Accès à l'eau d'irrigation en Tunisie centrale ˸ étude des facteurs explicatifs de l'évolution des systèmes de production et modélisation économique du comportement des agriculteurs - TEL - Thèses en ligne Access content directly
Theses Year : 2018

Access to irrigation water in central Tunisia˸ study of factors explaining the evolution of production systems and economic modelling of farmers' behaviour

Accès à l'eau d'irrigation en Tunisie centrale ˸ étude des facteurs explicatifs de l'évolution des systèmes de production et modélisation économique du comportement des agriculteurs

Amal Azizi
  • Function : Author
  • PersonId : 1374181
  • IdRef : 250365200

Abstract

The rapid development of the use of groundwater for irrigation in Tunisia has led to considerable agricultural growth. But in many regions, such development becomes "unsustainable". This is the case for the Kairouan plain in central Tunisia, which is currently experiencing an exacerbated expansion of illicit drilling that is difficult to control.The objective of this work is to identify the changes that have accompanied this "silent revolution" and to understand the behaviour of irrigators in the face of increased diversity in terms of access to the resource. This was done in three stages.We first tried to evaluate the performance of collective water management based on an analysis grid co-constructed with the stakeholders. This grid allows proposing a typology of the situations encountered and to explain the observed performance gaps and estimate their impact on the use of private irrigation. We then analysed the recent dynamics of changes in production systems and estimated the resulting aggregate water demand. This global analysis was complemented by an analysis of individual behaviours that helped to refine the understanding of the different modes of access to the resource, productive reorientations and adaptive strategies of irrigators. Finally, it allows modelling the behaviour of irrigators with regard to different modes of access to water and taking into account several irrigation strategies. The objective was then to understand how farmers make their choices to identify the key determinants of their demand and the degree of flexibility of their crop rotation. The model thus allows exploring different scenarios (collective water prices, the efficiency of access to collective water and the cost of pumping) that can provide some insights for resource managers to prevent overexploitation of groundwater.In order to conduct this research, interviews and surveys were conducted on the Kairouan plain with local authorities, managers of collective management structures and farmers. In particular, a survey was carried out in 2015 on 126 irrigating farms in 7 sectors of the Kairouan plain, 69 of which had already been surveyed in 2005. It allows the construction of a typology of farms into 8 types on the basis of structural data, to compare the diversity of production systems between the two dates and to trace the evolutionary trajectories.The results conclude that the collective water distribution service is deteriorating, which has increased the use of boreholes, illustrating the classic "tragedy of the commons". Agricultural dynamics are marked by acute fragmentation, widespread irrigation and a decline in agricultural potential, but offset by a major intensification. These developments have been accompanied by an increase in regional water demand to around 55 Mm3. Curbing this trend is difficult, but the modelling carried out shows that two interesting levers could nevertheless contribute to it: increasing the cost of pumping through an increase in the cost of electricity and improving the efficiency of collective distribution services.Keywords: groundwater, overexploitation, agricultural dynamics, diversity, trajectories, modelling, simulation.
Le développement rapide de l'usage des eaux souterraines pour l'irrigation en Tunisie a permis une croissance agricole considérable. Mais, dans de nombreuses régions, un tel développement devient « non durable ». C'est le cas pour la plaine de Kairouan en Tunisie centrale qui connait actuellement une expansion exacerbée des forages illicites difficilement contrôlés.Le présent travail cherche à identifier les évolutions qui ont accompagné cette « révolution silencieuse » et vise à comprendre le comportement des irrigants face à une diversité accrue des modes d'accès à la ressource. Cela a été fait en trois temps.Nous avons d'abord cherché à évaluer la performance de la gestion collective de l'eau en se basant sur une grille d'analyse co-construite avec les acteurs. Cette grille permet de proposer une typologie des situations rencontrées et d'expliquer les écarts de performance observés et estimer leur impact sur le recours à l'irrigation privée. Nous avons ensuite analysé les dynamiques récentes d'évolution des systèmes de production et estimé la demande en eau agrégée qui en résulte. Cette analyse globale a été complétée par une analyse des comportements individuels qui a permis d'affiner la compréhension des différent modes d'accès à la ressource, les réorientations productives et les stratégies adaptatives des irrigants. Elle a permis enfin de modéliser le comportement des irrigants face à différents modes d'accès à l'eau et en tenant compte de plusieurs stratégies d'irrigation. L'objectif poursuivi a été alors de comprendre la façon dont les agriculteurs font leurs choix, d'identifier les déterminants clés de leur demande et le degré de flexibilité de leur assolement. Le modèle construit a ainsi permis d'explorer différents scénarios (prix de l'eau collective, l'efficience de l'accès à l'eau collectif et coût de pompage) qui peuvent apporter quelques éléments d'éclairages aux gestionnaires de la ressource pour enrayer la surexploitation des nappes.Pour conduire cette recherche, des entretiens et des enquêtes ont été menées sur la plaine de Kairouan auprès d'autorités locales, des gestionnaires de structures de gestion collective et d'agriculteurs. Une enquête a notamment été réalisée en 2015 auprès de 126 exploitations irrigantes de 7 secteurs de la plaine de Kairouan, dont 69 avaient déjà été enquêtées en 2005. Elle a permis de construire une typologie d'exploitations en 8 types sur la base des données de structure, de comparer la diversité des systèmes de production entre les deux dates et de retracer les trajectoires d'évolution.Les résultats concluent à une dégradation du service de distribution collective de l'eau, ce qui a accentué le recours aux forages, illustrant la classique « tragédie des communs ». Les dynamiques agricoles sont marquées par un morcellement aigu, une généralisation de l'irrigation et une régression du potentiel agricole mais compensé par une grande intensification. Ces évolutions ont été accompagnées par une hausse de la demande en eau régionale qui atteint environ 55 Mm3. Freiner cette évolution est difficile, la modélisation effectuée semble montrer que deux leviers intéressants pourraient toutefois y contribuer : renchérir le coût du pompage via une augmentation du coût de l'électricité et améliorer l'efficience des services de distribution collective.Mots clés : eau souterraine, surexploitation, dynamiques agricoles, diversité, trajectoires, modélisation, simulation
Fichier principal
Vignette du fichier
18-OO51_Azizi.pdf (14.36 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-04542832 , version 1 (11-04-2024)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04542832 , version 1

Cite

Amal Azizi. Accès à l'eau d'irrigation en Tunisie centrale ˸ étude des facteurs explicatifs de l'évolution des systèmes de production et modélisation économique du comportement des agriculteurs. Sciences de la Terre. Montpellier SupAgro, 2018. Français. ⟨NNT : 2018NSAM0051⟩. ⟨tel-04542832⟩
45 View
6 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More