Quelle autonomie pour la recherche ? Analyse épistémologique des conditions de la gouvernance des sciences. - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2018

Which autonomy for scientific research? Epistemological analysis of the conditions of the governance of science.

Quelle autonomie pour la recherche ? Analyse épistémologique des conditions de la gouvernance des sciences.

Abstract

The autonomy of the scientific field, understood as its ability to set itself its internal composition, its norms and its objects, is the result of compromises between two antagonistic forces : on the one hand, the inscription of scientific and technical development in a certain social context that provides it with the resources it needs and that tends to put it under the dependence of objectives foreign to the scientific community ; on the other hand, a defense of scientific autonomy as a political and epistemological necessity. The emergence of a need for the control of scientific progress, and the raise of the dependence of research to market economy, seems to result in the relative downturn of this call for autonomy.In that context, the current modifications in the way scientific research is governed raise epistemological questions : which degree of autonomy should we grant the scientific field, and individual researchers, in order to optimize the knowledge production ? How should we organize scientific research so that the limitations of its autonomy have positive epistemological effects ? In this thesis, we adopt a properly philosophical perspective on issues often studied by economists and specialists of science policy management, most notably that of the best ways of funding scientific disciplines, communities, or individual researchers.First, we carry out an analysis of the arguments elaborated to defend scientific autonomy and freedom of research as an epistemological requirement. We then rebuild on this basis two pro-autonomy theses that should be taken seriously into account, for the criticisms generally leveled against them are not sound. The ''liberal thesis'' claims that individual freedom promotes epistemic productivity by motivating creativity, anticonformism, and the diversification of the problems, questions and objects under study. The ''anti-utilitarian'' thesis distinguishes between fundamental and applied science and argues for the epistemological superiority of a research exclusively dedicated to cognitive problems.We then propose a critical analysis of these two theses. Against the promotion of science as an exploratory activity, we propose, justify and renew the pragmatist perspective on inquiry, drawing on case studies and contemporaneous works linked to the practical turn. We conclude that a laissez-faire principle does not optimize epistemic fecundity.We then deal with the anti-utilitarian thesis. We first criticize the distinction between fundamental and applied science as introducing a gap among scientific practices according to the goals they pursue. We propose to forgo this opposition in favor of a different one, between endogenous problems (emerging in the course of scientific practices), and exogenous problems (identified outside the scientific field).By considering the history of molecular biology, we show the constitutive permeability of the research process to exogenous problems, we give some details about the mechanisms of these interactions in the case of complex objects, and we show how this permeability is positive.Finally, we give these epistemological analysis a practical turn, by trying to infer from them some conditions that would fit with the properties of the research process we previously identified. We begin by showing that the principles guiding current scheme of governance of public research do not satisfy the epistemic constraints we propose to take into account. Against the excessively centralized selection of projects by way of peer-review processes, on the one hand, and in opposition to the differentiation of the funding sources between objects or types of research on the other hand, we propose a decentralized and participative funding scheme, reflecting the diversity of practices and the local convergence of interests.
L'autonomie du champ scientifique, comprise comme sa capacité à fixer par lui-même sa composition interne, ses normes et ses objets, résulte d'ajustements et de compromis entre deux forces antagonistes : d'un côté, l'inscription du développement scientifique et technique dans un certain contexte social dont il tire ses ressources et qui tend à le mettre sous la dépendance d'objectifs et d'enjeux qui dépassent la seule communauté des chercheurs ; de l'autre, une défense inlassable de l'autonomie scientifique comme nécessité politique et épistémologique, provenant souvent des chercheurs eux-mêmes.Les modifications contemporaines des modes de gouvernance de la recherche scientifique posent dans ce cadre des questions proprement épistémologiques : quel type et quel degré d'autonomie faut-il accorder au champ scientifique d'une part, et aux chercheurs individuels d'autre part, pour optimiser la production des connaissances ? Comment organiser, institutionnaliser l'effort de recherche de manière à ce que la limitation de l'autonomie qui en résulte soit positive sur le plan épistémologique ?Notre thèse adopte ainsi une perspective philosophique sur des questions souvent réservées aux économistes et autres spécialistes du management de la recherche.Tout d'abord, nous proposons une recension des argumentaires élaborés pour défendre l'autonomie de la science et la liberté de recherche comme une nécessité épistémologique. Nous reconstruisons sur cette base deux thèses pro-autonomie qui doivent être prises au sérieux, car leurs critiques classiques échouent à les disqualifier de manière convaincante. La "thèse libérale" pose que la liberté individuelle des chercheurs favorise la productivité épistémique, en motivant la créativité, l'anticonformisme, la diversification des problèmes, questions et objets de recherche. La thèse "anti-utilitariste" distingue une science fondamentale d'une science appliquée en fonction des questions ou des objets étudiés et affirme la supériorité épistémique d'une recherche dédiée à des problèmes exclusivement cognitifs.Nous menons ensuite l'analyse critique de ces deux thèses. Nous abordons en un premier temps la thèse libérale à travers une mise en cause du modèle de la dynamique de la recherche qui la sous-tend. Contre la mise en valeur de la science comme activité exploratoire, nous proposons, justifions et renouvelons la perspective pragmatiste sur l'enquête sur la base d'études de cas et des travaux contemporains liés au practical turn.Nous revenons dans un second temps sur la thèse anti-utilitariste, en critiquant tout d'abord la distinction entre science fondamentale et science appliquée comme introduisantartificiellement une rupture entre les types de pratiques en fonction des objectifs qu'elles s'assignent. Nous proposons de déplacer cette opposition en élaborant une distinction entre des problèmes que nous qualifions d'endogènes, émergeant dans le cours des pratiques scientifiques, et des problèmes exogènes identifiés à l'extérieur du champ scientifique.En prenant l'histoire de la biologie moléculaire comme illustration, nous montrons la perméabilité constitutive du processus de recherche aux problèmes exogènes, nous détaillons certains mécanismes de ces interactions dans le cas des objets complexes, et nous montrons en quoi cette perméabilité est épistémologiquement positive.Enfin, dans un dernier temps, nous prolongeons ces analyses épistémologiques sur le plan pratique, en tentant d'en déduire des conditions de financement qui satisfassent les propriétés de la dynamique de la recherche précédemment dégagées. Contre la sélection trop centralisée des projets sur la base de l'évaluation par les pairs, d'une part, et la différentiation des sources de financement en fonction des objets ou de types de recherche, nous proposons un schéma de financement décentralisé et participatif reflétant la diversité des pratiques et la convergence locale des intérêts.
Fichier principal
Vignette du fichier
BEDESSEM_2018_archivage.pdf (4.71 Mo) Télécharger le fichier
Origin Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03191935 , version 1 (07-04-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03191935 , version 1

Cite

Baptiste Bedessem. Quelle autonomie pour la recherche ? Analyse épistémologique des conditions de la gouvernance des sciences.. Philosophie. Université Grenoble Alpes; Université du Québec à Montréal, 2018. Français. ⟨NNT : 2018GREAP003⟩. ⟨tel-03191935⟩

Collections

UGA STAR PPL IPHIG
339 View
221 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More