cancer survivors experienced a variation in their motivation to return to work according to the Transtheoretical Model of Change. The roles of key stakeholders in the women's environment have been identified to facilitate their return to work: health professionals (oncologists, general practitioners, occupational physicians) and people in the company (employer, supervisors, and colleagues).ConclusionThe studies conducted have initiated the development of a complex intervention for breast cancer survivors and the stakeholders in their medical and work environment. This intervention will be implemented early in the cancer journey in order to respond to the anticipation's need while supporting women in their own choices. We planned a randomized controlled trial, an evaluation of the process and an economic evaluation. This scientific evidence will be able to guide public policy and professional practices concerning the return to work after breast cancer and more generally other cancers
Contexte: Le cancer du sein est au premier rang des cancers incidents chez la femme en France avec une incidence estimée de 58 459 nouveaux cas par an. L'espérance de vie à 5 ans est élevée (87 %). La prévalence partielle à 5 ans est 220 000 cas, dont 123 000 ont moins de 65 ans. Ainsi 123 000 femmes sont en âge de travailler en France et ont eu un cancer dans les 5 dernières années. Le retour au travail et le maintien dans l'emploi après un cancer améliorent la qualité de vie et réduisent les dépenses de la protection sociale. Le retour au travail dépend de facteurs médicaux, démographiques et socioprofessionnels ; il se heurte à plusieurs barrières et inégalités sociales. Aucune intervention développée pour répondre à cet enjeu n'a montré d'efficacité à ce jour. MéthodeLe programme de recherche FASTRACS vise à développer, implanter et évaluer une intervention pour faciliter et soutenir le retour au travail après un cancer du sein avec le protocole de l'Intervention Mapping. Ce travail s'inscrit dans la première étape du protocole : création d'un comité stratégique, évaluation des besoins, élaboration du modèle logique du problème. RésultatsDeux revues systématiques de la littérature ont été conduites pour préciser les intérêts et limites du protocole de l'Intervention Mapping dans le champ du cancer et du retour au travail. Elles ont montré que le recours à un comité stratégique participatif complet était inégal, ainsi que le développement de composante visant à modifier l'environnement (par exemple dans l'entreprise). Enfin, l'usage des théories n'était pas systématique. Dans le programme FASTRACS, un comité stratégique a été rassemblé représentant l'ensemble des parties prenantes du retour au travail après un cancer du sein : les patientes et associations, les professionnels de santé, les entreprises, les institutions. Une charte comprenant neuf valeurs et quatre engagements a été élaborée, pour structurer le fonctionnement du comité stratégique. L'analyse des besoins auprès des cancérologues et des femmes a identifié un écart entre les besoins exprimés de soutien des patientes et les ressources des cancérologues (manque de temps et de connaissances). Une analyse de l'activité des médecins généralistes en France a déterminé une fréquence de 2,3 % des consultations comportant des éléments de suivi du cancer. Un modèle logique du problème du retour au travail après un cancer du sein a été élaboré. Il inscrit la femme dans un parcours temporel de préparation à la reprise du travail selon le modèle transthéorique du changement. Les rôles des acteurs clés dans l'environnement des femmes ont été identifiés pour faciliter leur retour au travail : les professionnels de santé (cancérologues, médecins généralistes, médecins du travail) et les personnes de l'entreprise (employeur, encadrant de proximité et collègues).ConclusionLes études conduites ont initié l'élaboration d'une intervention complexe destinée aux femmes ayant eu un cancer du sein et aux acteurs de leur environnement médical et de travail. Cette intervention sera précoce dans le parcours pour répondre à la nécessité d'anticiper tout en soutenant les femmes dans leurs choix propres. Il est prévu une évaluation des effets de l'intervention par un essai contrôlé randomisé, une évaluation réaliste du processus et des mécanismes, et une évaluation économique. Ces données scientifiques solides pourront guider les politiques publiques et les pratiques professionnelles autour du retour à l'emploi après un cancer du sein et plus généralement d'autres cancers
Fichier principal
Vignette du fichier
TH2020LAMORTMARION.pdf (5.79 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03346016 , version 1 (16-09-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03346016 , version 1

Cite

Marion Lamort-Bouché. Retour au travail après un cancer du sein : évaluation des besoins dans le cadre d’un protocole d’Intervention Mapping. Santé. Université de Lyon, 2020. Français. ⟨NNT : 2020LYSE1144⟩. ⟨tel-03346016⟩
246 View
423 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More