Insecurities. An environmental interpretation of the violence in Wadai (Eastern Chad) - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2008

Insecurities. An environmental interpretation of the violence in Wadai (Eastern Chad)

Insécurités. Une interprétation environnementale de la violence au Ouaddaï (Tchad oriental)

(1)
1

Abstract

How far do neo-malthusian theories on environmental conflicts apply to the east of Chad ?
Food shortages there are a regular occurrence but can't be entirely explained by demographic and environmental factors. It's the socio-political context which provokes the violence. From 2003, the war in Darfur has led to an important number of refugees whose presence has increased the pressure on resources. Emergency international aid feeds tensions while the many development projects fail to bring the region out of a state of insecurity which is related to politics rather than food.
The relationship with the central power is a decisive factor. Formerly the centre, Wadai has become a marginalised Far East in the state that was created by colonisation. The region is suffering from the absence of both development and administration. The Sudanese border encourages escape and insubordination. Cradle of the regime, eastern Chad is the territory where the rebellions that threaten the latter, brew. The seizure of both power and the recently exploited oil resources by the rulers has again led to the appearance of an armed opposition that is victim of its constant schisms and recompositions. The conflicts that erupted between communities in 2006, and the deployment of a UN/EU protection force in 2008, must be interpreted in this context.
Violence is deeply-rooted in the region. The pre-colonial empire of Wadai, with a monarchy by divine right, gave a unified identity to a population threatened by colonisation. After independance, the region was at the heart of a thirty years war which finally broke down relations between the communities.
Refuge is found in belonging to the Arab-Muslim world. It can be seen in a refusal of development along lines imported from the West, and in a rejection of lay education. In a state of crisis, Chad's state schools cannot solve the cultural conflict : they are both the battleground and catalyst of social violence.
In Chad the management of resources and the management of penury also contribute to violence. To establish peace there must be social, economic and political justice. Nations are forged by such struggles and by adopting a common history.
Quelle est, dans l'est du Tchad, la validité des théories néo-malthusiennes sur les « conflits environnementaux » ?
Les pénuries alimentaires y sont structurelles, mais ne s'expliquent qu'incomplètement par des facteurs démographiques et environnementaux. C'est le contexte sociopolitique qui détermine l'occurrence de la violence. A partir de 2003, la guerre du Darfour provoque un afflux de réfugiés dont la présence accroît la pression sur les ressources. L'aide internationale d'urgence nourrit des tensions, alors que les multiples projets de développement échouent à sortir la région d'une insécurité plutôt politique qu'alimentaire.
Le rapport au pouvoir central est déterminant. Ancien centre, le Ouaddaï est devenu un Far est marginalisé dans l'Etat construit par la colonisation. La région pâtit de l'absence d'aménagement et d'administration. La frontière soudanaise est propice à la fuite et à l'insoumission. Berceau du régime, l'est tchadien est le territoire où se fomentent les rébellions qui le menacent. L'accaparement du pouvoir et des récentes ressources pétrolières par le groupe dirigeant suscite la réapparition d'une opposition armée victime d'un processus continu de scissions et de recompositions. Les affrontements intercommunautaires qui explosent en 2006 et le déploiement en 2008 d'une force de sécurisation ONU/UE sont à interpréter dans ce contexte.
La violence s'enracine dans l'histoire de la région. L'empire précolonial du Ouaddaï – monarchie de droit divin – est le point de ralliement identitaire d'une population agressée par la colonisation. Après l'indépendance, la région est au cœur d'une guerre de Trente ans qui achève de corrompre les relations intercommunautaires.
Le refuge est dans l'adhésion au monde arabo-musulman. Elle se manifeste par un refus des modèles de développement importés d'Occident et par un rejet de l'enseignement laïc. L'école publique tchadienne, en crise, ne permet pas de dépasser ce conflit culturel : elle est à la fois le réceptacle et le catalyseur des violences sociales.
Au Tchad, la gestion des ressources et la gestion de la pénurie sont également facteurs de violence. L'établissement de la paix passe par une exigence de justice sociale, économique et politique. La nation se forge dans ce combat, et dans l'appropriation d'une histoire commune.
Fichier principal
Vignette du fichier
THESE_J_FAVRE.pdf (14.23 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

tel-00406684 , version 1 (23-07-2009)

Identifiers

  • HAL Id : tel-00406684 , version 1

Cite

Johanne Favre. Insécurités. Une interprétation environnementale de la violence au Ouaddaï (Tchad oriental). Géographie. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, 2008. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-00406684⟩
705 View
6056 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More