Eugénisme et politiques de population en Amérique latine : réseaux épistémiques transnationaux, desseins panaméricains et visées locales. Le cas de la Colombie (1912-1955) - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2020

Eugenics and population policies in Latin America : transnational epistemic networks, Pan-American designs and local aims. The case of Colombia (1912-1955)

Eugénisme et politiques de population en Amérique latine : réseaux épistémiques transnationaux, desseins panaméricains et visées locales. Le cas de la Colombie (1912-1955)

Abstract

The emergence of eugenic discourse in Latin America in the 1920s seemed to be an inevitable scientific, political, and social phenomenon. The discourse of eugenics gained momentum in the context of global conflict and unrest, which led to the displacement of mass human groups to the Americas. While the arrival of “undesirable” immigrants disproportionately impacted Argentina, Brazil, and the United States, the fear that accompanied their arrival took hold of the entire region. The foreign “human waste” who had been ravaged by war and who endangered the racial makeup of the continent had become one of the central elements in arguments for justifying the establishment of a Pan-American eugenics project. This plan would be capable of protecting the genetic heritage of the continent faced with the menace of the arrival of individuals who had been rejected by conflict because of their “biological ineptitude”. In this way, Latin America inserted itself in transnational epistemic networks devoted to eugenics a scientific and socio-political movement (maybe plan) to control the population through mechanisms concerning reproduction and the sexuality of the individual. These networks had started to form in the early 1910s with the organisation of the First Congress of Eugenics in London and with the creation of the first international eugenics organization: the Permanent International Eugenics Committee.The Pan-American eugenics project was marked by the political, economic and social challenges of the 1930s. Further, the economic crisis of 1929, the anti-American sentiment provoked by the military interventions of the United States in Latin America, the questioning of the Pan-American model, and the claim of Latin Americanism all characterized the movement and reconfigured the epistemic eugenic networks. Despite everything, the project got under way. The Primera Conferencia Panamericana de Eugenesia y Homicultura (Havana, 1927) thus marked the beginning of the will to consolidate this project, the objective of which was the biological improvement of the “American race”. This desire enabled the organization of a series of Pan-American meetings between 1927 and 1943, as well as the founding of national societies dedicated to eugenics. The hypothesis of this study, therefore, falls within this context of the internationalization of eugenics. The eugenics movement, as a Pan-American project, took place in Latin America thanks to the existence of networks of experts from the various countries of the continent and the meetings they were able to make during regional and Pan-American conferences. Here, I propose to analyse the circulation of ideas within the framework of a Pan-American regime where eugenics played the role of unifying element. During the first half of the 20th century, each country appropriated eugenics in a specific way according to its context, but it is the experts who, by going in search of models to follow in order to “cure” the diseases of 'a society in decline in other countries, allowed eugenics to cross national borders. These experts, who were doctors, psychiatrists, hygienists and paediatricians, among others, were linked to political circles in their countries, and were able to intervene in internal public policies. This led to the materialization of eugenic ideas. I will therefore approach the question from the case of Colombia, a country considered to have remained on the margins in the reception and appropriation of eugenic ideas in Latin America. The choice of Colombia, which will surely bring a new look to the Pan-American eugenic historiography, has a certain heuristic power because it will allow us to effectively demonstrate that Latin America was attached to the circulatory regimes of the North Atlantic on which the history of the circulation of knowledge has focused.
