De plus en plus de moins. L’art et ses logiques soustractives - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2022

More and more less. Art and its subtractive logics

De plus en plus de moins. L’art et ses logiques soustractives

Jean-Baptiste Farkas
  • Function : Author
  • PersonId : 1235541
  • IdRef : 268385742

Abstract

The creation of "nothing" sums up what is meant here by subtractive logic. If to create is for artists to "draw from nothing", to make a hole pushes or brings back to nothingness, and that too can be a creation. Such is the dialectic of subtractive logic observed in art: Subtraction Artists who "make holes" create by bringing back to nothingness. Under the title The Inventory of Subtractions, the thesis establishes a corpus of artists who attempt to contradict growth through their very production. These works constitute the "art" side of more general considerations that have emerged in recent decades in the context of the disturbing state of the planet: industrial overproduction, commercial waste, excessive extractivism, and environmental pollution. They make it possible to establish connections with the ecological sensibility that questions this state of the world through the notions of degrowth, eco-anxiety or solastalgia (suffering caused by environmental changes), and they lead to a rethinking of artistic practice and the status of the artwork. Three concepts are used to support this: "voluntary simplicity", "collapsology" and "carbon balance". Creating by subtraction takes the form of a division. First, artists open a hole. Then, by means of an argument, they maintain it under tension and we see in this recourse to language a necessary supplementation. To subtract is therefore to add meaning: Subtraction Artists bring back to nothingness, but what they retract resurfaces elsewhere and differently, and in particular becomes language.
La création de « rien » résume bien ce qui est entendu ici par logique soustractive. Si créer revient pour l’artiste à « tirer du néant », faire un trou pousse ou ramène vers le néant, et cela aussi peut être une création. Telle est la dialectique de la logique soustractive observée en art : l’artiste-soustracteur qui « fait des trous » crée en ramenant vers le néant. Sous l’intitulé L’Inventaire des soustractions, la thèse établit un corpus d’artistes qui tentent de contredire la croissance par leur production même. Ces œuvres constituent le versant « art » de considérations plus générales, émergeant depuis quelques décennies dans le contexte de l’état inquiétant de la planète : surproduction industrielle, gaspillage commercial, extractivisme à outrance, ou encore pollution de l’environnement. Elles permettent d’établir des connexions avec la sensibilité écologique qui interroge cet état du monde à travers les notions de décroissance, d’éco-anxiété ou de solastalgie (souffrance causée par les changements environnementaux), et elles conduisent à repenser pratique artistique et statut de l’œuvre d’art. Pour ce faire, trois concepts servent d’appui : « simplicité volontaire », « collapsologie » et « bilan carbone ». Créer par soustraction se manifeste sous la forme d’une division. D’abord, l’artiste ouvre un trou. Ensuite, c’est au moyen d’un argumentaire qu’il le maintient sous tension et nous voyons dans ce recours au langage une nécessaire supplémentation. Soustraire, c’est donc ajouter du sens : l’artiste-soustracteur qui œuvre ramène vers le néant, certes, mais ce qu’il escamote resurgit ailleurs et autrement, et notamment devient langage.
Fichier principal
Vignette du fichier
2022theseFarkasJB.pdf (3.59 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-04021612 , version 1 (09-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04021612 , version 1

Cite

Jean-Baptiste Farkas. De plus en plus de moins. L’art et ses logiques soustractives. Art et histoire de l'art. Université Rennes 2, 2022. Français. ⟨NNT : 2022REN20042⟩. ⟨tel-04021612⟩
280 View
361 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More