Jouer à apprendre. Spécificités des apprentissages de la petite enfance et de leur rôle dans la fabrication et la maturation des personnes chez les T'ai Dam (Ban Nakham, Nord-Laos) - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2008

Fantasy Learning or playing for real ? On the specificities of early childhood learning and its role in the making and maturation of T'ai Dam persons ( Ban Nakham, Northern Laos)

Jouer à apprendre. Spécificités des apprentissages de la petite enfance et de leur rôle dans la fabrication et la maturation des personnes chez les T'ai Dam (Ban Nakham, Nord-Laos)

Abstract

From the moment they enter the world, young T'ai Dam children of Nākhām village (North Laos) are immersed in - and integrated into - an adult world. They are free to travel and explore all of its time, space, and activity. Their intense and early involvement is tolerated, and the adults in their family circle even interpret it in terms of willpower. However, it is described as part of play, and very rarely related to the learning process. The children are in fact characterized by an immaturity that can be described in terms of corporeality and reason. On the one hand, they are inherently soiled, they lack firmness, their corporeal components have not settled, their sexuation is yet to be determined. On the other, they ignore the "language of people". Reason itself is conceived, like other dimensions of cognition, as residing in an organ: the heart. This being the case, from the T'ai Dam point of view, it is more a matter of accompanying and supporting children's growth than of transmitting skills and knowledge that, at any rate, they are not yet ready to receive. All the more so that some of these skills and knowledges are closely and indissolubly linked to men's and women's coming of age : the sexed know-how of transforming cotton for women, working with wood and bamboo for men. So what happens when children are not learning, or when, on the contrary, parents claim that this is actually what they are doing? What relationship does being entertain to knowledge and learning? What role do the T'ai Dam attribute to learning in the process of becoming a person ? How can the anthropologist articulate T'ai Dam ethnotheories of ontogenesis, knowledge and learning, using what his own theoretical assumptions and relationship to knowledge allow him to perceive and interpret of T'ai Dam reality? These questions place the exploration of early childhood within the wider context of an anthropology of learning and knowledge. Ultimately, it is the person's embodiment that enables him/her to know what he/she will not have to have learnt : at the heart of these questions - and no doubt also at the heart of the answers I'm inclined to give - is the idea of the body as an "existential foundation."
Les jeunes enfants t'ai dam du village de Nakham (Nord-Laos) sont, dès leur venue au monde, plongés dans - et intégrés à - un monde d'adultes dont ils explorent et parcourent librement tous les temps, tous les espaces, toutes les activités. Leur engagement, précoce et intense, est toléré et même interprété en termes de volonté de faire par les adultes de leur entourage. Cependant, décrit comme relevant du jeu, cet engagement est très exceptionnellement rapporté à un processus d'apprentissage. Les enfants se caractérisent en effet par une immaturité qui se pose tout à la fois dans les termes de la corporéité et dans ceux de la raison. D'une part, ils sont intrinsèquement souillés, ils manquent de fermeté, leurs composantes corporelles sont mal arrimées, leur sexuation encore indéterminée. D'autre part, ils ne connaissent pas le " langage des personnes ". La raison elle-même est conçue, de même que les autres dimensions de la cognition, comme située dans un organe, le cœur. Dès lors, du point de vue t'ai dam, il s'agit plus d'accompagner et de soutenir la croissance des enfants, que de leur transmettre des savoirs qu'ils ne sont de toute façon pas prêts à recevoir. De plus, certains de ces savoirs sont intimement et indissociablement liés à l'accession à l'âge d'homme et de femme : les savoir-faire sexués que sont le travail du coton pour les femmes, et celui du bois et du bambou pour les hommes. Que se passe-t-il donc alors quand les enfants ne sont pas en train d'apprendre ou qu'au contraire leurs parents concèdent que c'est bien là ce qu'ils font ? Quelles sont les relations de l'être au savoir et à l'apprentissage ? Quel rôle les T'ai Dam attribuent-ils à l'apprentissage dans le devenir des personnes ? Comment est-il possible pour l'anthropologue d'articuler les ethnothéories t'ai dam de l'ontogenèse, de la connaissance et de l'apprentissage avec ce que ses propres présupposés théoriques et son propre rapport au savoir lui permettent d'entrevoir et d'interpréter de la réalité t'ai dam ? Ces questions inscrivent l'exploration de la prime enfance dans le cadre plus large d'une anthropologie de l'apprentissage et du savoir. C'est finalement l'incarnation de la personne qui permet qu'adviennent des savoirs qui n'auront pas eu besoin d'être appris : au cœur de ce questionnement et des réponses vers lesquelles je tends se trouve le corps comme " fondement existentiel ".
Fichier principal
Vignette du fichier
2008theseCollombTai.pdf (58.3 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

tel-00653051 , version 1 (16-12-2011)

Identifiers

  • HAL Id : tel-00653051 , version 1

Cite

Natacha Collomb. Jouer à apprendre. Spécificités des apprentissages de la petite enfance et de leur rôle dans la fabrication et la maturation des personnes chez les T'ai Dam (Ban Nakham, Nord-Laos). Anthropologie sociale et ethnologie. Université de Nanterre - Paris X, 2008. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-00653051⟩
500 View
729 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More