Chronique d’une métamorphose urbaine (le cas de la Petite Ceinture de Paris) : mise en partition des micro-résonances pour une écologie de l’hypersensible - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2022

Chronicle of an urban metamorphosis (the case of the Petite Ceinture de Paris) : partitioning of micro-resonances for an ecology of the hypersensitive

Chronique d’une métamorphose urbaine (le cas de la Petite Ceinture de Paris) : mise en partition des micro-résonances pour une écologie de l’hypersensible

Abstract

This thesis is the observation of the emergence of development approaches that claim more immersive, collective, process-based approaches and methods calling on "sensitive" matter in the field of architecture and town planning. These forms of experimental process are increasingly supported by institutions to respond to unmet urban needs and complex issues (political, social, ecological) emanating from the continual changes in our current societies. Since the 1990s, artists, architects, town planners, landscapers, etc. advocate a "right to experimentation" which questions in depth the degrees of involvement and role of the different actors in the production and metamorphosis of our living environments. This generates new disciplinary and professional coexistences. These ways of doing things "together" and doing "with what is already there" recognize the expertise of user-residents as predominant. We are talking about an attitude that questions in depth the norms, knowledge, knowledge, representations and collective actions. In this sense, new methodological devices often borrowed from the social sciences are emerging within urban research. Thus, this thesis places us in a form of "embedded" research carried out within a process at work concerning the transformation and opening to the public of the territory of the Little Belt of Paris (process of a large open construction site). 2015-2020 collective). A former railway line surrounding Paris, the Petite Ceinture has since its gradual silence been a territory of all kinds of covetousness, experiments, debates and unusual initiatives. Participatory observation methods and "hybrid" involvement have revealed the existence of operational "micro-resonances" (characteristics, typologies, potentialities). Affective, bodily, and social infra-relationships that individuals maintain with surrounding environments. These "micro-resonances" arise thanks to fine listening work in situ and polyphonic reproduction. This opens up new perspectives on the ways of conceiving by the sensitive matter by producing a powerful affective energy which gives rise to shared values. These micro-relationships show by their partitioning levers capable of working together in favor of an ecology of the "hypersensitive".
Cette thèse a pour point de départ le constat de l’émergence de démarches d’aménagement qui revendiquent des approches et méthodes plus immersives, collectives, processuelles convoquant la matière « sensible » dans le champ de l’architecture et de l’urbanisme. Ces formes de processus expérimentaux sont de plus en plus soutenues par les institutions pour répondre à des besoins urbains non satisfaits et enjeux complexes (politiques, sociales, écologiques) émanant des évolutions continuelles de nos sociétés actuelles. Depuis les années 1990, artistes, architectes, urbanistes, paysagistes, etc. prônent un « droit à l’expérimentation » qui questionne en profondeur les degrés d’implication et rôle des différents acteurs dans la production et la métamorphose de nos milieux de vie. Ceci engendre de nouvelles coexistences disciplinaires et professionnelles. Ces manières de faire « ensemble » et faire « avec le déjà là » reconnaissent l’expertise des usagers-habitants comme prépondérante. On parle d’attitude qui interroge en profondeur les normes, savoirs, connaissances, représentations et actions collectives. Dans ce sens, de nouveaux dispositifs méthodologiques souvent empruntées aux sciences sociales émergent au sein de la recherche urbaine. Ainsi, cette thèse nous situe dans une forme de recherche « embarquée » entraînée au sein d’un processus à l’œuvre concernant la transformation et l’ouverture au public du territoire de la Petite Ceinture de Paris (processus d’un grand chantier ouvert collectif de 2015-2020). Ancienne ligne de chemin de fer ferroviaire entourant Paris, la Petite Ceinture est depuis son silence progressif un territoire de toutes les convoitises, expérimentations, débats et initiatives inusuels. Des méthodes d’observations participantes et d’implication « hybride » ont permis de révéler l’existence de « micro-résonances » opératoires (caractéristiques, typologies, potentialités). Des infra-relations affectives, corporelles, et sociales que les individus entretiennent avec les milieux ambiants. Ces « micro-résonances » surgissent grâce à un travail d’écoute fine in situ et de restitution polyphonique. Ceci ouvre de nouvelles perspectives sur les manières de concevoir par la matière sensible en produisant une puissante énergie affective qui suscite des valeurs partagées. Ces micro-relations montrent par leur mise en partition des leviers capables d’œuvrer en commun en faveur d’une écologie de « l’hypersensible ».
Fichier principal
Vignette du fichier
STASSI_2022_archivage.pdf (297.95 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03656599 , version 1 (02-05-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03656599 , version 1

Cite

Vanessa Stassi. Chronique d’une métamorphose urbaine (le cas de la Petite Ceinture de Paris) : mise en partition des micro-résonances pour une écologie de l’hypersensible. Architecture, aménagement de l'espace. Université Grenoble Alpes [2020-..], 2022. Français. ⟨NNT : 2022GRALH003⟩. ⟨tel-03656599⟩
263 View
4 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More