Find a place to live in a transitional neighborhood : residential trajectories and strategies of Immigrant families in Park-Extension and Saint-Michel, Montreal - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

Find a place to live in a transitional neighborhood : residential trajectories and strategies of Immigrant families in Park-Extension and Saint-Michel, Montreal

Se loger dans un quartier tremplin : trajectoires et stratégies résidentielles des familles immigrantes à Parc-Extension et Saint-Michel, Montréal

(1)
1
Chloé Reiser

Abstract

This doctoral research aims to analyze the residential strategies and trajectories of immigrant families with children in the light of housing policies and the restructuring of local housing markets in two immigrant neighborhoods of Montreal. The comparative study territories are two inner suburbs of Montreal in transformation. Transitional spaces between the pre-war and post-war city, characterized by a majority population of low-income immigrant tenants, Saint-Michel and Parc-Extension are often described by urban social researchers as "transitional neighborhoods" that are supposed to foster the social and/or spatial mobility of newcomers. While they have long served as simple transit points, many immigrant families are now settling there in a more lasting way. However, since the late 1990s, new urban development plans at the metropolitan level and urban planning policies at a more local level have started to affect the structure of the housing stock and the social stratification in these two neighborhoods. Based on a combination of several qualitative survey techniques, this thesis work is part of a participatory and committed research approach. The sixty semi-structured interviews conducted with immigrant families living in social housing or waiting for social housing in the two neighborhoods form the basis for the analysis of residential trajectories and strategies. The idea is to restore a certain degree of agency to households by emphasizing their intentionality in the search for and successive choices of housing while showing how these choices are also conditioned by their social, spatial and economic resources, as well as by their specific identity, particularly as immigrants and parents. The objective is also to identify the place of transitional neighborhoods and social housing within the residential trajectories of these families. The thirty semi-directive interviews conducted with professionals, social landlords, employees of community organizations, elected officials and urban planners were used to identify the social and spatial structures, which prevail over these immigrant families and influence their residential choices. The idea is to take into account the effects of changes in the supply and demand for affordable housing on the residential trajectories of these households in the two neighborhoods. Finally, participant observation, carried out as a volunteer within a community organization in each of the study neighborhoods, helps to make the link between the housing policies implemented at various administrative levels and the tenants' claims in response to urban transformations in the two neighborhoods. With this research, the objective is to present in a new light the links between residential and migratory dynamics of immigrant families at an individual level and dynamics of the rental housing market at the city and neighborhood levels. This work aims to open up new research perspectives on urban restructuring and residential mobility in the transitional neighborhoods of major Canadian cities.
Cette recherche de géographie urbaine et sociale vise à analyser les trajectoires et les stratégies résidentielles des familles immigrantes avec enfants à l'aune des politiques publiques de logement et de la restructuration des marchés locaux de l'habitat dans deux quartiers de Montréal. Les territoires d'étude comparés sont deux inner suburbs montréalais en transformation. Espaces de transition entre la ville d'avant-guerre et d'après-guerre et caractérisés par une population majoritaire de locataires immigrants à faible revenu, Saint-Michel et Parc-Extension sont décrits par les chercheur·se·s en sciences sociales comme des « quartiers tremplins » censés favoriser la mobilité sociale et/ou spatiale des nouveaux et nouvelles arrivant·e·s. Alors qu'ils ont longtemps servi de simples points de transit, les familles immigrantes s'y établissent aujourd'hui de manière plus durable. Or, depuis la fin des années 1990, de nouveaux plans de développement urbain conduits à l'échelle métropolitaine et des politiques d'aménagement à l'échelle plus locale ont commencé à affecter la structure du parc de logement et la stratification sociale dans ces deux quartiers. Basé sur la combinaison de plusieurs techniques d'enquête qualitatives, ce travail de thèse relève d'une démarche de recherche participative et engagée. La soixantaine d'entretiens semi-directifs réalisés avec des familles immigrantes vivant en logement social ou en attente d'un logement social dans les deux quartiers constitue le socle de l'analyse des trajectoires et des stratégies résidentielles. L'idée est de redonner une certaine agentivité aux ménages en insistant sur leur intentionnalité dans la recherche et dans les choix successifs de logement tout en montrant comment ces choix sont aussi conditionnés par leurs ressources sociales, spatiales et économiques, ainsi que par leur identité spécifique, notamment en tant qu'immigrant et parent. L'objectif est également d'identifier la place qu'occupent les quartiers tremplins et le logement social au sein des trajectoires résidentielles de ces familles. La trentaine d'entretiens semi-directifs menés auprès des professionnel·le·s, bailleurs sociaux, employé·e·s d'organismes communautaires, élu·e·s et urbanistes, sert à identifier les structures socioéconomiques et spatiales qui s'imposent aux familles immigrantes et influencent leurs arbitrages résidentiels. L'idée est de prendre en compte les effets des évolutions de l'offre et de la demande en logement abordable sur les trajectoires résidentielles de ces ménages dans les deux quartiers. Enfin, l'observation participante active, menée comme bénévole au sein d'un organisme communautaire dans chacun des quartiers d'étude, permet de faire le lien entre les politiques de logement mises en place aux différents échelons administratifs et les revendications des locataires face aux transformations urbaines dans les deux quartiers. Avec cette recherche, l'objectif est de présenter les liens qui existent entre dynamiques résidentielles et migratoires des familles immigrantes à l'échelle individuelle et dynamiques du marché du logement locatif à l'échelle de la ville et du quartier. Ce travail souhaite ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur les recompositions urbaines et les mobilités résidentielles à l'oeuvre dans les quartiers tremplins des grandes métropoles canadiennes.
Fichier principal
Vignette du fichier
va_Reiser_Chloe.pdf (31.52 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03428835 , version 1 (15-11-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03428835 , version 1

Cite

Chloé Reiser. Se loger dans un quartier tremplin : trajectoires et stratégies résidentielles des familles immigrantes à Parc-Extension et Saint-Michel, Montréal. Histoire. Université Paris Cité; Université de Montréal, 2021. Français. ⟨NNT : 2021UNIP7006⟩. ⟨tel-03428835⟩
98 View
19 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More