L’émergence du discours eugéniste en Amérique latine dans les années 1920 semblait être un phénomène scientifique, politique et social inévitable. Le discours a pris de l’ampleur en raison des évènements belliqueux, tel que Première Guerre mondiale (1914-1918), qui ont provoqué le déplacement en masse de groupes humains vers les Amériques. L’arrivée d’immigrants « indésirables » n’a pas impacté tous les pays du continent : seuls l’Argentine, le Brésil et les États-Unis se sont vus amplement affectés. Cependant, la peur s’est répandue dans toute la région. Le « déchet humain » étranger laissé par la guerre et qui mettait en péril la composition raciale du continent est devenu l’un des principaux arguments permettant de justifier la mise en place d’un projet eugéniste panaméricain. Celui-ci devrait être capable de protéger le patrimoine génétique du continent face à la menace de l’arrivée d’individus rejetés par les conflits à cause de leur « inaptitude biologique ». De cette manière, l’Amérique latine s’est insérée dans les réseaux épistémiques transnationaux consacrés à l’eugénisme : mouvement scientifique et sociopolitique conçue pour contrôler la population à travers des mécanismes concernant la reproduction et la sexualité de l’individu. Ces réseaux avaient commencé à se constituer depuis le début des années 1910 avec l’organisation du First International Congress of Eugenics à Londres et avec la création, à cette occasion, de la première organisation internationale eugéniste : le Permanent International Eugenics Committee. Le projet eugéniste panaméricain a été marqué par les enjeux politiques, économiques et sociaux des années 1930. La crise économique de 1929, le sentiment anti-étatsunien provoqué par les interventions militaires des États-Unis en Amérique latine, la remise en question du modèle panaméricain et la revendication du latino-américanisme ont caractérisé le mouvement et ont reconfiguré les réseaux épistémiques eugénistes. La Primera Conferencia Panamericana de Eugenesia y Homicultura (La Havane, 1927) a ainsi marqué le début de la volonté de consolider ce projet dont l’objectif était l’amélioration biologique de la « race américaine ». Cette volonté a permis l’organisation d’une série de réunions panaméricaines entre 1927 et 1943, ainsi que la fondation de sociétés nationales dédiées à l’eugénisme. L’hypothèse de cette étude s’inscrit dans ce contexte d’internationalisation de l’eugénisme. Ce mouvement, en tant que projet panaméricain, a eu lieu en Amérique latine grâce à l’existence des réseaux d’experts des pays du continent et aux rencontres qu’ils ont pu faire pendant les conférences régionales et panaméricaines. Nous proposons ici d’analyser la circulation des idées dans le cadre d’un régime panaméricain où l’eugénisme a joué le rôle d’élément unifiant. Pendant la première moitié du 20e siècle, chaque pays s’est approprié l’eugénisme de manière spécifique en fonction de son contexte, mais ce sont les experts qui, en allant à la recherche de modèles à suivre afin de « guérir » les maladies d’une société en déclin dans d’autres pays, ont permis à l’eugénisme de franchir les frontières nationales. Ces experts, qui étaient médecins, psychiatres, hygiénistes et pédiatres, entre autres, étaient liés aux cercles politiques de leurs pays, et ont pu intervenir dans les politiques publiques internes. Cela a conduit à la matérialisation des propos eugénistes. Nous allons donc aborder la question à partir du cas de la Colombie, pays considéré comme étant resté à la marge dans la réception et l’appropriation des idées eugénistes en Amérique latine. Le choix de la Colombie, qui va sûrement apporter un nouveau regard à l’historiographie eugéniste panaméricaine, comporte un pouvoir heuristique certain du fait qu’elle nous permettra de démontrer effectivement que l’Amérique latine était rattachée aux régimes circulatoires de l’Atlantique nord sur lesquels l’histoire des circulations des savoirs s’est focalisée.
Fichier principal
Vignette du fichier
OLAYA_Ivan_va2.pdf (12.93 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03386254 , version 1 (19-10-2021)
tel-03386254 , version 2 (20-10-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03386254 , version 2

Cite

Iván Olaya. Eugénisme et politiques de population en Amérique latine : réseaux épistémiques transnationaux, desseins panaméricains et visées locales. Le cas de la Colombie (1912-1955). Histoire. Université Paris Cité, 2020. Français. ⟨NNT : 2020UNIP7223⟩. ⟨tel-03386254v2⟩
212 View
61 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More