Allocation du temps et pauvreté: les enseignements du Programme Plateformes Multifonctionnelles au Mali - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2014

Allocation du temps et pauvreté: les enseignements du Programme Plateformes Multifonctionnelles au Mali

Abstract

Poverty alleviation strategies in developing countries have long focused on the monetary aspects of this phenomenon by promoting "pro-growth" measures as the most reliable and credible way to eradicate extreme poverty. But given the complexity of poverty phenomenon and especially facing the insufficiency of results observed after more than two decades of funding efforts, one have witnessed in the early 2000s, a reorientation of the strategies to multidimensional considerations of poverty. Since that time, poverty is not apprehended only from income, but also from a set of elements related to the capacity of individuals, their potentialities as well as opportunities available to them. This new paradigm, based on the notion of poverty of capability, finds one of its operational translations into the intervention strategy of "Multifunctional Platforms Program" (MFP). This program is currently implemented in several Sub-Saharan Africa countries and is supported by many development actors given its potential role in achieving the MDGs. Intervening in a "Community Driven Development" approach, the MFP concept aims to provide elements of response to the multiple problems associated with the low energy access in rural areas. Through the development of the small units of energy production in the villages, the MFP program focuses on gender-based approach, women capacity building and economic empowerment. Although launched in the 1990s in Mali, this program had, hitherto, been subject to no rigorous impact evaluation while efficiency and results requirement become fundamental criteria in the selection and the funding of development programs. By adopting an evaluation gait, this thesis aims, first, to question the effectiveness of MFP program in the fight against poverty. The potential impact of the program on poverty theoretically pass through time saving on productive activities, which can be allocated to income generating activities (for women) and to human capital formation for children (health and education). For evaluating relevance and effectiveness of such intervention approach requires first to understand individual's time allocation behaviors and choices. Hence, the thesis is organized in two parts. The first two chapters are devoted to the estimation of the impact of MFP program on women's economic activity indicators and children's health and education indicators. Given the history and the design of program's implementation in Mali, two approaches are used, the pipeline approach and the Double-Difference. In each of these approaches, we identify two types of effects: the effect expected from the presence of program (Intent-To-Treat Effect) and the participation effect (Treatment Effect on Treated). The different estimations made in this chapter validate the time saving hypothesis associated with program utilization. Indeed, we find a very significant impact of program on time spent by women in economic activities. Also, we can identify a significant impact on the probability of schooling and learning time of school-age children. However, the impact on nutritional status indicators of children under five years is not conclusive because of the ambiguity of the direction of causality of these indicators with our various treatment variables. It appears that neither the time saved from the use of platforms nor the potential increase in mother's income are significantly favorable nutritional status of children. 9 In the second part, we prolong the analysis beyond the scope of impact evaluation in order to explore and better understand the mechanisms driving the choice of time allocation within the households. In the third chapter, we examine the relationship between schooling and child labor, which are two distinct choices of time allocation of children (between human capital formation and labor force for household productive needs). The chapter aims to empirically test the degree of trade-off between these two choices taking into account the living conditions of household. Our results show very strong negative correlation between decisions of schooling and child work, thus showing an inherent competition between these choices. Concerning the influence of living conditions on child labor, we find that, contrary to economic activities that appear very flexible to change in household wealth, child time allocation to non-economic work is much more rigid to this changes. By deepening analysis on gender disparities in access to education and in the demand of child labor, we show, by Oaxaca-Blinder decomposition method that disparities between girls and boys in the allocation time are mainly due to unobservable parental preference for educating of boys rather than girls. In the last chapter presented as case study, we analyze the socioeconomic determinants of women's time allocation. We find that women's decision to participate in the labor market depends heavily on the level of access to basic infrastructure. Although the economic rationality hypothesis in the allocation of time is not rejected (wage rate signal), we find that time allocation choices are strongly influenced by purely social and cultural considerations. The main results of this thesis support the idea on the importance of infrastructure in poverty alleviation. The positive effect of MFP program on indicators of economic activity of women and on children education justifies the relevance of the "MFP" initiative in the fight against poverty. The PTFM program is a development tool that plays a similar role to that of classical infrastructures. However, the positive impact detected here from MFP program is also subject to the complexity of time allocation choices in the households, particularly for women and children. It appears necessary to accompany the implementation of platforms by more stringent educational policies or conversely more incentives to permit that time savings obtained through access energy can be translated into more important choices for schooling particularly for girls.
