Emerging forms of ephemeral and participatory contemporary art : for a coenunciation with the living? - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2022

Emerging forms of ephemeral and participatory contemporary art : for a coenunciation with the living?

Formes émergentes d'art éphémère et participatif contemporain : pour une coénonciation avec le vivant ?

(1)
1
Fiona Delahaie
  • Function : Author
  • PersonId : 1215887
  • IdRef : 266984185

Abstract

In the light of practices using new technologies and Artificial Intelligence, how can contemporary artistic experience be defined? In the case of biotechnological works playing with the limits of the living, is the sensibility still part of the creative process? In an ecosemiotic paradigm shift inspired by Nicole Pignier's approach, our thesis questions the links that contemporary human societies forge, or break, with the oikos, the soil/Earth as a habitat that hosts life. Chosen according to their ephemeral, participatory character, the international works and practices studied put to the test the notion of gesture with/against the living. The coenunciation, in the center of our work, invites then to (re)consider the appreciative manifestations, the "Making sign" of the living beings and the natural elements in an interrelation to the place, to the environment. The ecoperceptive schemes as dual and complementary forces of life recast the tension which animates the link at the same time bodily and terrestrial between the poles nature/culture, continuous/discontinuous, opening/closing, local/global... More largely, we explore in a situated, anchored way, the eco-techno-symbolic aptitudes of the human beings in their adjustment to the aesthetic, non-deterministic rhythms of the living. What does it mean to make art on a shared Earth?
A l’aune de pratiques utilisant les nouvelles technologies et l’Intelligence Artificielle, comment peut se définir l’expérience artistique contemporaine ? Dans le cas d’œuvres biotechnologiques jouant avec les limites du vivant, le sensible est-il toujours partie prenante du processus créatif ? Dans un changement de paradigme écosemiotique inspiré de l’approche de Nicole Pignier, notre thèse interroge les liens que les sociétés humaines contemporaines tissent, ou rompent, avec l’oikos, la terre/Terre en tant qu’habitat qui accueille la vie. Choisies selon leur caractère éphémère, participatif, les œuvres et pratiques internationales étudiées mettent à l’épreuve la notion de geste avec/à rebours du vivant. La coénonciation, au centre de notre travail, invite alors à (re)considérer les manifestations appréciatives, le ≪ Faire signe ≫ des êtres vivants et des éléments naturels dans une interrelation au lieu, au milieu. Les schèmes écoperceptifs en tant que forces de vie duales et complémentaires refondent la tension qui anime le lien à la fois corporel et terrestre entre les pôles nature/culture, continu/discontinu, ouverture/fermeture, local/global… Plus largement, nous explorons de façon située, ancrée, les aptitudes éco-technosymboliques des êtres humains dans leur ajustement aux rythmes esthétiques, nondéterministes du vivant. Qu’est-ce que faire art sur une terre/Terre en partage ?
Fichier principal
Vignette du fichier
2022LIMO0097.pdf (36.07 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03940833 , version 1 (16-01-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03940833 , version 1

Cite

Fiona Delahaie. Formes émergentes d'art éphémère et participatif contemporain : pour une coénonciation avec le vivant ?. Linguistique. Université de Limoges, 2022. Français. ⟨NNT : 2022LIMO0097⟩. ⟨tel-03940833⟩

Collections

UNILIM STAR IR-SHS
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More