Revenir à la terre : une sociologie des espaces marchands de l'agroécologie en Chine - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2022

Back to the land : a sociology of the market spaces of agroecology in China

Revenir à la terre : une sociologie des espaces marchands de l'agroécologie en Chine

Abstract

My doctoral research studies movements to promote a social agroecology in contemporary China. Since the mid-2000s, the agri-food context in China has been marked by two mutually reinforcing phenomena. The food scandals that regularly hit the headlines have triggered the development of new food supply systems, notably illustrated by short supply chains and the promotion of “local” and “quality” agricultural products. While the new forms of consumption associated with these practices have already been discussed in the literature, particularly in relation to urban and affluent populations, our research focuses on the links between the various rural and urban networks and the circulation of knowledge between local, national and even transnational scales in these areas. “Ecological spaces” are constructed at the crossroad between different spheres – academic, legal, political – as public arenas of the agri-food worlds. My thesis is built on the following hypothesis: Faced with the multiplication of distrust regimes in the agri-food worlds in contemporary China, the cooperation of different categories of “ethical consumption” entrepreneurs participates in producing ecological spaces where regimes of trust are recomposed. These spaces are interconnected with each other by market arrangements that engage in negotiations on autonomy and food ethics. The regimes of mistrust and trust in co-presence and in tension in collective actions contribute to actualising green capitalism, building a new negotiated order in an authoritarian context. The research is built on three sociological approaches: economic sociology, through the study of market interactions around food short supply chains and green capitalism; rural sociology, through the analysis of a food ethic of agroecology in Chinese southwest as a process of valorisation of cultural heritages and agricultural know-how in disuse; political sociology, by linking local forms of mobilisations for access to land, emerging figures of agroecology moral entrepreneurs and international environmental mobilisations. My work is based on a multi-sited ethnographic survey, carried out between 2017 and 2020, based on in situ observations in production, processing and distribution sites of peasant products in Guangxi and Yunnan, as well as on participant observation in an international research programme on Chinese terroir products, organised by actors of these networks (2019 - 2021). The ethnographic fieldwork includes about 50 individual and collective interviews with actors of peasant agriculture networks and a four-year monitoring of digital interactions and online publications through different social networks.
La recherche doctorale étudie les mouvements de promotion d’une agroécologie sociale en Chine contemporaine. Depuis le milieu des années 2000, le contexte agroalimentaire a été marqué en Chine par deux phénomènes qui se renforcent mutuellement. Les scandales alimentaires qui défrayent régulièrement la chronique ont pour pendant le développement de nouveaux dispositifs d’approvisionnement. Ceux-ci sont notamment illustrés par les circuits courts et la mise en avant d’aliments de « terroir » et de « qualité ». Si les nouvelles formes de consommation qui y sont associées ont déjà été abordées par la littérature, notamment concernant les populations urbaines et aisées, notre recherche s’attache quant à elle à penser les articulations entre les différents réseaux, ruraux et urbains, et la circulation de savoirs entre échelles locales, nationales voire transnationales dans ces domaines. À l’intersection entre différentes sphères – universitaires, juridiques, politiques – des « espaces écologiques » se construisent comme des arènes publiques des mondes agroalimentaires. La thèse se construit autour de l'hypothèse suivante : Face à la démultiplication des régimes de méfiance dans les mondes agroalimentaires en Chine contemporaine, la coopération de différentes catégories d’entrepreneur·ses de la consommation éthique participe à produire des espaces écologiques où se recomposent des régimes de confiance. Ces espaces sont reliés entre eux par des agencements marchands qui engagent des négociations sur l’agroécologie et l’éthique alimentaire. Les régimes de méfiance et de confiance en coprésence et en tension dans les actions collectives contribuent à actualiser le capitalisme, en construisant un nouvel ordre négocié – économique, écologique et moral – en contexte autoritaire. La recherche se construit sur trois approches sociologiques : la sociologie économique, par l’étude des interactions marchandes autour des circuits courts alimentaires et du capitalisme vert en Chine contemporaine ; la sociologie rurale, à travers l’analyse d’une éthique alimentaire de l’agroécologie dans les montagnes du sud-ouest chinois comme processus de valorisation de patrimoines culturels et de savoir-faire agricoles en déshérence ; la sociologie politique, par la mise en relation entre les mobilisations locales pour l’accès à la terre, l’émergence d’entrepreneur·ses de morale de l’agroécologie et l’inscription dans des mobilisations environnementales internationales. Le travail de thèse est fondé sur une enquête ethnographique multi-site, réalisée entre 2017 et 2020, à partir d’observations in situ dans des lieux de production, de transformation et de distribution de produits fermiers du Guangxi et du Yunnan, ainsi que sur l’observation participante dans un programme international de recherche et de définition des produits de terroir chinois, organisé par les acteur·rices de ces réseaux (2019 – 2021). L’enquête de terrain ethnographique comprend une cinquantaine d’entretiens individuels et collectifs avec les acteur·rices des réseaux de l’agriculture paysanne et une veille de quatre années sur les interactions numériques et les publications en ligne à travers différents réseaux sociaux.
博士论文研究当前云南和广西两省社会生态农业的现状。个体和集体行动者都参与构建一种城乡互助、省内外联系的网络。通过这一网络的分析,本论文讨论当代中国对“生态”的四个不同领域的定义:科学、政治、商业和宗教。社会生态农业的生产、配送和消费过程涉及中国的几个现象,如城乡平等,食品安全,社区支持型农业,消费者合作社,以及某些传统性、民族性、宗教性生态农耕方法的持续性发展等现象。本研究主要通过对当地生态农业生产和配送过程的观察和参与为手段来展开。研究对象包括几个在家庭农场、返乡青年社会企业和都市店铺之间的合作,一个消费者合作社和一种土食材饭馆网络。
Fichier principal
Vignette du fichier
TASSIN_Jean_2022ENSL0004_These.pdf (35.83 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03909395 , version 1 (21-12-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03909395 , version 1

Cite

Jean Tassin. Revenir à la terre : une sociologie des espaces marchands de l'agroécologie en Chine. Sociologie. Ecole normale supérieure de lyon - ENS LYON; East China normal university (Shanghai), 2022. Français. ⟨NNT : 2022ENSL0004⟩. ⟨tel-03909395⟩
258 View
16 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More