Les stratégies de lutte contre la pauvreté dans les pays en développement ont été longtemps axées sur les dimensions monétaires de celle-ci en prônant des mesures " pro-croissance " comme la voie la plus fiable et la plus crédible pour éradiquer l'extrême pauvreté. Mais compte tenu de la complexité du phénomène de pauvreté et surtout face à l'insuffisance des résultats constatée après plus de deux décennies d'efforts de financement, on a assisté, au début des années 2000, à une réorientation de l'approche de la pauvreté vers des considérations multidimensionnelles. Depuis lors, la pauvreté n'est plus appréhendée à partir seulement du revenu, mais aussi à partir d'un ensemble d'éléments relatifs aux capacités des individus, aux potentialités ainsi qu'aux opportunités à leur portée. Ce nouveau paradigme, fondé sur la notion de pauvreté des capacités, trouve une traduction opérationnelle dans la stratégie d'intervention du programme " Plateformes Multifonctionnelles " (PTFM). Ce programme est aujourd'hui implanté dans plusieurs pays d'Afrique Sub-Saharienne et soutenu par de nombreux acteurs du développement compte tenu de son rôle potentiel dans la réalisation des OMD. S'inscrivant dans une démarche de "Community Driven Development ", le concept PTFM vise à apporter un élément de réponse aux nombreuses problématiques associées à la faiblesse d'accès à l'énergie. A travers le développement de petites unités de production énergétique en milieu rural, le programme PTFM privilégie une approche fondée sur le genre, le renforcement des capacités et l'autonomisation des femmes. Bien que lancé dans les années 1990 au Mali, ce programme n'avait, jusque-là, fait l'objet d'aucune évaluation d'impact rigoureuse alors que l'exigence d'efficacité est un critère fondamental dans la sélection et le financement de programmes de développement. Partant ainsi d'une démarche d'évaluation, cette thèse vise d'abord à questionner l'efficacité du programme PTFM dans la lutte contre la pauvreté. L'impact potentiel du programme PTFM sur la pauvreté passe théoriquement par un gain de temps qui est ensuite alloué à des activités génératrices de revenus (pour les femmes) et à la formation du capital humain des enfants (santé et éducation). Evaluer la pertinence et l'efficacité d'une telle approche amène à s'interroger en amont sur la nature des comportements et les choix des individus en matière d'allocation du temps. La thèse est organisée en deux parties. Les deux premiers chapitres sont consacrés à l'estimation de l'impact du programme PTFM sur des indicateurs de l'activité économique des femmes et des indicateurs de santé et de scolarité des enfants. Compte-tenu de l'histoire de l'implantation du programme au Mali, deux approches sont utilisées, celle des entrées-échelonnées (pipeline approach) et celle de la Double-Différence. Dans chacune des approches, nous identifions deux types d'effets: l'effet espéré du programme (Intention-To-Treat Effect) et l'effet de la participation au programme (Treatment Effect on Treated). Les différentes estimations réalisées permettent de valider l'hypothèse de gain de temps lié à l'utilisation des plateformes. Nous trouvons, en effet un impact très significatif du programme sur le temps consacré par les femmes aux activités économiques. Nous pouvons également identifier un impact significatif sur la probabilité de scolarisation et le temps 7 d'apprentissage des enfants en âge scolaire. En revanche, l'impact sur les indicateurs du statut nutritionnel des enfants de moins de cinq ans n'est pas concluant du fait de l'ambiguïté du sens de la causalité de ces indicateurs avec nos différentes variables de traitement. Il apparait que ni le gain de temps tiré de l'utilisation des PTFM, ni l'accroissement potentiel de revenus des mères ne sont significativement favorables à l'état nutritionnel des enfants. Dans la seconde partie, nous prolongeons le cadre de l'évaluation pour mieux explorer les mécanismes de choix d'allocation de temps au sein des ménages. Dans le troisième chapitre, nous examinons la relation entre scolarisation et travail des enfants qui sont deux choix distincts d'allocation du temps des enfants entre formation du capital humain et main d'oeuvre pour des besoins productifs du ménage. Le chapitre vise à tester empiriquement le degré d'arbitrage entre ces deux choix compte-tenu du niveau de vie du ménage. Nos résultats montrent une corrélation très fortement négative entre les deux décisions, montrant ainsi une concurrence intrinsèque entre ces choix. S'agissant de l'influence du niveau de vie sur la demande de travail des enfants, nous trouvons que, contrairement aux activités économiques qui apparaissent très flexibles à la variation du niveau de vie du ménage, l'allocation de temps pour les travaux non-économiques est beaucoup plus rigide. Approfondissant la nature des disparités de genre dans l'accès à la scolarisation et la demande de travail des enfants, nous montrons, par une méthode de décomposition à la Oaxaca-Blinder que les disparités observées entre les filles et les garçons dans l'allocation du temps sont essentiellement dues à une préférence inobservable des parents pour la scolarisation des garçons plutôt que des filles. Dans le dernier chapitre, nous analysons les déterminants socioéconomiques de l'allocation du temps des femmes à partir d'une étude de cas. Nous trouvons que la décision des femmes de participer au marché du travail dépend très fortement du niveau d'accès aux infrastructures de base. Bien que l'hypothèse de rationalité économique dans l'allocation de temps ne soit pas rejetée (signal du taux de salaire), nous trouvons que les choix sont fortement influencés par des considérations purement sociales et culturelles. Les principaux résultats obtenus dans cette thèse accréditent l'importance des infrastructures dans la lutte contre la pauvreté. L'effet positif du programme PTFM sur les indicateurs d'activité économique des femmes et sur la scolarisation des enfants justifie la pertinence de l'initiative " PTFM " dans la lutte contre la pauvreté. Le programme PTFM est un outil de développement qui joue un rôle équivalent à celui des infrastructures. Cependant, l'impact positif du programme PTFM est subordonné à la complexité des choix d'allocation de temps dans les ménages, notamment en ce qui concerne les femmes et les enfants. Il apparaît nécessaire d'accompagner l'implantation des PTFM par des politiques éducatives plus contraignantes ou au contraire plus incitatives, afin que les gains de temps obtenus par l'accès à l'énergie mécanique puissent se traduire en des choix en faveur de la scolarisation plus importante des filles.
Fichier principal
Vignette du fichier
these_Moussa_Keita.pdf (2.48 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

tel-01015787 , version 1 (27-06-2014)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01015787 , version 1

Cite

Moussa Keita. Allocation du temps et pauvreté: les enseignements du Programme Plateformes Multifonctionnelles au Mali. Economies et finances. Université d'Auvergne - Clermont-Ferrand I, 2014. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-01015787⟩
485 View
668 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More